Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Pétrole Brent

BRN - MP0000000BRN
- -

Pétrole brent : Les cours de l'or noir atteignent des niveaux jamais vus depuis 2014

lundi 18 octobre 2021 à 16h16
Le pétrole atteint de nouveaux sommets depuis 2014

(BFM Bourse) - Le déséquilibre structurel du marché pétrolier, exacerbé par la nouvelle flambée des prix du charbon et du gaz ainsi que par une offre toujours restreinte de l'Opep+, se traduit par un nouveau renchérissement des cours du brut, dont les barils s'échangent à un niveau inédit depuis fin 2014.

Aux mêmes maux, les mêmes conséquences. Face au déficit structurel sur le marché pétrolier, entre une offre rapidement repartie et une demande toujours limitée, les cours demeurent naturellement haussiers. Alors que les deux références mondiales de brut (pétrole provenant directement de l'exploitation d'un puits) que sont le Brent et le WTI avaient déjà bouclé respectivement leur 6e et 8e semaine consécutive de hausse ce vendredi, ces derniers atteignent de nouveaux records pluriannuels ce lundi. Le baril de "light sweet crude" texan pour livraison en novembre gagne 0,92% à 82,5 dollars vers 15h15, après avoir franchi les 83 dollars dans la matinée pour la première fois depuis novembre 2014, quand le Brent de mer du Nord pour le mois de décembre grappille 0,5% à 85,6 dollars.

En cause ce lundi, des craintes que l'assouplissement des restrictions de déplacement à destination de plusieurs pays, comme aux Etats-Unis ou en Asie du Sud-Est, ne creuse encore le déséquilibre sur le marché pétrolier. Car logiquement alors que le secteur aérien se relance, "la demande de kérosène augmente" constate Avtar Sandu, analyste de Phillip Futures.

Nouvelle flambée des cours du charbon

Autre facteur ayant poussé les cours pétroliers à la hausse dans les premiers échanges asiatiques : le charbon. "Les contrats à terme sur le charbon de Hong Kong ont bondi de 9% ce matin, ce qui signifie que la pénurie d'énergie redevient une priorité pour les investisseurs chinois", alimentant la hausse des cours de l'or noir relève Jeffrey Halley, analyste chez Oanda. Et "comme rien n'indique que cette pénurie va bientôt s'atténuer, et que le reste de l'Asie du Nord et l'Europe se disputent les rares ressources énergétiques, notamment le gaz, l'environnement des prix du pétrole reste constructif" (comprendre "haussier") ajoute l'expert.

Même une libération des réserves stratégiques américaines ou chinoises n'apporteraient selon lui qu'un "soulagement temporaire" au marché. Jeffrey Halley voit ainsi le baril de Brent atteindre 90 dollars prochainement, seuil à partir duquel il s'attend "à ce que la pression sur l'Opep+ monte de plusieurs crans de la part de la Maison Blanche".

"Pas un choc hivernal"

Si les cours pourraient subir des corrections dans les semaines à venir compte tenu du "poids énorme des positions longues spéculatives sur les contrats à terme", celles-ci resteraient brèves selon Jeffrey Haley, au vu de la solidité des fondamentaux du pétrole. Un avis partagé par Damien Courvalin, le responsable (français) de la recherche sur l'énergie et stratège principal en matières premières de Goldman Sachs, selon qui les prix "pourraient rester à des niveaux plus élevés dans les années à venir". "Il ne s'agit pas d'un choc hivernal passager comme cela pourrait être le cas pour le gaz. C'est en fait le début d'une hausse significative des prix du pétrole", a-t-il ainsi affirmé dans l'émission "Street Signs" de CNBC.

Le marché du pétrole est dans "le plus long déficit que nous ayons vu depuis des décennies", et la demande continuera à dépasser l'offre en hiver, a-t-il ajouté, pointant le manque d'investissements en amont dans l'offre - constat également dressé à plusieurs reprises par Benjamin Louvet, gérant matières premières chez Ofi Asset Management.

Les informations de Bloomberg selon lesquelles l'Opep+ n'a (une nouvelle fois) pas réussi à pomper suffisamment de pétrole pour atteindre ses objectifs de production, manquant la cible de 15% en septembre, après 16% en août et 9% en juillet d'après des sources au sein du cartel élargi, apparaissent également préoccupantes. Tout comme le net ralentissement de la croissance chinoise, premier importateur mondial d'or noir.

Quentin Soubranne - ©2021 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+312.10 % vs +41.31 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat