Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

TESLA INC.

TSLA - US88160R1014 SRD PEA PEA-PME
- -

Tesla inc. : En six mois, Tesla a doublé de valeur pour atteindre un nouveau sommet historique

jeudi 19 décembre 2019 à 17h25
Tesla bondit et atteint un sommet historique à Wall Street

(BFM Bourse) - Le cours du constructeur de véhicules électriques a dépassé 400 dollars, du jamais-vu depuis son introduction en Bourse il y a près de dix ans. Depuis un plancher annuel le 3 juin dernier, la capitalisation de Tesla a plus que doublé. Seuls deux constructeurs dans le monde pèsent aujourd'hui davantage...

Relégué aux oubliettes il y a seulement six mois -tombé à un plancher annuel de 178,97 dollars le 3 juin- le titre Tesla renaît de ses cendres. Par rapport à ce point bas de l'année, sa performance est pour le moins impressionnante: +127%, s'établissant à 406,37 dollars jeudi peu après l'ouverture de la Bourse de New York, où l'action progresse encore de 3,4% dans la matinée.

Ce rebond exceptionnel porte la valorisation du groupe dirigé par le fantasque milliardaire Elon Musk à plus de 70 milliards de dollars, ce qui en fait le plus gros constructeur automobile américain par capitalisation boursière, loin devant General Motors (53 milliards) ou Ford Motors (37,5 milliards de dollars). Dans le monde, seuls Toyota (201 milliards) et Volkswagen (88 milliards) affichent encore une capitalisation boursière supérieure à celle du constructeur californien.

Au-dessus du prix atteint quand Elon Musk avait poussé le bouchon

Grâce à ce rallye observé tout au long du deuxième semestre 2019, le prix de l'action Tesla dépasse donc celui qu'il avait atteint le 7 juin 2018, quand le message d'Elon Musk évoquant un retrait de la cotes'était avait entraîné une envolé de 11% en une seule séance: "'J'envisage de retirer Tesla de la Bourse à 420 dollars (par action). Six jours plus tard, un post sur le blog de Tesla tentait -sans convaincre- de justifier le "financement assuré" évoqué par le dirigeant, le titre perdait 2,4% le lendemain et 32% dans les deux mois qui ont suivi ce tweet (qui n'a pas été sans conséquences, l'enquête du gendarme boursier américain ayant montré que l'assurance du dirigeant ne reposait sur rien de concret).

La concurrence prend du retard

Si le titre Tesla réagit habituellement davantage à des annonces de nouveaux produits (comme le Cybertruck récemment), à des rapports de bureaux d'études ou encore à des déclarations de son PDG, il semble que la raison de la progression enregistrée sur les cinq dernières séances (+12%) soit toute autre.

Cette fois, le titre Tesla doit son avance aux difficultés de ses concurrents, parmi lesquels Mercedes-Benz, qui ne parviennent pas à sortir des véhicules électriques à même de concurrencer ceux du pionnier du secteur qu'est Tesla. La maison-mère de Mercedes, Daimler, a ainsi annoncé cette semaine un nouveau report de la livraison de son premier véhicule électrique pour le marché américain, un SUV baptisé Mercedes-Benz EQC 400 - le calendrier avait d'ailleurs déjà glissé en février dernier.

Il se pourrait bien que l'engin ne soit en fait pas livré aux premiers clients américains avant 2021, selon l'analyste de la Deutsche Bank Emmanuel Rosner. "La demande des consommateurs en Europe est beaucoup plus élevée qu'aux États-Unis, en partie à cause des réglementations européennes plus strictes en matière d'efficacité et de pollution, et avec son approvisionnement global limité en batteries, Mercedes a décidé de concentrer ses ressources sur le marché où la demande est la plus forte" analyse le spécialiste dans une note parue mardi.

Porté par un troisième trimestre que prévu

Le titre Tesla a accéléré son rebond à partir du 24 octobre dernier, quand l'entreprise a publié des résultats trimestriels meilleurs qu'attendu lui permettant de bondir de 21,5% en séance (et de 33% en deux jours). Car si les ventes ont reculé de 8% à 6,3 milliards de dollars et que le résultat net a de son côté chuté de 54% à 143 millions d'euros, ces deux chiffres étaient tout de même nettement supérieurs aux attentes, notamment le second puisque le bénéfice par action s'était ainsi établi à 0,80 dollar quand les analystes misaient sur -0,5 dollar par action. Elon Musk avait également réitéré sa "pleine confiance" dans la capacité de Tesla à tenir sa promesse de livrer entre 360.000 et 400.000 voitures neuves cette année, ce qui devrait se confirmer. À noter que ce chiffre de livraisons -qui constitue un indicateur majeur pour les investisseurs- croît exceptionnellement sur les derniers exercices (76.000 en 2016, 103.000 en 2017 puis 245.000 en 2018 et donc, entre 360 et 400.000 cette année).

Toujours la cible des vendeurs à découvert

Malgré sa récente envolé, Tesla fait toujours partie des valeurs les plus "shortées" de la cote new-yorkaise. Les positions "short" (de la part d'investisseurs misant sur une baisse du cours) représentent actuellement 20% du capital flottant du constructeur de véhicules électriques, ce qui représente dix fois la moyenne des positions à découvert observées sur les titres appartenant à l'indice Dow Jones, selon l'hebdomadaire financier Barron's. Les pertes accumulées par le groupe durant de nombreux exercices et les doutes de certains investisseurs quant à la capacité de Tesla à générer des bénéfices à terme justifient ces prises de positions, qui se réduisent toutefois nettement depuis l'été, toujours selon Barron's.

Quentin Soubranne - ©2022 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur TESLA INC. en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+315.40 % vs +18.93 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat