Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

POXEL

POXEL - FR0012432516 SRD PEA PEA-PME
2.550 € +2.00 % Temps réel Euronext Paris

Poxel : Avec une trésorerie en berne, la biotech Poxel cherche du cash et plonge en Bourse

mercredi 23 mars 2022 à 10h52
Poxel plonge en Bourse

(BFM Bourse) - La société, qui développe des traitements contre la maladie du foie gras humain et certaines maladies rares, va devoir rapidement trouver de nouveaux financements. Ce qui inquiète les actionnaires.

Les résultats annuels de la biotech lyonnaise Poxel, publiés mardi soir après Bourse, laissent perplexes les investisseurs. Le chiffre d'affaires du groupe, qui développe des traitements contre les maladies métaboliques comme la stéatohépatite non-alcoolique (ou NASH) et certaines maladies rares, a pourtant plus que doublé sur un an, passant de 6,8 millions en 2020 à 13,4 millions d'euros en 2021 (+97% sur un an). Avec des frais de recherche et développement relativement stables (25 millions d'euros, net du crédit d'impôt recherche en 2021, contre 26,7 millions en 2020) et des frais généraux en légère hausse, le résultat net s'améliore sensiblement, mais reste dans le rouge. La perte nette s'affiche ainsi à 23,7 millions d'euros, contre 31,8 millions d'euros un an plus tôt.

Mais dans l'univers des biotechs, les attentes des investisseurs ne portent pas principalement sur la rentabilité à court terme, mais davantage sur les perspectives de recherches et la trésorerie nécessaire. Or, sur ce plan, l'horizon financier du groupe s'est réduit. Au 31 décembre dernier, Poxel enregistrait une trésorerie et des équivalents de trésorerie de 32,3 millions d'euros. Soit près de 8 millions d'euros de moins qu'un an plus tôt (40,2 millions d'euros à fin 2020).

Moins de 12 mois pour trouver de l'argent

"La société estime que ses ressources seront suffisantes pour financer ses opérations et ses besoins en matière d'investissement pendant au moins 12 mois à compter de la date de clôture", estime le groupe dans un communiqué. Dit autrement, la société sera en théorie à court d'argent dans un an. Poxel devra cependant chercher à lever des fonds avant fin 2022, car elle ne respectera plus certaines conditions fixées dans certains covenants, ces engagements de prêts qui comportent un ensemble de contraintes à respecter (comme par exemple des ratios financiers en dessous desquels il ne faut pas tomber), au risque de devoir rembourser de façon anticipée la dette émise.

"La Société est soumise à certains covenants financiers liés à son emprunt obligataire souscrit auprès d’IPF Partners qui pourraient ne plus être respectés au 3e trimestre 2022. Cette situation pourrait conduire les commissaires aux comptes de la société à émettre une opinion d'audit qui inclurait un paragraphe relatif à la continuité d'exploitation", détaille le communiqué. "La société étudie activement diverses options de financement qui lui permettraient de prolonger son horizon de financement et de respecter les covenants financiers pendant au moins 12 mois à compter de la date de clôture. Ces options comprennent des sources de financement dilutives et non dilutives, ainsi que des discussions avec IPF Partners et la société s'attend raisonnablement à ce qu'au moins une des options envisagées soit réalisée avant le 3ème trimestre 2022", explique Poxel.

Craignant une levée de fonds qui aurait un effet dilutif et une continuité d'exploitation fragilisée, les actionnaires sanctionnent le titre. L'action Poxel plongeait de 8,44% à 2,516 euros vers 10h30. Depuis le 1er janvier, le cours de la biotech a ainsi dévissé de près de 49%.

Des ventes très décevantes pour son antidiabétique

Il faut dire que les déceptions s'enchaînent pour Poxel. Ainsi, la commercialisation de son médicament anti-diabète au Japon, l'iméglimine, s'est révélée très décevante. Malgré la puissance de son partenaire Dainippon Sumitomo, leader sur le marché japonais du diabète, le premier trimestre de commercialisation n'a même pas rapporté un million d'euros.

Du côté de la R&D, les fonds ont servi "principalement" en 2021 à financer l'étude de phase 2 (étape intermédiaire des essais cliniques), baptisée Destiny-1, pour son produit PXL065. Elle évalue l'efficacité et la sécurité du traitement dans la NASH, appelée aussi maladie du foie gras humain. "Les résultats sont attendus au troisième trimestre 2022", précise Poxel. En parallèle, la biotech avance dans certaines maladies rares, avec le prochain "lancement des deux études cliniques de preuve de concept de phase IIa pour le PXL065 et le PXL770 dans l'adrénoleucodystrophie liée au chromosome X (ALD)". Ce lancement "est prévu en milieu d’année (2022, NDLR), sous réserve de financements additionnels, et leurs résultats sont attendus début 2023".

Jean-Louis Dell'Oro - ©2022 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur POXEL en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+314.10 % vs +30.57 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat