Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Marché : Les 40 principales Bourses mondiales sont en bear market en 2020

lundi 23 mars 2020 à 13h41
Les 40 plus grandes places boursières sont en bear market en 2020

(BFM Bourse) - À la clôture de vendredi, les 40 plus grosses places financières mondiales par capitalisation boursière perdaient toutes plus de 20% depuis le 1er janvier 2020. Si la Chine est le pays qui résiste le mieux (-21%), la performance moyenne est de -37% à ce stade.

30.000 milliards de dollars (!) de capitalisation boursière se sont évaporés depuis le 1er janvier 2020 sur l'ensemble des sociétés cotées à travers le monde selon le "Bloomberg Global Stock Market Cap". "C'est l'évaporation de 30% de la capitalisation boursière mondiale en 5 semaines. La plus grande et la plus rapide destruction de capital de tous les temps" selon Nicolas Chéron, responsable de la recherche marchés chez Binck.fr.

Ce krach boursier catalysé par le "cygne noir" qu'est le coronavirus n'épargne personne, comme le montrent les données compilées par Sacha Pouget, gérant du fonds Kalliste. Depuis le 1er janvier, les 40 plus grosses Bourses mondiales par capitalisation boursière évoluent toutes en "bear market" (chute supérieure à 20%), avec des performances comprises entre -21% en Chine et -56,4% en Colombie, où le secteur pétrolier, en première ligne, subit l'effondrement des cours.

"Je me suis basé sur des ETF proposés par iShares (filiale de Blackrock et plus gros fournisseur mondial de fonds indiciels, NDLR) car tout est basé en dollars. Donc cela fournit une base comparable. On peut également investir dessus puisque par définition ils sont cotés" précise Sacha Pouget. Ce classement est donc "vu par le prisme d'un investisseur étranger, en partant du principe qu'il cherche à investir en dollars plutôt qu'en devise locale". Le dollar ayant récemment atteint de nouveaux sommets historiques, certaines de ces 40 Bourses ne sont "pas forcément en "bear market" en facial (en devise domestique, NDLR)" précise-t-il.

-37% pour la Bourse de Paris

Depuis le début de l'année, la performance moyenne de ces places boursières est de -37% (avec une médiane à -37,2%), et la Bourse de Paris fait à peine moins bien (-37,4% pour le CAC 40). Parmi les places qui limitent le plus les pertes, outre la Chine (selon le iShares Xinhua China 25 Index), la Suisse (-23,1%), le Japon (-23,9%), le Danemark (-25,8%) ou le Vietnam (-28,2%) s'en sortent également mieux que la Bourse de New York (-28,9%, basé sur le S&P). On remarque que les États sus-cités ont en commun des économies imperméables aux remous sur les secteurs pétrolier et aéronautique, les plus durement touchés depuis le début de la panique boursière.

Du côté des mauvais élèves en revanche, on retrouve principalement des États dont l'économie repose sur les matières premières (notamment les hydrocarbures) ou des pays dont la monnaie s'est fortement dépréciée face au billet vert, voire les deux, à l'instar de la Russie (-41%), de la Norvège (-47,4%), de l'Afrique du Sud (-47,7%), du Brésil (-52,6%) ou de la Colombie (-56,4%). Plus mauvaise performance de la zone euro, la Bourse d'Athènes plonge de 50,6% depuis le 1er janvier.

À noter que la France fait moins bien que l'Italie (-36,6%) et l'Espagne (-37,1%) mais mieux que l'Allemagne (-37,9%) et l'Angleterre (-41,2%).

L'Asie résiste mieux

Par zone géographique, c'est la zone Amérique (et Amérique Latine) qui signe le plus gros repli (-43%), devant l'Europe (-38%), alors que l'Asie résiste le mieux (-35%).

Sacha Pouget relève par ailleurs que nous sommes passés "de 0 à 100% des Bourses mondiales en "bear market" en l'espace de seulement 14 séances (les 14 dernières, NDLR)". L'accélération du plongeon est particulièrement notable dans l'animation ci-dessous.

Alors que la semaine écoulée nous a réservé "le plus important "sell-off" de l’histoire de la Bourse américaine, la plus mauvaise semaine depuis la chute de Lehman Brothers (-17.35% cette semaine contre -18% durant la semaine de la chute de Lehman) et les 4 plus mauvaises semaines depuis novembre... 1929", selon les données de Mirabaud Securities, il y a fort à parier que le krach boursier en cours soit le plus violent de l'histoire à l'échelle mondiale. Il va néanmoins falloir attendre que la poussière retombe pour faire les comptes.

Quentin Soubranne - ©2021 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+319.20 % vs +26.71 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat