Bourse > Or > Or : Légère reprise de l'once, test des 1.660 dollars.
OrOr GC - MP00000000GCGC - MP00000000GC
1 268.70 -0.56 %
1 275.60Ouverture : 1 276.90+ Haut : 1 268.70+ Bas :
-0.54 %Perf Ouverture : 1 294.80Clôture veille : 0Volume :

Or : Légère reprise de l'once, test des 1.660 dollars.

tradingsat

(CercleFinance.com) - Au terme du premier fixing du jour à Londres, l'once d'or cotait 1.654 dollars (+ 10 dollars par rapport au fixing d'hier après-midi) et 1.261,63 euros (+ 6,1 euros). Sur le marché au comptant, le métal tente actuellement de déborder les 1.660 dollars, sans succès durable pour l'instant.

Chez Triland Metals, on commentait hier soir que “les achats (d'or) ont été, une fois encore, soutenus par l'espoir que les 'fanas du QE' reçoivent une autre dose de stimulus monétaire de la part de la Fed”, après les chiffres décevants des créations de postes de mars aux Etats-Unis. Attention, avertit le courtier en métaux de Mitsubishi : “un chiffre ne fait pas la tendance”.

Chez le fondeur-affineur allemand Heraeus, on estimait hier que la principale raison de la récente chute de l'or était la grève des bijoutiers indiens, qui aura duré plusieurs semaines. Pr ce pays était l'an dernier, du moins jusqu'au 3ème trimestre, le premier débouché mondial pour le métal jaune.

'L'an dernier, l'Inde a importé un record de 969 tonnes de métal et en janvier le gouvernement avait déjà augmenté la taxe à l'importation de 90%', écrit Heraeus. Rappelons que l'Inde avait, en début d'année, modifié la fiscalité sur les importations d'or en faisant passer une taxe au poids représentant un peu plus de 1% du montant de l'import à une nouvelle taxe représentant 2% du montant.

Puis un récent projet de New Delhi était, afin de limiter le déficit commercial dans lequel l'or jour un grand rôle, de faire passer ce taux de 2% à 4% au 1er avril. Cette perspective avait entraîné la colère des bijoutiers indiens et une grève de plusieurs semaines suivie par 85% des 300.000 bijoutiers et détaillants que comptait le pays.

Au final, la taxe indienne pourrait pratiquement quadrupler en l'espace de trois mois. Le projet pourrait être écarté, ce qui a provoqué la levée de la grève samedi. Mis rien n'est encore acté.

Heraeus ajoute que la Turquie, autre pays émergent important, entend faire en sorte que les épargnants déposent leurs investissements en or dans les banques du pays via des comptes-métal. Le but : renforcer la solidité financière des établissements et permettre d'accorder davantage de prêts.

Reste que le déterminant central pour l'or est actuellement constitué des discours de la Fed, tantôt dans le sens de la hausse comme jusqu'à fin février, tantôt dans celui de la baisse.

Heraeus indique que chez Goldman Sachs, les analystes tablent sur une once à 1.840 dollars d'ici six mois et sur un prix de 1.940 dollars d'ici 12 mois. Ce dernier chiffre est plus élevé que le record absolu situé vers 1.920 dollars qui fut touché sur le marché au comptant, en septembre dernier.

Le fondeur ajoute que tout le monde n'est pas aussi optimiste : chez UBS, la prévision moyenne pour 2012 a été abaissée de 2.050 à 1.691 dollars, rapportent-ils. Argument principal : la reprise de l'économie américaine semble soutenable et l'avenir de la demande indienne serait sujette à caution. A suivre...

D'un point de vue technique, les analystes de ScotiaMocatta soulignent que l'once, à 1.661 dollars, avait terminé hier soir sur le marché au comptant, juste au-dessus de la borne haute de son canal baissier de court terme. Un facteur qui affaiblit donc une configuration négative à brève échéance, sans qu'elle ait disparu pour autant. Prochaine résistance : 1.683.

Copyright (c) 2012 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...