Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

RENAULT

RNO - FR0000131906 SRD PEA PEA-PME
22.165 € +3.41 % Temps réel Euronext Paris

Renault : Avec des ventes en berne, l'alliance Renault-Nissan repasse derrière Toyota et Volkswagen

jeudi 30 janvier 2020 à 12h19
L'alliance passe du 1er au 3e rang des constructeurs automobiles mondiaux en 2019

(BFM Bourse) - Alors qu'elle revendiquait le premier rang automobile mondial en 2018 -en prenant seulement en compte les voitures- l'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi accuse un repli de 5,6% de ses ventes sur l'année 2019 et se fait doubler par Toyota et Volkswagen, selon des calculs de l'AFP. Le titre du constructeur au losange, qui a tenté un rebond lors des deux dernières séances, repart à la baisse.

L'année 2019 est définitivement à marquer d'une pierre noire pour le constructeur au losange. De fait, selon des calculs de l'AFP réalisés à partir de données publiées jeudi, les ventes mondiales cumulées en volume des trois membres de l'alliance automobile Renault-Nissan-Mitsubishi Motors ont reculé l'an dernier, à l'inverse de celles de Toyota et Volkswagen, ses deux principaux concurrents.

L'alliance a totalisé 10,16 millions d'unités vendues l'an dernier, ce qui représente un recul de 5,6% sur un an. Ses ventes sont ainsi inférieures à celles du groupe allemand Volkswagen et du japonais Toyota, lequel a également publié les siennes jeudi. Toyota a écoulé l'an passé 10,74 millions d'unités (+1,4% sur un an), tandis que le groupe Volkswagen avait annoncé mi-janvier une progression de 1,3% de ses ventes annuelles, à 10,97 millions d'unités.

Même en excluant les ventes de poids lourds de Volkswagen (marques MAN et Scania) et de Toyota (Hino), l'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi est ainsi arrivée en troisième position l'an dernier, après avoir revendiqué -en se basant uniquement sur les voitures- le premier rang automobile mondial à l'issue de l'exercice précédent.

Débâcle de Nissan

Le constructeur japonais de l'alliance a connu un exercice particulièrement compliqué. Ses ventes ont chuté de 8,4% en 2019 à environ 5,18 millions d'unités, tandis que celles de Mitsubishi Motors ont légèrement progressé (+0,5%) à 1,23 million d'unités, selon des chiffres annoncés séparément jeudi par les deux constructeurs nippons.

Publiées mi-janvier, les ventes 2019 de Renault ont quant à elles reculé de 3,4% à 3,75 millions d'unités. Le constructeur tricolore a notamment pu compter sur le succès de ses marques à bas coûts (Dacia, Lada) pour limiter les dégâts, alors que Nissan a reculé sur quasiment tous ses marchés. Ses ventes annuelles ont notamment chuté de 10,6% en Amérique du Nord (-9,9% aux Etats-Unis), à 1,75 million d'unités et un déclin a été encore plus brutal en Europe (-17,2% à 567.000 unités environ) mais nettement plus limité en Chine (-1,1% à 1,55 million d'unités). Sur son marché domestique, les ventes totales de Nissan ont également nettement recule (-7,8%) à 567.617 véhicules.

Seules les ventes de son segment de mini-voitures ("kei cars") au Japon ont progressé, avec une hausse de 5,5% pour 200.126 unités écoulées. Si Nissan a subi de plein fouet le retournement du marché mondial de l'automobile, le groupe a aussi décidé l'an dernier de rompre avec la course aux volumes à tout prix, qui était la marque de fabrique de l'ancien homme fort de l'alliance, Carlos Ghosn.

"Remettre du réalisme"

Le constructeur a "normalisé" ses ventes en diminuant son recours aux promotions et aux dispositifs incitatifs à l'achat. Il souffre aussi d'une image considérablement détériorée au Japon, du fait de l'affaire Ghosn, qui vient s'ajouter à de précédents scandales (notamment liés à l'inspection de ses véhicules au Japon, plusieurs employés ayant admis ne pas avoir suivi le protocole lors du contrôle des freins et d'autres composants du véhicule avant leur livraison entre 2016 et 2017).

La publication de ces chiffres intervient alors que se tenait jeudi un conseil opérationnel de l'alliance au siège de Nissan à Yokohama (ouest de Tokyo), en présence des dirigeants des trois constructeurs, dont le président de Renault Jean-Dominique Senard. Les responsables des trois groupes sont désireux de faire taire les rumeurs en démontrant que l'alliance est repartie sur de bons rails.

L'alliance avait en effet été quasiment paralysée pendant près d'un an en raison de l'affaire Ghosn, qui avait considérablement refroidi les relations entre Renault et Nissan. Nissan a aussi enclenché l'an dernier une vaste restructuration de ses capacités de production, visant à les réduire de 10% d'ici 2023, impliquant la suppression de 12.500 emplois dans le monde.

Des coupes supplémentaires pourraient encore être annoncées dans les semaines à venir, et l'avenir de certaines usines du groupe est menacé, notamment celle de Sunderland, dans le nord-est de l'Angleterre, fragilisée par la perspective du Brexit. "Nissan a beaucoup de surcapacités, ce qui entraîne des surcoûts importants (...). Il faut remettre du réalisme dans le système", a récemment fait valoir une source proche du groupe interrogée par l'AFP.

Le titre Renault repart à la baisse

Après avoir tenté un timide rebond mardi et mercredi dans le sillage d'un marché parisien qui a fait fi des craintes liées à la propagation du coronavirus pour se concentrer sur la nouvelle salve de publications annuelles, le titre Renault est de nouveau mal orienté jeudi matin, cédant 0,8% à 35,86 euros, surperformant néanmoins un marché de nouveau dans le rouge (-1,24% pour le CAC à 11h45). Le constructeur au losange accentue ainsi son repli depuis le 1er janvier, celui-ci atteignant désormais 15%, pour une valorisation boursière de "seulement" 10,6 milliards d'euros. Peugeot suit le mouvement général et lâche 1,2% (-10% depuis le 1er janvier).

(avec AFP)

Quentin Soubranne - ©2020 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur RENAULT en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+331.10 % vs -3.40 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat