Bourse > Accor > Accor : L'affaire dsk, guéant s'insurge contre l'hypothèse du complot
ACCORACCOR AC - FR0000120404AC - FR0000120404
39.550 € -1.14 % Temps réel Euronext Paris
39.900 €Ouverture : -0.88 %Perf Ouverture : 40.165 €+ Haut : 39.225 €+ Bas :
40.005 €Clôture veille : 1 386 830Volume : +0.48 %Capi échangé : 11 421 M€Capi. :

Accor : L'affaire dsk, guéant s'insurge contre l'hypothèse du complot

tradingsat

(Tradingsat.com) - La crédibilité de l'accusatrice de l'affaire DSK s'étant effondrée la semaine dernière, la thèse du complot, ou du piège, visant l'ancien président du FMI, a repris de l'ampleur ce week-end.

S'étonnant que le groupe Accor, propriétaire de l'hôtel Sofitel de New York, ait prévenu rapidement les autorités françaises de l'arrestation de Dominique Strauss-Kahn pour des faits présumés d'agression sexuelle, certains élus PS n'ont pas hésité à évoquer de possibles « connexions » politiques entre le groupe Accor et « certaines officines françaises ».

Claude Guéant, le ministre de l'Intérieur a réagi lundi matin sur France 2 à ces « insinuations ». Il a reconnu avoir été « informé dans la nuit de samedi à dimanche, un peu après minuit et demi » de l'arrestation de DSK par son directeur de cabinet, « qui lui même avait été informé par le coordonnateur national du renseignement ». « D'où le coordonnateur national du renseignement tenait-il ses informations, je ne sais pas. Mais à supposer que ce soit Sofitel qui l'ai prévenu, je dirais que c'est parfaitement normal », a-t-il ajouté.

De son côté, Accor a nié « formellement » dimanche toute intervention de ses dirigeants dans l'affaire Dominique Strauss-Kahn à New York, estimant que les propos tenus par plusieurs proches de l'ancien directeur général du FMI pourraient être « diffamatoires ».

Le groupe hôtelier réagissant notamment aux propos de François Loncle, député PS de l'Eure. « Tout n'est pas clair dans le comportement des dirigeants du Sofitel et du groupe Accor et il peut y avoir eu des connexions entre le groupe Accor avant ou après l'affaire et peut-être certaines officines françaises », a-t-il dit sur France Info.

Pour sa part, dimanche également, Michèle Sabban, vice-présidente PS du Conseil régional d'Ile-de-France et proche de DSK, a évoqué « un attentat politique » et s'est interrogée sur le rôle de la direction du Sofitel et sur celui du « commissaire de police de New York qui a été décoré de la Légion d'honneur par Nicolas Sarkozy il y a peu de temps »…


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI