Bourse > Orange > Orange : "Nous souhaitons un véritable plan d'actionnariat salarié"
ORANGEORANGE ORA - FR0000133308ORA - FR0000133308
14.200 € -2.34 % Temps réel Euronext Paris
14.565 €Ouverture : -2.51 %Perf Ouverture : 14.570 €+ Haut : 14.115 €+ Bas :
14.540 €Clôture veille : 11 768 400Volume : +0.44 %Capi échangé : 37 773 M€Capi. :

Orange : "Nous souhaitons un véritable plan d'actionnariat salarié"

Thierry Feurgard, président de l'AFTASThierry Feurgard, président de l'AFTAS

(Tradingsat.com) - La publication le 20 février des résultats annuels 2012 de France Télécom n’a pas enrayé la baisse du cours de bourse. Le titre continue au contraire de se rapprocher de ses plus bas historiques de septembre 2002. Si bien que la grande majorité des actionnaires de l’opérateur historique de télécommunication est aujourd’hui en moins-value. Situation que ne peut que déplorer Thierry Feurgard, le Président de l’AFTAS (Association France Télécom des Actionnaires Salariés).

Tradingsat.com : Que vous inspire le parcours boursier de France Télécom ?

Thierry Feurgard : A moins de 7,50 euros, l’action continue de baisser après une année 2012 calamiteuse. Plus mauvaise performance du CAC 40 l’an dernier, le titre a connu une petite embellie début janvier, mais les nouvelles offensives de Free et SFR sur les prix l’ont à nouveau pénalisé. La publication des résultats annuels n’a rien arrangé. Une partie du marché est tirée vers un modèle low cost qui séduit un nombre important de consommateurs, entraînant une destruction de valeur sur l’ensemble du secteur.

Tradingsat.com : Les comptes 2012 montrent une nouvelle érosion du chiffre d’affaires, de l’EBITDA, du résultat net…

Thierry Feurgard : Leur lecture confirme l’impact d’une pression concurrentielle accrue sur le mobile en France, au moment même où l’on demande aux opérateurs de financer les réseaux du futur à très haut débit 4G et FTTH [fiber to the home, ndlr]. L’émergence du low cost a entraîné une destruction de valeur estimée à 2 milliards d’euros ; donc bien entendu, les revenus et les marges des opérateurs ont été compressés, Orange n’y a pas fait exception, même si le contrat d’itinérance passé avec Free en a largement atténué l’impact.

Tradingsat.com : Comment est jugée la situation en interne ?

Thierry Feurgard : J’ai confiance dans l’entreprise, dans le fait qu’elle pourra retrouver de la croissance et reconstituer ses marges grâce aux relais de croissance dans les nouveaux réseaux, au plan d’expansion dans les pays émergents, sans oublier l’effet attendu des réductions des coûts. Mais en tant que représentant des actionnaires salariés du groupe moi, je me fais le porte-parole de leur désarroi face à la double peine de la chute du cours de bourse et du rendement procuré par le dividende. Je rappelle que le dividende, qui était de 1,40 euro en 2011 a été très largement amputé à 0,80 euro au titre de l’exercice 2012, sans compter la nouvelle taxe de 3% sur les dividendes.

Tradingsat.com : Pourtant, les actionnaires salariés sont généralement favorisés dans les grandes entreprises.

Thierry Feurgard : Aucun plan d’actionnariat récurrent, tel qu’il en existe dans des sociétés comme Vallourec, Vinci, Société Générale, ou encore Safran., n’a été mis en place. Si les actionnaires salariés de France Télécom ont pu détenir jusqu’à 5% du capital de l’entreprise, c’est d’abord grâce à la cession par l’Etat d’une partie de son capital, en particulier au moment de l’introduction en bourse. Puis, l’augmentation de capital de 2002 lors de l’arrivée de Thierry Breton à la tête de l’entreprise a également permis aux salariés de monter au capital. Enfin, il y a eu deux attributions gratuites d’actions attributions gratuites d’actions en 2007 et en 2009. Une autre était prévue fin 2013 à la condition que le groupe cumule au moins 27 milliards d’euros de cash flow opérationnel sur 2011, 2012 et 2013. Mais après 9 milliards d’euros en 2011, et 8 milliards en 2012, le groupe vise 7 milliards d’euros de cash flow opérationnel en 2013…

Tradingsat.com : Que proposez-vous ?

Thierry Feurgard : Les actionnaires salariés étant les actionnaires les plus stables, les plus fidèles à l’entreprise, il nous semblerait normal que l’entreprise leur exprime sa reconnaissance en mettant en œuvre une opération attrayante qui leur permettent de compenser quelque peu leurs pertes. Pour le futur, et dans l’optique d’une poursuite probable du désengagement de l’Etat, il est important que le groupe se constitue un noyau solide d’actionnaires salariés représentant 10% du capital qui pourront le défendre contre toute prise de contrôle. Dans cette optique, nous souhaitons que l’entreprise mette sur pied un plan d’actionnariat salarié offrant chaque année aux collaborateurs du groupe d’acheter des actions à des conditions préférentielles, avec une décote et un abondement.

Propos recueillis par François Berthon

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...