Bourse > Or > Or : Nouveau repli de l'once en euros après le vote grec
OrOr GC - MP00000000GCGC - MP00000000GC
1 254.60 -0.02 %
1 250.70Ouverture : 1 251.10+ Haut : 1 254.10+ Bas :
+0.31 %Perf Ouverture : 1 295.20Clôture veille : 0Volume :

Or : Nouveau repli de l'once en euros après le vote grec

tradingsat

(CercleFinance.com) - En hausse en dollars, le métal jaune subit en revanche, en euros, le contrecoup du vote par le parlement grec d'un nouveau plan de rigueur. Au terme du premier fixing à Londres ce mercredi, l'once cotait 1.508 dollars (+ 3,75 dollars par rapport au fixing d'hier après-midi) et 1.046,85 euros (- 6,1 euros).

Comme cela était largement anticipé, le parlement grec a adopté un nouveau plan d'austérité budgétaire de cinq ans par 154 voix contre 138. Ce vote conditionnait l'octroi d'une nouvelle enveloppe d'aide européenne de 110 milliards d'euros, encore à venir. Cette nouvelle aide devrait éviter à court terme un défaut de paiement au pays, ce qui soulage le sentiment des marchés sur l'euro.

Triland Metals fait remarquer que l'once a testé les 1.514 dollars avant que le vote n'intervienne, mais qu'ensuite elle a retraité. Cependant, les volumes sont restés mesurés, ce que le courtier en métaux de Mitsubishi interprète comme “un début d'influence estivale”.

Mais comme l'écrivaient ce matin les spécialistes de la banque privée Pictet & Cie, “cette première étape franchie de manière douloureuse ne doit pas nous faire oublier que le bord du précipice est proche et que les mois à venir risquent d'être [également] douloureux pour les marchés financiers.”

Chez MKS Finance, un fondeur-affineur suisse, on insiste sur les prochaines échéances du “dossier grec” : la réunion extraordinaire de l'Eurogroupe sur le “package” d'aide à la Grèce (le 3 juillet), sa finalisation (les 11 et 12 juillet), et les prochaines échéances d'obligations d'Etat de la Grèce (15 et 22 juillet pour 2,4 et 1,6 milliards d'euros respectivement).

Le fondeur-affineur allemand de métaux fins Heraeus, qui fabrique notamment des lingots, est revenu sur l'évolution récente des prix du métal dans son dernier commentaire. Selon lui, le métal anti-crise n'est pas vraiment en crise. Certes, il a franchi en baisse d'importants seuils techniques, mais pas de panique : 'les investisseurs allemands ne pleurent pas vraiment la paix athénienne : la demande physique [de produits d'investissement en or ] s'est considérablement accrue depuis vendredi', rapporte le spécialiste basé à Hanau.

'Les investisseurs ont acquis essentiellement des lingotins de 1 à 250 grammes, de même que des pièces comme des Krugerrands. Le fort intérêt pour ces pièces sud-africaines a été interprété par les détaillants comme l'arrivée de nouveaux investisseurs en or, ce produit étant historiquement bien connu', ajoute le commentaire.

Le fondeur ne déplore pas encore de délai de livraison, ses lignes de fonte étant capables de fournir - 'pour l'instant' - la demande sans retard.

Heraeus conclut en estimant qu'il n'y a pas de raison que le 'rally' décennal de l'or prenne fin maintenant. Une baisse plus prononcée donnerait aussi une occasion aux investisseurs de se renforcer plus massivement face aux incertitudes financières, sans oublier les industriels et les bijoutiers toujours en embuscade.

Après avoir fait preuve d'une stabilité parfaite depuis le 17 juin à 1.209,14 tonnes, l'encours du 1er ETF aurifère mondial, le SPDR Gold Shares, a reculé hier soir à 1.208,23 tonnes. La masse de lingots adossée à ce produit permettant de jouer l'or depuis la Bourse est utilisée comme l'une des jauges de l'appétit des investisseurs. Et ce bien que sa lecture ne reflète pas la demande de lingots, autrement plus importante.

Selon leur dernier commentaire disponible, les analystes techniques de ScotiaMocatta maintiennent leur opinion baissière à court terme. Ils identifiaient le prochain support majeur à 1.478 dollars.

Copyright (c) 2011 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI