Bourse > Societe generale > Societe generale : La livre baisse après le ralliement de Boris Johnson au Brexit
SOCIETE GENERALESOCIETE GENERALE GLE - FR0000130809GLE - FR0000130809
50.000 € +1.18 % Temps réel Euronext Paris
49.325 €Ouverture : +1.37 %Perf Ouverture : 50.070 €+ Haut : 49.290 €+ Bas :
49.415 €Clôture veille : 3 127 690Volume : +0.39 %Capi échangé : 40 386 M€Capi. :

Societe generale : La livre baisse après le ralliement de Boris Johnson au Brexit

Marché : La livre baisse après le ralliement de Boris Johnson au BrexitMarché : La livre baisse après le ralliement de Boris Johnson au Brexit

LONDRES (Reuters) - La livre sterling recule de 2% face au dollar lundi, en route pour sa plus mauvaise séance depuis 2010, au lendemain de l'annonce par Boris Johnson, le très populaire maire de Londres, qu'il ferait campagne pour une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne lors du référendum du 23 juin.

La décision de Boris Johnson, rival du Premier ministre David Cameron au sein du Parti conservateur, augmente le risque de Brexit et accroît aussi les divisions au sein du parti au pouvoir.

Le sterling a reculé jusqu'à 1,4115 dollar en milieu de journée, à son plus bas niveau depuis un mois, et cède aussi du terrain face à l'euro dans la crainte de voir le Royaume-Uni quitter le bloc qu'il avait rejoint en 1973.

Le coût pour se couvrir contre une forte baisse de la devise a atteint son plus haut niveau depuis quatre ans, tout comme la volatilité implicite de la parité sterling/dollar à six mois.

"Le camp du 'out' cherchait une figure de proue populaire et Boris vient de lui apporter cet élan", commente Alvin Tan, stratège de la Société générale à Londres. "Il y a une inquiétude réelle que la Grande-Bretagne vote en faveur d'une sortie et l'incertitude va aller en augmentant à l'approche du référendum", ajoute-t-il.

Jacob Nell, analyste chez Morgan Stanley, estime quant à lui que la livre pourrait tomber jusqu'à 1,30 dollar à la fin 2016 dans l'éventualité d'un Brexit.

Boris Johnson a estimé dimanche que l'accord que venait d'obtenir David Cameron au Conseil européen ne modifiait pas fondamentalement les relations entre la Grande-Bretagne et l'UE.

"Je me battrai pour le vote en faveur d'une sortie (...) parce que je souhaite un meilleur accord pour les habitants de notre pays, afin qu'ils aient plus d'argent et reprennent leur destinée en main", a-t-il dit, invoquant la défense de la démocratie et de la souveraineté nationale.

(Guy Faulconbridge, Véronique Tison pour le service français, avec Eric Faye)

Copyright © 2016 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI