Bourse > Or > Or : Pas d'amélioration du sentiment sur le métal jaune
OrOr GC - MP00000000GCGC - MP00000000GC
1 260.90 +1.10 %
1 244.80Ouverture : 1 247.40+ Haut : 1 244.80+ Bas :
+1.29 %Perf Ouverture : 1 295.20Clôture veille : 0Volume :

Or : Pas d'amélioration du sentiment sur le métal jaune

tradingsat

(CercleFinance.com) - C'est un bien léger rebond que le cours de l'or s'est permis ce matin. Il ne devrait pas moins finir la semaine sur des baisses d'une trentaine de dollars, et d'une dizaine d'euros. Au terme du premier fixing de ce vendredi sur le marché de Londres, l'once d'or cotait 1.580 dollars (+ 3 dollars par rapport au fixing d'hier après-midi) et 1.196,1 euros ( + 3,3 euros).

Comme le résument les spécialistes de Saxo Banque, “sur le métal jaune, les investisseurs restent concernés par un repli important entamé en octobre 2012, compilé par ailleurs avec les décisions de certaines banques centrales de réduire le stimulus monétaire. “

Chez Barclays France, on relativisait ce matin la portée des “minutes” du dernier comité de politique monétaire (FOMC) de la Réserve fédérale américaine. Le compte-rendu du FOMC des 29 et 30 janvier, publié cette semaine, a effectivement jeté un froid : il a de nouveau relaté les dissensions au sein du conseil d'administration de la Fed quant à l'éventualité d'arrêter les QE.

Or l'alourdissement du bilan des banques centrales qui résulte des rachats massifs d'obligations, des mesures non conventionnelles autrement appelées assouplissements quantitatifs (QE, en anglais), dégradent le bilan desdits établissements et mécaniquement la valeur relative des devises dont elles ont la charge. La première de ces opérations avaient été lancée fin 2008 par la Fed, qui laisse maintenant entrevoir l'éventualité de leur fin.

“Le fait qu'un débat apparaisse au niveau de la banque centrale américaine concernant l'opportunité ou non de maintenir ad vitam aeternam une politique monétaire ultra-accommodante (une inondation de liquidité dans le système financier) est plutôt sain et n'est pas nouveau (l'économie américaine est un peu moins stressée)”, indique l'analyste.

“Cependant, cela ne veut pas dire que la Fed va arrêter du jour au lendemain de racheter des obligations américaines, ce qui pourrait entrainer une violente hausse des taux (c'est précisément ce que la Fed ne veut pas) et provoquer une rechute de l'économie américaine”, ajoute encore Barclays France.

Aurel BGC abonde dans ce ce sens ce matin, estimant que les investisseurs ont “surréagi” à la publication des fameuses “minutes”.

Cependant, l'encours des ETF aurifères mesuré par Bloomberg, un indicateur du sentiment des investisseurs longs, s'est effondré hier soir de 1,1 million d'onces à 82,39 millions d'unités, bien loin de son record absolu de 84,64 millions d'onces datant du 20 décembre.

Notons que ce matin, un analyste de Nomura, Tyler Broda, a alimenté les arguments négatifs. Ce spécialiste a tenté de quantifier le potentiel de baisse du prix de l'once : dans le pire des cas, l'once pourrait tomber à brève échéance jusqu'à 1.025 dollars, calcule Nomura, qui reste cependant positif à long terme. Selon l'analyste, la valeur d'équilibre de l'once est de 1.350 dollars.

D'un point de vue technique, les analystes de ScotiaMocatta soulignent le rebond à 1.579 dollars enregistré hier soir en clôture de la séance sur le marché au comptant. Ancien support, la résistance des 1.585 a même été testée en séance, hier. Mais selon les spécialistes, rien ne remet en cause le scénario d'un retour sur 1.526, “'le plus bas niveau de l'année 2012”.


Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI