Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

AB SCIENCE

AB - FR0010557264 SRD PEA PEA-PME
12.050 € -0.74 % Temps réel Euronext Paris

Ab science : Ses avancées dans la sclérose latérale amyotrophique font rebondir AB Science en Bourse

vendredi 20 août 2021 à 10h53
AB Science avance dans la SLA

(BFM Bourse) - AB Science progresse nettement après avoir dévoilé de nouvelles données confirmant le bénéfice potentiel du masitinib dans le traitement de la sclérose latérale amyotrophique (SLA), une maladie mortelle du motoneurone caractérisée par la dégénérescence progressive des cellules nerveuses qui commandent les mouvements.

AB Science avance dans la sclérose latérale amyotrophique (SLA) et le marché applaudit. Peu avant 10h, le titre de la biotech spécialisée dans la recherche, le développement, et la commercialisation d'inhibiteurs de protéines kinases (dont l'action est déterminante dans la signalisation cellulaire) affiche l'une des plus fortes hausses (+7,5%) d'un marché parisien dans le rouge, comme depuis le début de semaine. Très volatile, l'action AB Science cède néanmoins toujours plus de 30% depuis le 1er janvier, après s'être notamment effondré début juin en réaction à la suspension volontaire et temporaire du recrutement dans les études en cours sur sa molécule phare (le masitinib) après identification d'un risque potentiel d'accident cardiaque.

AB Science a par la suite rassuré le marché en obtenant, début juillet, l'aval de l'autorité sanitaire sur le plan de gestion des risques qu'elle lui avait proposé, permettant la reprise de ses 3 études sur le masitinib - soit un essai de phase finale (phase 3, dernière phase des essais cliniques avant une éventuelle commercialisation) dans la mastocytose, un autre dans la sclérose latérale amyotrophique (SLA) et un essai intermédiaire (phase 2) dans le Covid.

"Nombre croissant de preuves"

Ce vendredi, c'est après des données positives dans la SLA que le titre redécolle, AB Science ayant annoncé jeudi soir, la publication dans une revue scientifique évaluée par des pairs Acta Neuropathologica Communications, d''un "mécanisme pathogène déclenché par les mastocytes dans la moelle épinière de la sclérose latérale amyotrophique (SLA) qui peut être ciblé par le masitinib". Concrètement, les données révèlent le rôle délétère des mastocytes activés sur les motoneurones et l'effet protecteur du traitement avec la molécule phare développée par AB Science.

Ces résultats "s'ajoutent au nombre croissant de preuves associant les mastocytes à un rôle pathogène dans les troubles neurodégénératifs en décrivant, pour la première fois, les caractéristiques des mastocytes spécifiques à la maladie (phénotype) et leur localisation précise dans la moelle épinière des patients autopsiés atteints de SLA, ainsi que le mécanisme des mastocytes pour induire des dommages aux motoneurones et/ou un dysfonctionnement vasculaire dans la SLA" indique AB Science dans son communiqué.

"Nous avons montré pour la première fois que le nombre et le trafic de mastocytes dans la moelle épinière d'un modèle animal de SLA étaient régulés par le masitinib, avec des effets neuroprotecteurs ultérieurs dans la SLA" se félicite l'auteur principal de l'article, le Dr Emiliano Trias, de l'Institut Pasteur de Montevideo (Uruguay). La publication a étalement été dirigée par l'Université d'Alabama à Birmingham (UAB), l'Oregon State University (OSU) et l'Institut Imagine de Paris. "Dans l'ensemble, ces données renforcent le rationnel scientifique de l’effet neuroprotecteur potentiel du masitinib chez les patients atteints de SLA" ajoute-t-il.

Près de 30.000 cas en Europe

La prévalence de la SLA dans les pays occidentaux est relativement uniforme et est de 6 pour 100.000 personnes, ce qui correspond à environ 30.000 cas en Europe et 20.000 aux États-Unis. Le premier et seul traitement approuvé à ce jour en Europe, le riluzole (développé par Rhône-Poulenc et commercialisé par Sanofi), date de 1995.

"Ces nouvelles données corroborent la plausibilité biologique de l'utilisation du masitinib dans la SLA et appuient les conclusions cliniques précédentes selon lesquelles le masitinib peut apporter un plus grand bénéfice s'il est administré à un stade précoce de la maladie", estime pour sa part le professeur Luis Barbeito, directeur du laboratoire de neurodégénérescence à l'Institut Pasteur de Montevideo.

Dans le détail, l'administration de masitinib (50 mg/kg/j) à des souris post-paralysées pendant 10 jours a permis de réduire significativement le nombre de mastocytes dans la niche motoneurone-vasculaire lombaire, par rapport aux souris témoins. Les animaux traités par le masitinib ont par ailleurs présenté une réduction de 30 à 40% des anomalies microvasculaires par rapport aux souris témoins et une réduction de 50% du nombre de précurseurs de mastocytes c-Kit+ infiltrant le parenchyme de la moelle épinière. "Ces résultats sont cohérents avec un effet protecteur du masitinib via l'inhibition de c-Kit, empêchant le trafic des précurseurs des mastocytes et la différenciation locale des mastocytes dans la niche motoneuronevasculaire", souligne AB Science.

Quentin Soubranne - ©2021 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur AB SCIENCE en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+313.50 % vs +36.69 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat