Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

SCHNEIDER ELECTRIC

SU - FR0000121972 SRD PEA PEA-PME
117.350 € -0.93 % Temps réel Euronext Paris

Schneider electric : Surfant sur les économies d'énergie, Schneider voit ses revenus repartir à la hausse

jeudi 22 octobre 2020 à 12h53
Schneider touche un nouveau sommet en Bourse

(BFM Bourse) - Le fabricant français de matériel électrique principalement destiné à la gestion de l'énergie a constaté un net rebond de son activité au troisième trimestre, ce qui lui permet de relever ses perspectives annuelles, tant en termes de revenus que de marge d'Ebitda. Des résultats bien accueillis en Bourse.

Le CAC 40 cède toujours 19,7% sur l'année mais cela n'empêche pas quelques poids lourds de l'échantillon principal du marché parisien d'atteindre de nouveaux sommets boursiers. C'est le cas d'Hermès, de STMicro et, de manière peut-être plus surprenante, de Schneider Electric. L'industriel français qui fabrique et propose aux compagnies de distribution d'électricité des systèmes de gestion de l'énergie signe en effet un parcours boursier 2020 tout à fait remarquable. Son titre prend encore 2,4% à 108,55 euros -un record historique- ce jeudi à 11h35, ce qui porte son avance à plus de 19% depuis le 1er janvier, et sa capitalisation à 61,5 milliards d'euros.

Schneider explore ces nouveaux sommets boursiers à la faveur d'une publication trimestrielle de haute voltige. Soutenu par les commandes passées précédemment et les initiatives de restockage sur certains canaux de distribution, celui qui affiche désormais la 7e valorisation boursière de la cote parisienne (juste derrière Total) a fait nettement mieux que prévu entre juillet et septembre. Les revenus trimestriels du groupe ont ainsi progressé -pour la première fois de l'année par rapport à l'exercice précédent- de 1,3% à 6,458 milliards d'euros, quand le consensus des analystes tablait sur un recul de 5,9%. L'activité du groupe a notamment été portée par sa division de gestion de l'énergie (77% des revenus de Schneider) -qui dessert les bâtiments, les centres de données et les infrastructures- en croissance dans toutes ses régions (dont près de 5% en Asie-Pacifique) après avoir chuté de 15,4% au dernier trimestre.

"La crise a renforcé l’intérêt de nos clients pour le développement durable et la digitalisation, deux domaines sur lesquels nous concentrons notre stratégie", a déclaré le PDG Jean-Pascal Tricoire, cité dans le communiqué. "Au cours du troisième trimestre, la performance de Schneider Electric a rebondi fortement, renouant avec la croissance dans de nombreuses économies ayant assoupli les mesures strictes de confinement en place au deuxième trimestre", constate également le dirigeant.

Une marge qui résiste bien

En conséquence, le groupe vise désormais une baisse de 5% à 7% de son chiffre d'affaires, par rapport à la baisse de 7% à 10% prévue en juillet, ce qui le place au-dessus du consensus des analystes de la société pour l'année. L'analyste de Jefferies -qui confirme sa recommandation conserver ainsi que son objectif de cours de 88 euros- précise toutefois que l'amélioration des prévisions annuelles du spécialiste des infrastructures se traduit mécaniquement par des relèvement de consensus de l'ordre de 3 à 8% pour l'exercice. Schneider revoit également nettement à la hausse ses perspectives de rentabilité annuelle et indique cibler "une marge d’Ebita ajusté comprise entre -20 et +10 points de base en organique (contre -90 à -50 points de base précédemment), ce qui se traduit par une marge d'environ 15,1 à 15,4%.

L'industriel poursuit par ailleurs son programme d'optimisation de portefeuille lancé en février 2019 et couvrant 1,5 à 2 milliards d'euros de chiffre d'affaires. En 2019, les cessions s'étaient élevées à 0,6 milliard d'euros et "aucune cession significative n'est à mentionner en ce qui concerne l'exercice 2020", indique Schneider, qui anticipe un délai supplémentaire d’environ une année pour mener à bien ce programme.

Analyste en charge du dossier pour Oddo BHF, Delphine Brault fait preuve d'optimisme pour l'avenir et estime que "le groupe présente des atouts clés en sortie de crise, parmi lesquels une dynamique de gains de parts de marché, une poursuite de l'amélioration de la marge d'Ebit ajusté, une forte génération de free cash-flow et une stratégie reposant sur la digitalisation et sur l'efficacité énergétique". Le rallye boursier de Schneider Electric (+105% sur 5 ans) n'est donc peut-être pas terminé.

Quentin Soubranne - ©2020 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur SCHNEIDER ELECTRIC en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+328.90 % vs +11.98 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat