Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

SoftBank dévisse après la révélation de l'ampleur de ses paris sur la tech américaine

lundi 7 septembre 2020 à 17h03
Softbank a pris d'importantes positions sur les marchés actions

(BFM Bourse) - Issu du secteur des télécoms, réputé défensif, le groupe japonais endosse de plus en plus la défroque d'un fonds de capital-risque. Et la révélation par le Financial Times de son exposition au Nasdaq américain n'est pas du goût de ses actionnaires.

Depuis sa fondation par Masayoshi Son en 1981, SoftBank Group Corp. s'est largement métamorphosé. Editeur de logiciels à l'origine, le groupe japonais est devenu un géant mondial des télécoms en avalant Japan Telecom, Vodafone Japan ou l'américain Sprint (contrairement à ce que son nom laisse entendre, il n'a jamais eu d'activités dans la banque en revanche). Investissant ici et là dans de nouveaux projets internet, comme pratiquement tout opérateur à l'époque, le groupe a par ailleurs eu le nez creux en misant en 2000 une poignée de millions sur la start-up d'un ancien prof d'anglais chinois - un certain Jack Ma. Un investissement valorisé 60 milliards de dollars lorsqu'Alibaba Group est entré en Bourse en 2014.

Mais en lançant en 2016 un fonds "visionnaire" doté de près de 100 milliards de dollars, le Vision Fund, SoftBank a accéléré sa mutation vers une holding d'investissements, liant nécessairement sa santé financière à celle de ses participations. Or, entre un WeWork surendetté, même pas capable d'entrer en Bourse, des brèches judiciaires dans le modèle à bas coûts d'Uber, ou un Slack qui après des débuts fulgurants se heurte à la concurrence de groupes plus installés, les derniers trimestres n'ont guère été porteurs de ce côté. Au point que le groupe annonce en début d'année un programme de cessions parmi ses actifs historiques - pour renflouer le Vision Fund.

30 milliards de dollars d'exposition

Sur ces entrefaites, le Financial Times a jeté vendredi un pavé dans la mare en révélant que le SoftBank aurait, par d'importantes prises de positions au travers d'options sur action, joué un rôle moteur dans l'envolée récente du Nasdaq américain. Le quotidien britannique indique qu'après avoir subi les turbulences du printemps dernier, le groupe a mis sur pied une entité dédiée à la gestion d'actifs cotés, cherchant en quelque sorte à se refaire en pariant sur les grands noms américains des technologies en particulier.

Une stratégie qui a fait tiquer les investisseurs, puisque l'action SoftBank a chuté lundi de 7,2%, sous-performant largement son indice de référence, le Nikkei 225 (-0,5%).

Au total, l'exposition à la hausse des valeurs phares du Nasdaq avoisinerait 30 milliards de dollars, selon le FT (en partie seulement couverte par des options de vente). Même si le gain latent serait d'environ 4 milliards actuellement, ces prises de position qualifiées d'agressives sur le secteur technologique cristallisent les critiques de SoftBank -dont le fonds activiste Elliott Management- qui jugent que l'entreprise ressemble de plus en plus à un hedge fund trop enclin à la prise de risques.

Guillaume Bayre - ©2021 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+313.20 % vs +36.10 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat