Bourse > Or > Or : Retour de l'once sur les 1.800 dollars
OrOr GC - MP00000000GCGC - MP00000000GC
1 251.50 -0.27 %
1 250.70Ouverture : 1 251.10+ Haut : 1 254.10+ Bas :
+0.06 %Perf Ouverture : 1 295.20Clôture veille : 0Volume :

Or : Retour de l'once sur les 1.800 dollars

tradingsat

(CercleFinance.com) - Le reflux des inquiétudes causé par la déclaration conjointe de l'Allemagne, de la France et de la Grèce pesait sur le prix de la valeur-refuge ce matin. Au terme du premier fixing du jour sur la place de Londres, l'once de 31,10 grammes de métal fin cotait 1.806 dollars (- 12,5 dollars par rapport au fixing d'hier après-midi) et 1.310,02 euros (- 15,2 euros).

Un intervenant souligne que la dynamique haussière de l'or est affaiblie ces derniers temps, et ne semble pas parvenir à se reprendre depuis que le record historique voisin des 1.920 dollars a été atteint. Les bonnes nouvelles relatives quant à la situation souveraine de la Grèce parues hier soutiennent aussi un certain optimisme, par nature défavorable aux valeurs-refuge comme l'or.

“Le président de la République (française) et la Chancelière (fédérale d'Allemagne) sont convaincus que l'avenir de la Grèce est dans la zone euro”, indique un document officiel diffusé par l'Elysée. Par ailleurs, le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, a déclaré devant le Parlement européen que l'exécutif européen proposerait prochainement des options en vue de l'introduction d'euro-obligations.

Notons que les spécialistes d'Aurel BGC retiennent qu'“au final, les investisseurs américains ont essentiellement retenu de ce communiqué la volonté de l'Allemagne de soutenir la Grèce...”.

Et chez Pictet à Cie à Genève, les cambistes n'étaient pas convaincus : “des eurobonds 'pourraient' être mises en place, mais n'apporteront pas de solution immédiate à tous les problèmes ! La Grèce va-t-elle tomber en faillite ? Ce serait une catastrophe et l'on peut se demander si le 2ème plan d'aide mis en place par les autorités politiques et monétaires européennes a tenu compte de l'état réel de la situation économique et financière grecque”.

“Les dernières nouvelles d'Europe continuent en théorie d'être haussières pour l'or (dégradation des dettes des banques, inertie politique sur les problèmes souverains, difficultés potentielles de financement des banques...)”, commente Triland Metals ce matin, “mais le marché ne réagit pas aussi fermement qu'il le faisait quelques semaines auparavant”.

“En fait”, poursuit le courtier en métaux de Mitsubishi, “des vendeurs d'envergure sont toujours présents sur le marché, qui reste donc vulnérable à de brusques corrections”. Il ajoute qu'avec la fin du trimestre qui arrive, les habillages de bilans ne sont pas impossibles, en profitant des bénéfices sur l'or pour amoindrir des pertes sur d'autres classes d'actifs.

En tout cas, ces vendeurs ne semblent pas provenir des détenteurs d'ETF aurifères : l'encours du premier d'entre eux, le SPDR Gold Shares, était toujours hier soir de 1.241,31 tonnes. Il était de 1.232 tonnes fin août.

Nombreuses sont aussi les anticipations tablant sur un débordement des 2.000 dollars l'once à court terme. “L'or pourrait afficher la plus forte hausse du complexe des métaux précieux (or, argent, platinoïdes) durant les prochains mois grâce à son statut de valeur-refuge. Ceci dit, il reste vulnérable à une correction qui ramènerait l'once sur sa tendance haussière de long terme”, écrit Anne-Laure Tremblay, de BNP Paribas CIB. Elle prévoit une once à 2.080 dollars en 2012, puis 2.200 dollars en 2013.

D'un point de vue technique, les analystes de ScotiaMocatta écrivaient hier soir qu'ils s'attendaient au déclenchement d'ordres 'stop loss' si le support des 1.777 dollars était atteint. Dans ce cas, les 1.704 dollars seraient en ligne de mire.

Copyright (c) 2011 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI