Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

RENAULT

RNO - FR0000131906 SRD PEA PEA-PME
21.455 € +6.19 % Temps réel Euronext Paris

Renault : Le Maire juge la survie de Renault menacée, le titre souffre

vendredi 22 mai 2020 à 09h15
L'emploi n'est pas une variable mais Renault doit être compétitif, dit Le Maire

PARIS (Reuters) - Le titre Renault a été chahuté vendredi à la Bourse de Paris, dans le sillage de déclarations de Bruno Le Maire annonçant que le constructeur français, lourdement pénalisé par les répercussions de la crise sanitaire liée au nouveau coronavirus, n'avait pas encore obtenu de prêt garanti par l'Etat alors que, selon le ministre, sa survie est en jeu.

L'action Renault, qui a perdu jusqu'à 2,61% dans les premiers échanges, cédait encore 1,05% à 17,52 euros vers 10h25 GMT.

"Renault peut disparaître", a estimé vendredi le ministre de l'Economie et des Finances sur Europe 1, réitérant un constat dressé dans un entretien au Figaro dans lequel il jugeait que "Renault joue sa survie".

Alors que le groupe automobile, qui a demandé un soutien de l'Etat, envisage de fermer des sites, Bruno Le Maire a précisé qu'il était indispensable qu'il puisse ajuster son outil de production pour garantir sa compétitivité.

"Bien entendu les salariés ne doivent pas être la variable d'ajustement de Renault" mais "il faut laisser aussi à Renault la possibilité d'ajuster son outil de production, d'être plus compétitif, parce que sinon Renault sera menacé", a-t-il estimé sur Europe 1.

Bruno Le Maire a précisé qu'il signerait le prêt garanti par l'Etat de cinq milliards d'euros demandé par Renault lorsque la stratégie du groupe serait connue.

Le constructeur au losange, fragilisé depuis fin 2018 par la disgrâce de son ex-PDG Carlos Ghosn, a subi en 2019 sa première perte nette en dix ans à cause d’une dégradation de sa performance et des difficultés de son partenaire Nissan. Il doit détailler fin mai un plan drastique d'économies de deux milliards d'euros sur trois ans. Selon le quotidien économique Les Echos, il envisagerait de fermer trois sites en France et d'arrêter la production de véhicules à Flins.

Son partenaire d'alliance Nissan envisage quant à lui de supprimer 20.000 emplois dans le monde, essentiellement en Europe et dans les pays en développement, a rapporté vendredi l'agence Kyodo.

Emmanuel Macron doit annoncer en début de semaine prochaine un plan de soutien pour le secteur automobile, frappé de plein fouet par les conséquences de la pandémie de COVID-19 qui s'est soldée par une chute sans précédent de 78,3% des ventes de voitures neuves en Europe en avril et a entraîné la fermeture de nombreux sites de production à travers le monde.

Dans ce cadre, Renault comme les autres acteurs du secteur devront notamment s'engager à localiser en France des productions compétitives centrées sur le véhicule électrique, a souligné Bruno Le Maire à plusieurs reprises dans les médias.

(Myriam Rivet, édité par Bertrand Boucey)

Copyright © 2020 Thomson Reuters

Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur RENAULT en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+311.30 % vs -4.19 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat