Bourse > Vivendi > Vivendi : Vivendi attend une légère hausse de ses profits en 2011
VIVENDIVIVENDI VIV - FR0000127771VIV - FR0000127771
19.585 € -1.48 % Temps réel Euronext Paris
19.815 €Ouverture : -1.16 %Perf Ouverture : 19.850 €+ Haut : 19.470 €+ Bas :
19.880 €Clôture veille : 4 684 430Volume : +0.36 %Capi échangé : 25 212 M€Capi. :

Vivendi : Vivendi attend une légère hausse de ses profits en 2011

tradingsat

par Gwénaëlle Barzic

PARIS (Reuters) - Vivendi a annoncé mardi qu'il prévoyait une légère hausse de ses bénéfices et le maintien d'un dividende élevé en 2011 après avoir publié des résultats 2010 globalement conformes aux attentes.

Le groupe de télécommunications et de médias a par ailleurs indiqué qu'il ramenait de 550 à 100 millions d'euros la provision inscrite dans ses comptes au titre de la procédure en nom collectif engagée à son encontre aux Etats-Unis.

Cet ajustement intervient après la décision d'un tribunal américain d'exclure de la procédure d'indemnisation les actionnaires du groupe ayant acquis leurs titres à la Bourse de Paris.

"Le risque pour Vivendi est maintenant circonscrit à une somme qui est nettement sous contrôle", a déclaré le président du directoire Jean-Bernard Lévy lors d'une conférence téléphonique, en précisant que les prochaines étapes de la procédure dépendaient du juge américain chargé du dossier.

Le patron de Vivendi a réaffirmé que le groupe avait pour objectif de racheter à terme les minoritaires de ses filiales françaises SFR et Canal+ France, mais il s'est refusé à tout commentaire concernant d'éventuelles négociations avec le britannique Vodafone sur le rachat de ses 44% dans le deuxième opérateur mobile français.

Début février, le PDG de SFR Frank Esser avait fait état de contacts entre les deux groupes.

COMMENTAIRES JUGÉS PRUDENTS POUR 2011

Concernant les 20% détenus par Lagardère dans Canal+ France dont l'introduction en Bourse est prévue d'ici avril, Jean-Bernard Lévy a indiqué qu'un accord de dernière minute avec le groupe de médias dirigé par Arnaud Lagardère n'était pas à exclure.

"Des discussions sont intervenues depuis un an entre Lagardère et Vivendi. Elles n'ont pas permis de conclure à ce stade", a-t-il dit, en rappelant que Lagardère avait la possibilité d'interrompre le processus d'introduction en Bourse à tout moment.

L'action Vivendi perdait 0,2% à 20,705 euros à 10h00 à la Bourse de Paris, donnant une capitalisation boursière de 25,6 milliards d'euros.

Les analystes de CM-CIC notent de "bons résultats 2010" mais des commentaires "prudents" pour 2011, en soulignant que la dynamique du titre sera fonction "de l'évolution des structures du groupe".

Au titre de 2010, Vivendi a publié un chiffre d'affaires de 28,88 milliards d'euros, en hausse de 6,4%, et un résultat opérationnel ajusté (Ebita) de 5,7 milliards, en progression de 6,2%.

Les 26 analystes interrogés par la rédaction de Reuters anticipaient un Ebita de 5,729 milliards et un chiffre d'affaires de 28,533 milliards.

Les performances du groupe ont notamment été soutenues par les ventes de jeux vidéo et les résultats supérieurs aux attentes du brésilien GVT. L'opérateur fixe, qui a vu son chiffre d'affaires progresser de 43% en 2010, devrait enregistrer une croissance comprise entre 35% et 40% en 2011 et maintenir une marge d'Ebitda aux environs de 40%.

ÉCONOMIES EN VUE À UNIVERSAL MUSIC

SFR, en revanche, devrait continuer de pâtir d'une concurrence accrue et de fortes pressions réglementaires, ce qui devrait se traduire par une baisse de l'Ebitda dans le mobile en 2011. L'an dernier, la filiale à 56% de Vivendi a continué de recruter des abonnés mais sa marge d'Ebitda a reculé de 1,7 point sur les trois derniers mois de l'année à 15,3% des ventes.

"Cela va rester difficile" en 2011, a prévenu Jean-Bernard Lévy, en évoquant notamment les pressions réglementaires en France.

A Universal Music Group, Vivendi prévoit de réaliser 100 millions d'euros d'économies d'ici fin 2011, à travers une réorganisation de ses activités qui sera emmenée par son nouveau directeur général Lucian Grainge.

En 2010, la première maison de disque mondiale, qui édite notamment Lady Gaga et Vanessa Paradis, a vu son chiffre d'affaires reculer de 3,6% à taux de change constant, la baisse des "ventes physiques" n'ayant pas été compensée par les autres sources de chiffre d'affaires.

UMG prévoit cependant de maintenir une marge à deux chiffres en 2011.

Avec Marie Mawad, édité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2011 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI