Bourse > Vivendi > Vivendi : Vivendi bat le consensus au 1er trimestre grâce aux jeux vidéo
VIVENDIVIVENDI VIV - FR0000127771VIV - FR0000127771
18.215 € -1.99 % Temps réel Euronext Paris
18.560 €Ouverture : -1.86 %Perf Ouverture : 18.645 €+ Haut : 18.215 €+ Bas :
18.585 €Clôture veille : 6 246 040Volume : +0.49 %Capi échangé : 23 448 M€Capi. :

Vivendi : Vivendi bat le consensus au 1er trimestre grâce aux jeux vidéo

Vivendi bat le consensus au 1er trimestre grâce aux jeux vidéoVivendi bat le consensus au 1er trimestre grâce aux jeux vidéo

par Gwénaelle Barzic

PARIS (Reuters) - Vivendi a dépassé les attentes du marché au premier trimestre, les ventes plus fortes que prévu de jeux vidéos ayant compensé l'effritement attendu de la marge de l'opérateur télécoms SFR.

Le premier groupe européen de médias et de divertissement en termes de capitalisation boursière a confirmé jeudi dans un communiqué sa prévision d'une légère croissance de son résultat net ajusté sur l'ensemble de 2011 à données comparables.

Vivendi précise qu'afin d'intégrer le rachat à Vodafone au mois d'avril des 44% de SFR qu'il ne détenait pas déjà, le conglomérat verra son résultat net ajusté annuel atteindre au moins trois milliards d'euros et prévoit d'augmenter son dividende par action.

Contre toute attente, le résultat opérationnel ajusté (Ebita) de Vivendi a progressé de 7,2% sur les trois premiers mois de l'année pour atteindre 1,7 milliard d'euros, dopé par la solide croissance de sa filiale brésilienne GVT et les performances supérieures aux attentes d'Activision Blizzard, le premier éditeur mondial de jeux vidéo.

Activision, dont le jeu phare est World of Warcraft, a annoncé lundi, en publiant séparément ses résultats, une révision à la hausse de sa prévision pour 2011 après un solide début d'année tiré par les jeux en ligne.

Dans les télécoms, SFR a pâti comme prévu de pressions concurrentielles accrues au premier trimestre, sur fond de turbulences liées au changement de taxation intervenu en début d'année sur certains contrats, qui ont libéré des clients de leurs obligations contractuelles.

RETOUR À LA NORMALE POUR SFR EN MARS

Le chiffre d'affaires du conglomérat est ressorti à 7,2 milliards d'euros, en hausse de 3,8% tandis que le résultat net a bondi de 29,1% à 950 millions d'euros.

Le consensus établi par la rédaction de Reuters sur la base des estimations de neuf analystes faisait ressortir un chiffre d'affaires de 6,95 milliards d'euros, un Ebita de 1,52 milliard d'euros et un résultat net ajusté de 730 millions d'euros.

"C'est dans l'ensemble un trimestre solide pour le groupe, tiré par Activision et GVT", souligne Ian Whittaker, analyste à Liberum Capital, qui a une recommandation à l'achat sur le titre. "Mais la réaction du marché est difficile à prévoir. Tout dépendra de la façon dont les résultats de SFR seront interprétés", ajoute-t-il.

Comme attendu, l'opérateur télécoms a vu son Ebitda dans le mobile reculer de 8,6% à 762 millions d'euros sur le trimestre, payant le prix d'une politique commerciale plus agressive, destinée à contrer les offensives de concurrents et à limiter la perte de clients liée au changement de TVA dans le secteur.

"L'environnement a été profondément perturbé par la TVA dans le mobile mais également là où on s'y attendait moins, dans le fixe", a déclaré le directeur financier de Vivendi, Philippe Capron, lors d'une conférence téléphonique.

La situation est toutefois désormais "revenue à la normale" et, en mars, les turbulences associées à la modification de la taxe, décidée par l'Etat sur certaines offres télécoms, se sont calmées, a-t-il indiqué, en ajoutant que les fondamentaux de cette activité demeuraient sains.

PAS D'IMPORTANTES ACQUISITIONS EN VUE AU BRÉSIL

Vivendi a maintenu sa prévision d'une baisse de l'Ebitda du mobile comprise entre 0% et 10% en 2011, tout en précisant espérer se situer dans la partie la plus favorable de cette fourchette.

Dans le fixe, SFR a recruté 250.000 abonnés depuis le 16 novembre avec le lancement de sa nouvelle box, baptisée "Neufbox Evolution".

L'opérateur fixe brésilien GVT a également contribué à la performance du groupe au premier trimestre en affichant une hausse de 38,6% à changes constants de son chiffre d'affaires, à 329 millions d'euros. Son Ebitda a quasiment doublé pour atteindre 138 millions d'euros.

Dans une interview au Financial Times publiée jeudi, le président du directoire de Vivendi Jean-Bernard Lévy a déclaré que le groupe était à l'affût d'acquisitions au Brésil en vue d'étoffer les activités de sa filiale.

Philippe Capron a toutefois précisé lors de la conférence téléphonique "qu'il ne fallait s'attendre à aucune acquisition de grande ampleur" dans le pays.

Concernant le projet d'introduction en Bourse des 20% que Lagardère détient dans Canal+ France, il a précisé que Vivendi n'avait pas eu de contacts à ce stade avec ses dirigeants au sujet d'un nouveau calendrier. L'opération a été reportée en mars après la catastrophe au Japon.

Avec Marie Mawad et Leila Abboud, édité par Danielle Rouquié

Copyright © 2011 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...