Bourse > Or > Or : Nouveau rebond au-delà des 1.800 dollars
OrOr GC - MP00000000GCGC - MP00000000GC
1 262.10 -0.03 %
1 266.00Ouverture : 1 266.00+ Haut : 1 262.40+ Bas :
-0.31 %Perf Ouverture : 1 294.80Clôture veille : 0Volume :

Or : Nouveau rebond au-delà des 1.800 dollars

tradingsat

(CercleFinance.com) - Le prix de l'or s'essayait de nouveau à la hausse après avoir rebondi sur un seuil technique situé juste au-dessous des 1.800 dollars. Au terme du 1er fixing du jour sur le marché de Londres, l'once de métal jaune cotait 1.829 dollars (+ 9 dollars par rapport au fixing d'hier après-midi) et 1.339,34 euros (+ 10 euros).

Chez Triland Metals, courtier en métaux du groupe nippon Mitsubishi, on souligne une légère baisse de la volatilité et des volumes lors de la séance d'hier sur le marché au comptant. Mais de nouveau, celle-ci a été ponctuée d'importants ordres de vente : “plusieurs d'entre eux, portant sur environ 5.000 lots (soit 500.000 onces ou 15,5 tonnes), ont provoqué la chute du spot de 1.819,4 à 1.794,8 dollars en deux minutes”, rapporte l'intervenant.

MKS Finance indique que de nombreux opérateurs financiers ont probablement dû liquider des positions aurifères (positives) pour couvrir les pertes sur les actions et ainsi respecter leurs appels de marge. La baisse de l'euro s'y est ajoutée et doit expliquer, avec le premier facteur, la torpeur relative du cours de l'or actuellement, analyse le négociant et fondeur helvétique de métaux fins.

Certains opérateurs n'hésitent pas cependant à faire preuve d'optimisme sur le métal jaune. “Nous pensons que l'or maintiendra sa tendance haussière face aux actifs 'papier', aussi longtemps que la crise de la dette ne sera pas résolue. Nous ignorons le temps que la résolution de cette crise nécessitera, mais trois moyens existent pour y parvenir : l'impression de monnaie, le transfert de richesse des créanciers aux débiteurs et la restructuration des dettes”, écrivait tout récemment Yves Bonzon, directeur des Investissements de la banque privée genevoise Pictet & Cie.

Il 'liste' quelques scénarios : si les Etats faisaient défaut sur leurs dettes en faisant supporter les pertes afférentes aux créanciers, les 2.000 dollars constitueraient vraisemblablement un “plafond” pour l'once.

Alternative : 'le recours à a planche à billets, accompagné de rachats de bons du Trésor, pour ancrer les taux longs en dessous de 3%, provoquerait une hausse aux environs des 4.000 dollars.”

“Pour notre part”, ajoute-t-il, “nous ne croyons pas au scénario de la délation aux Etats-Unis. In fine, la crise se résoudra par une combinaison d'impression de monnaie, de réduction et de restructuration des créances', pronostique le spécialiste qui table, en moyenne, sur un objectif de 3.000 dollars l'once.

“Le marché haussier de l'or est donc entré dans son dernier tiers, le plus spéculatif et le plus volatil certainement. Mais sa place dans les portefeuilles demeure justifiée jusqu'à ce que le risque de délation soit définitivement rangé au rayon des mauvais souvenirs', conclut-il.

Toujours rien à signaler du côté des ETF et notamment du SPDR Gold Shares américain, dont l'encours de lingots était pratiquement stable hier à 1.241,31 tonnes (- 610 kilos par rapport à la veille).

D'un point de vue technique, les analystes de ScotiaMocatta soulignent que l'once a réussi à tenir les 1.795 dollars hier, ce qui a permis le test des 1.840. Des supports-clés sont situés à 1.777 et 1.795. Vers le haut, les prochains objectifs sont identifiés à 1.885 et 1.920 dollars.

Copyright (c) 2011 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...