Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

AIR FRANCE -KLM

AF - FR0000031122 SRD PEA PEA-PME
4.547 € -3.26 % Temps réel Euronext Paris

Air france -klm : Alors qu'une nouvelle recapitalisation se profile, l'action Air France rechute

mercredi 18 novembre 2020 à 12h23
Air France - KLM ne devrait pas échapper à une recapitalisation

(BFM Bourse) - Toujours confronté à des vents contraires avec la deuxième vague épidémique, Air France - KLM réfléchirait à lever 6 milliards d'euros supplémentaires, après avoir déjà obtenu plus de 10 milliards d'euros de prêts depuis le début de l'année. Le titre efface une partie de son récent rebond.

Après après profité de la vaste rotation sectorielle à l'œuvre depuis deux semaines sur le marché parisien pour s'offrir un bon bol d'air (+66% entre le 30 octobre et le 17 novembre), le titre de l'avionneur franco-néerlandais traverse une nouvelle zone de turbulences mardi matin, en réaction à des informations du Monde selon lesquelles il souhaiterait de nouveau se recapitaliser.

Si l'action Air France a rebondi sur fonds d'espoirs "d'un retour à la normale" nés des annonces successives de Pfizer et Moderna concernant un vaccin, la mise en place de nouvelles mesures de confinement et de restrictions de déplacement à travers l'Europe ont balayé la perspective d'une reprise d'activité de l'avionneur en cette fin d'année.

Des perspectives "pas encourageantes"

"Les scénarios de reprise doivent être révisés à la baisse, et les perspectives à court et moyen terme ne sont pas encourageantes", a ainsi avoué la direction du transporteur aérien au journal Le Monde. Conséquence: alors qu’elle prévoyait un repli modéré de son activité sur le mois de décembre (de l'ordre de -20%), la compagnie aérienne table désormais sur une chute de 60%.

Au rythme de ses pertes quotidiennes que le groupe estime actuellement à 15 millions d'euros, soit à peu près le montant des pertes enregistrées quotidiennement au cours du premier confinement, les 10,4 milliards d’euros déjà apportés par les États français et néerlandais (7 milliards dans un premier temps -3 milliards directement avancés par l'Etat français et 4 milliards par les banques mais avec garantie publique- fin avril, puis 3,4 milliards en juin - un milliard accordé par l'Etat néerlandais et le reste par 11 banques) "fondent comme neige au soleil" indique au Monde Christelle Auster, présidente du Syndicat national des personnels navigants commerciaux.

Des caisses vides dans un an?

À ce rythme, les caisses seront vides vers mi-novembre 2021, si l'on se réfère au niveau de cash à fin septembre (qui était de 5,9 milliards d'euros) et à la consommation actuelle de liquidités. Toutefois, la consommation de cash devrait normalement diminuer après le déconfinement. Ce qui donnerait quelques mois de plus à l'avionneur.

On notera que de son côté, la dette nette du groupe a explosé pour dépasser les 9,3 milliards d’euros à fin septembre (contre 6,1 milliards d'euros à fin décembre 2019).

Alors que le groupe continue à brûler du cash à vitesse grand V, la nécessité d'une nouvelle recapitalisation se fait en tout cas sentir et le transporteur réfléchirait ainsi à lever 6 milliards d'euros supplémentaires, dans une opération qui pourrait se faire en deux étapes. La France et les Pays-Bas apporteraient respectivement 3 et 1 milliards d'euros dans un premier temps (d'ici la fin de l'année), avant que le groupe ne lève deux milliards supplémentaires sur les marchés dans le courant du premier trimestre 2021.

Cette dernière opération pourrait revêtir différentes formes, toujours selon le quotidien, qui avance l'hypothèse d'une augmentation de capital, mais aussi celles d'une émission de prêts dits "hybrides" ou encore d'"obligations perpétuelles" (remboursables à la discrétion de l'emprunteur, qui doit toutefois s'acquitter d'intérêts élevés). Quelle que soit la forme que prendra ce renforcement du bilan, Le Monde croit savoir que l'appel au marché viserait à préserver l'équilibre actuel entre les actionnaires.

Le marché accuse le coup

En réaction à cette information, le ministère français des Finances a déclaré qu'"Air France n'a pas besoin de liquidités à court terme" mais ajouté que la France et les Pays-Bas "étudient les meilleurs moyens d'avoir une structure de bilan suffisamment solide" pour l'avionneur.

Ces spéculations autour d'une recapitalisation sont fraîchement accueillies par le marché. Après avoir ouvert en nette baisse et lâché près de 6% dans les premiers échanges, le titre Air France - KLM parvient néanmoins à limiter son repli à 1,2% à 4,29 euros peu avant 11h30, dans un marché parisien déjà revenu dans le vert.

Quentin Soubranne - ©2021 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur AIR FRANCE -KLM en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+326.10 % vs +10.08 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat