Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

RIBER

RIB - FR0000075954 SRD PEA PEA-PME
1.584 € +0.76 % Temps réel Euronext Paris

Riber : La commande d'une nouvelle machine de production relance le cours de Riber

jeudi 23 septembre 2021 à 11h40
Les commandes se redressent pour Riber

(BFM Bourse) - Sur un marché mondial de quelques machines de production par an, la vente d'un seul appareil constitue pour la société Riber un évènement notable. La commande annoncée jeudi de la part d'un industriel asiatique confirme le redressement du carnet et permet au titre de rebondir de 7%.

Voilà plus de vingt ans (c'était en mai 2000) que la société française Riber évolue en Bourse, mais son activité demeure aujourd'hui assez obscure aux yeux de nombreux investisseurs. Reconnaissons que l'épitaxie par jets moléculaires ne parle pas à tout un chacun. Mais le tableau s'éclaircit aussitôt qu'on explique que cette technologie est particulièrement bien adaptée à la fabrication de dispositifs électroniques d’alliages semi-conducteurs utilisés dans les applications les plus avancées (notamment dans les applications électronique haute fréquence qui sont au cœur des technologies de télécoms). Et sachant qu'un système complet représente plusieurs millions d'euros de revenus, l'annonce de la vente d'une seule machine suscite généralement une vague d'intérêt pour l'action, comme c'est le cas ce jeudi. Le cours de Riber grimpe en effet de 7,14% à 1,50 euro.

Fondée en 1964 en tant que distributeur de produits ultravide (UHV) destinés aux universités et aux laboratoires de recherche, Riber a développé dans les années 1970 cette fameuse technique d'épitaxie par jets moléculaires, qui permet de faire croître un matériau cristallin par couches successives d’atomes, la production simultanée de plusieurs jets moléculaires permettant de réaliser un alliage semi-conducteur, essentiel à la fabrication de maints dispositifs électroniques. D'abord réservés à la recherche, un marché représentant à l'année 10 à 15 nouvelles machines, ces systèmes ont été déclinés ensuite pour la production, un marché estimé à 3 à 5 machines par an et dont Riber est le principal acteur (environ 80% de parts de marché, devant l'américain Veeco). En complément, la société commercialise des évaporateurs, matériels utilisés dans l'industrie des écrans OLED, mais ce marché est complètement en panne d'investissements à l'heure actuelle.

Jeudi matin, la société installée à Bezons a annoncé la commande d'un système de production MBE 6000 (utilisé pour la production de semi-conducteurs destinés aux applications de radiofréquence et d'optoélectronique) à un client industriel asiatique, pour plusieurs millions d'euros.

Des prises de commandes qui se redressent

Avec huit machines vendues sur les quatre dernières années, "le MBE 6000 confirme sa position de machine MBE de référence pour la production de masse de composants électroniques utilisés dans les télécommunications terrestres (4G, 5G) et les réseaux de fibre optique", note le groupe, qui souligne que cette nouvelle vente illustre également le redressement des prises de commandes de systèmes depuis le début de l’exercice.

L'an dernier, Riber avait subi un ralentissement important de son activité commerciale. D’une part, de nombreux clients ont reporté leur décision d’investissement compte tenu du manque de visibilité dans le contexte de crise sanitaire. D’autre part, l'entreprise s’est vu refuser l'autorisation d'exportation de plusieurs systèmes qui avaient été vendus, pour un montant total de 13 millions d'euros (en regard du risque que posent les biens dits "à double usage" - autrement dit des technologies susceptibles d'être détournées pour un usage militaire).

"Le début 2021 est resté compliqué pour Riber, mais le redressement des commandes est désormais patent: en témoigne le carnet de commandes qui n'accusait plus qu'une baisse de 5% à fin juin contre -36% au premier trimestre", souligne un bon connaisseur du dossier. "L'entreprise n'a pu que faire le dos rond face au Covid, mais ils ont néanmoins réussi à gérer leurs coûts l'an dernier et le redressement des commandes devrait permettre de renouer avec la croissance d'ici 2022", observe ce spécialiste interrogé par BFM Bourse, sous couvert d'anonymat. "On ne peut pas comparer Riber aux autres acteurs des semi-conducteurs qui bénéficient de marchés gigantesques: le groupe évolue sur un marché de niche, mais il en détient une très grosse part, et on ne peut que se réjouir de l'inflexion dans les prises de commandes".

Guillaume Bayre - ©2021 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur RIBER en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+312.00 % vs +41.41 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat