Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

La résurrection de Blackberry devra passer... par les voitures intelligentes

samedi 5 décembre 2020 à 12h00
Blackberry se rappelle au bon souvenir des investisseurs

(BFM Bourse) - L'annonce d'un partenariat avec Amazon Web Services pour le développement d'une plateforme logicielle dédiée aux véhicules intelligents qui vise à "améliorer l'expérience du conducteur et des passagers" a propulsé cette semaine le cours de Blackberry, star déchue des smartphones, à un sommet depuis avril 2019.

Non, BlackBerry n'est pas mort. Sans nouvelles depuis l'annonce en 2016 de son intention de stopper la production de smartphones pour se concentrer sur les services, le groupe canadien -autrefois dans le top 3 mondial avec une part de marché qui flirtait avec les 20% en 2008 avant de chuter à 0,0482% (!) en 2016- refait parler de lui.

Et s'il n'est plus que l'ombre de ce qu'il a été, s'échangeant actuellement à 7,46 dollars contre près de 150 dollars à son apogée en mai 2008 (pour une valorisation dépassant alors les 80 milliards de dollars), le titre Blackberry a refait parler de lui cette semaine à Wall Street.

Le cours a ainsi pris jusqu'à 65% au cours de la séance de mardi -avant de la conclure sur un gain plus modeste de 18,7%- à l'annonce d'un accord avec Amazon pour développer et commercialiser sa "plateforme de données pour véhicules intelligents". Fruit d'un revirement stratégique opéré courant 2019 par le groupe basé en Ontario, à Waterloo (ça ne s'invente pas), pour se concentrer sur les logiciels à destination de l'automobile.

Son système d'exploitation QNX initialement développé en 1982 par une société canadienne du nom de Quantum, rachetée en 2010 par Blackberry, équipe d'ailleurs déjà plus de 175 millions de véhicules, dont deux des marques Volkswagen, Audi, BMW, Ford, GM, Maserati, Mercedes-Benz, Porsche ou encore Toyota, à fin juin dernier. Celui-ci est notamment utilisé dans les systèmes d'aides à la conduite ainsi que sur l'ensemble des affichages numériques.

La nouvelle plateforme logicielle évolutive, baptisée IVY et qui s'appuie sur QNX, est issue de la collaboration initiée en janvier dernier entre Blackberry et Amazon Web Services (AWS), filiale du géant du commerce en ligne. Basée sur le cloud, IVY est également destinée aux véhicules connectés, mais "intelligents". Celle-ci doit ainsi permettre "aux constructeurs automobiles de lire les données des capteurs des véhicules, de les normaliser et de créer des informations exploitables à partir de ces données pour améliorer les systèmes et les performances," selon un communiqué conjoint publié mardi. En s’appuyant sur la technologie de l’IoT ("Internet of Things" ou "Internet des objets" en français) développée par AWS, IVY a donc la tâche d'agréger les données provenant de la multitude de capteurs disséminés dans le véhicule.

Concrètement, IVY exploitera les données relatives au comportement du conducteur en fonction de différents aléas (trafic, météo) pour les constructeurs automobiles, et ceux-ci pourront ainsi proposer des recommandations d'aide à la conduite selon les différents scénarios. IVY fera ensuite un compte-rendu aux constructeurs sur la façon dont leurs suggestions ont été suivies ou non, l'objectif étant de permettre aux constructeurs de réaliser "des investissements ciblés pour améliorer les performances des véhicules" sur la base de ces données.

L'annonce de ce partenariat avec Amazon a donc permis au titre Blackberry de toucher, au cours de la séance de mardi, un sommet depuis avril 2019, avant de retomber légèrement mais toujours à un plus haut depuis septembre 2019. À 7,26 dollars vendredi en séance, l'action du groupe canadien affichait une progression de 16% depuis le 1er janvier, et de 38% sur un an, pour une capitalisation boursière d'environ 4,1 milliards de dollars.

Après avoir frôlé la faillite en 2013 après l'abandon de l'offre de rachat du fonds d'investissement Fairfax, puis avoir été contraint de se restructurer en licenciant 40% des effectifs et en cédant la majeure partie de son parc immobilier de Waterloo afin de se procurer des liquidités en 2016, Blackberry se relance donc là où on ne l'attendait pas forcément.

Quentin Soubranne - ©2021 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+326.20 % vs +11.84 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat