Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

AIR FRANCE-KLM

AF - FR0000031122 SRD PEA PEA-PME
4.980 € +2.24 % Temps réel Euronext Paris

Air france-klm : Derrière les prêts massifs à Air France-KLM, le danger de la dette

lundi 27 avril 2020 à 11h31
Air France-KLM risque de voir son endettement plus que doubler

(BFM Bourse) - L'accord de principe conclu vendredi par le groupe avec l'Etat français et avec ses banques devrait lui permettre d'éviter la crise de liquidités qui aurait pu survenir dès le troisième trimestre. Mais l'alourdissement de sa dette place Air France-KLM davantage en position de sujétion, sans lever toutes les incertitudes.

Parer au plus pressé. Le principe d'un prêt de 7 milliards d'euros au total (3 milliards directement avancés par l'Etat français et 4 milliards par les banques mais avec garantie publique) permet à Air France-KLM d'éloigner le risque d'une crise de liquidités, que le groupe en l'absence de mesure de soutien prévoyait pour le troisième trimestre 2020. L'annonce permet donc au cours de Bourse du groupe franco-néerlandais de rebondir de 4,48% à 4,66 euros lundi vers 10h30. Les analystes soulignent toutefois que l'alourdissement de sa dette ne va pas manquer de contraindre la stratégie du groupe.

Après plusieurs semaines de discussions, l'Etat français et des institutions bancaires, se sont mis d'accord sur le principe avec le groupe Air France-KLM et sa filiale Air France sur les différents volets d'un mécanisme de soutien - dédié à Air France, les Pays-Bas étant de leur côté encore en discussions quant aux modalités d'un soutien à la filiale néerlandaise KLM.

La dette du groupe doublée

Selon le projet d'accord, qui reste à finaliser, un syndicat bancaire apporterait 4 milliards d'euros via un prêt garanti à 90% par l'Etat français, d'une maturité de 12 mois, avec deux options d'extension d'un an consécutives tandis que l'Etat apporterait directement 3 milliards d'euros via un prêt d'actionnaire d'une maturité de quatre ans, avec là aussi deux options d'extension d'un an.

"Ce mécanisme de soutien, qui reste subordonné à son approbation par la Commission européenne, permettra au groupe Air France-KLM de garantir à Air France les moyens de faire face à ses obligations en poursuivant sa transformation pour s'adapter dans un secteur que la crise globale va largement bouleverser", a détaillé le groupe dans un communiqué.

Ces opérations, par contraste avec un apport de fonds propres, conduiraient dès lors à plus que doubler l'endettement du groupe, dont la dette nette fin 2019 s'élevait à 6,147 milliards d'euros (sur laquelle le transporteur a versé 393 millions d'euros d'intérêts l'an dernier).

Vers une augmentation de capital

Afin d'en rembourser au plus vite une partie -en commençant par la dette bancaire garantie, dont l'échéance est plus courte- le groupe, une fois qu'il disposera d'une meilleure visibilité sur les paramètres du trafic aérien post-crise du coronavirus, entend procéder à une augmentation de capital. Cette opération destinée à renforcer les fonds propres pourrait intervenir au plus tard à l'issue de l'assemblée d'approbation des comptes de l'exercice 2020.

Mais tout dépendra des conditions de marché et du soutien de l'Etat français qui pour le moment ne s'engage qu'à "examiner les conditions de sa participation" à une telle opération. Le cas échéant, l'Etat n'aurait alors qu'à abandonner tout ou partie de sa créance en échange d'une fraction du capital à déterminer.

Faute de levée de fonds, le remboursement de la totalité du prêt envisagé absorberait plus de dix années de trésorerie d'exploitation (sur la base des 623 millions d'euros en 2019), le bureau d'études de Citigroup tablant même sur quinze ans.

La banque américaine estime aussi que si le prêt d'urgence est nécessaire, paradoxalement cela pourrait peser sur la capacité d'Air France-KLM à négocier efficacement avec ses fournisseurs, avec les syndicats et les exploitants aéroportuaires qui pourront arguer du fait que le groupe a maintenant accès à d'importantes liquidités, bien que sous forme d'un passif qu'il faudra gérer dans une conjoncture compliquée.

De plus, vis-à-vis du marché boursier, l'anticipation d'une prochaine augmentation de capital plus ou moins inévitable pourrait circonscrire la progression du titre.

Guillaume Bayre - ©2021 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur AIR FRANCE-KLM en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+319.20 % vs +26.47 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat