Bourse > Orange > Orange : "La baisse du dividende est excessive et doit être compensée"
ORANGEORANGE ORA - FR0000133308ORA - FR0000133308
14.355 € +0.88 % Temps réel Euronext Paris
14.230 €Ouverture : +0.88 %Perf Ouverture : 14.435 €+ Haut : 14.175 €+ Bas :
14.230 €Clôture veille : 1 447 180Volume : +0.05 %Capi échangé : 38 185 M€Capi. :

Orange : "La baisse du dividende est excessive et doit être compensée"

Thierry FeurgardThierry Feurgard

(Tradingsat.com) - Tombée à de nouveaux plus bas depuis 10 ans, l’action France Télécom semble avoir perdu une large part de son attrait, y compris pour ses salariés. Une disgrâce à laquelle la baisse du dividende de l’opérateur historique n’est bien sûre par étrangère. Un sujet de préoccupation logique pour Thierry Feurgard, le Président de l’AFTAS - Association France Télécom des Actionnaires Salariés – qui préconise des mesures de compensation salutaires.

Tradingsat.com : L’annonce de la baisse du dividende à 0,80€ pour 2012 et 2013, contre 1,40€ auparavant, vous a-t-elle surpris ?

Thierry Feurgard : La rumeur d’une baisse importante transpirait depuis début septembre. Mais le marché n’anticipait pas un ajustement aussi conséquent, ce qui explique la nette chute du cours de bourse. Un dividende de 1 euro aurait été plus conforme aux attentes. Je rappelle que l’année dernière, lors de la publication des résultats 2011, la direction avait indiqué que le dividende correspondrait cette année à 40-45% du cash flow opérationnel, ce qui laissait envisager un coupon voisin de 1,20 euro, soit une diminution déjà importante par rapport à celui de 1,40 euro versé pendant trois ans, de 2009 à 2011.

Tradingsat.com : Selon vous, la direction de France Télécom n’aurait donc pas dû aller aussi loin.

Thierry Feurgard : La position de l’AFTAS n’est pas dogmatique : compte tenu de la période difficile traversée par l’entreprise, la préservation de l’emploi et des investissements impliquait un ajustement « raisonnable » du dividende, car il ne faut pas non plus oublier les actionnaires. Je pense en particulier aux petits actionnaires, et donc aux actionnaires salariés, pour qui une baisse aussi forte du dividende va entraîner une perte de revenu importante. En moyenne, les salariés touchent environ 1000 euros de dividende par an. Avec la baisse annoncée du dividende, la perte de revenu dépasse 400 euros !

Tradingsat.com : En tant que responsable de l’AFTAS, que préconisez vous aujourd’hui ?

Thierry Feurgard : Avec la suppression de l’abattement fiscal de 1 525 euros à compter du 1er janvier 2012 et la chute du cours de bourse liée à la baisse du dividende, les actionnaires subissent une triple peine. Nous demandons par conséquent à la direction de prendre des mesures de compensation pour les actionnaires fidèles, comme par exemple une majoration du dividende au-delà d’une certaine durée de détention. Les actionnaires particuliers sont souvent les plus fidèles, le groupe n’a rien à gagner à voir leur part diminuer dans le capital.

Tradingsat.com : Quel regard portez vous sur les difficultés auxquelles le groupe est confronté ?

Thierry Feurgard : L’entreprise doit faire face à un environnement difficile, lié à une surfiscalité (taxe pour compenser l’arrête de la publicité sur France Télévision, soutien à l'Industrie des Programmes Audiovisuel, taxe sur les infrastructures de réseau…), au durcissement de la réglementation dans les télécoms, et bien sûr au fait que les autorités ont introduit un quatrième opérateur mobile sur le marché. Je fais une petite parenthèse à ce propos, alors que des rumeurs circulent au sujet de fusion entre SFR et Numéricâble, voire Free Mobile. Le comble serait quand même de revenir à trois opérateurs !

Tradingsat.com : Vous avez récemment rencontré Stéphane Richard, le PDG de France Télécom. Est-il favorable au renforcement de l’actionnariat salarié au sein du groupe ?

Thierry Feurgard : Il s’est déclaré fondamentalement attaché à l’actionnariat salarié, qu’il considère comme un atout en permettant d’associer les salariés à la bonne marche de l’entreprise. Or la part des actionnaires salariés de France Télécom dans le capital de la société s’effrite actuellement, elle se situe aux alentours de 4,5%, contre environ 4,9% il y encore quelques mois. Avec la chute du cours de bourse et la baisse du rendement, les salariés ne sont pas incités à investir leur participation et leur intéressement dans le Fonds commun de placement d'entreprise (FCPE) « France Télécom Actions », préférant choisir d’autres supports a priori plus « sûrs » comme des fonds monétaires ou obligataires. L’AFTAS souhaite donc la mise en place de dispositifs permettant de faire remonter la part des salariés dans le capital du groupe. On peut imaginer par exemple, que lorsque les salariés reçoivent leur participation et leur intéressement aux résultats, il leur soit proposé d’acheter des actions France Télécom avec une décote et un abondement de l’entreprise, donc à des conditions plus favorables que celles du marché.

Tradingsat : Les problèmes de gouvernance du FCPE France Télécom, que vous critiquez depuis longtemps, sont-ils en voie de résolution ?

Thierry Feurgard : La situation n’a pas (encore) évolué. Les décisions du fonds sont prises par un conseil de surveillance toujours composé pour moitié de représentants de la direction de l’entreprise et de représentants des organisations syndicales. Aucun membre n’est élu par les porteurs de parts du fonds ! Résultat, le conseil de surveillance a voté lors de la dernière assemblée générale contre les résolutions soutenues par l’entreprise, donc contre le dividende et le renouvellement de certains administrateurs, non pas dans l’intérêt des actionnaires salariés mais dans une logique purement syndicale. La direction est consciente du problème, mais changer les choses prend du temps.

Propos recueillis par François Berthon

Retrouvez l'historique des dividendes de France Télécom et les prévisions sur les futurs coupons en cliquant ici.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI