Bourse > Or > Or : L'once tente de reprendre les 1.530 dollars
OrOr GC - MP00000000GCGC - MP00000000GC
1 251.70 -0.26 %
1 252.70Ouverture : 1 253.60+ Haut : 1 249.20+ Bas :
-0.08 %Perf Ouverture : 1 295.20Clôture veille : 0Volume :

Or : L'once tente de reprendre les 1.530 dollars

tradingsat

(CercleFinance.com) - Au terme du premier fixing du jour sur le marché de Londres, l'once de 31,10 grammes cotait 1.524,50 dollars (+ 111 dollars par rapport au dernier d'hier après-midi) et 1.057,95 euros (+ 3,9 euros).

Le mouvement de reprise de l'once se poursuit donc : sur le marché au comptant ce matin, un point haut a été atteint à 1.527 dollars, sans pouvoir être tenu pour l'instant. La correction de la semaine passée l'avait, pour mémoire, ramenée jusqu'à 1.463.

Signalons aussi le parcours pour le moins heurté décrit par l'argent, frappé avant le pétrole par de fortes hausses des appels de marge par le CME. Selon les prix de Londres, l'once de métal blanc avait culminé à 48,70 dollars le 28 avril avant de chuter jusqu'à 34,20 dollars le 6 mai. La voilà remontée ce midi à 39,18 dollars.

“Les vives inquiétudes relatives à la Grèce arrivent toujours en tête des préoccupations en ce moment”, rappelait le négociant et fondeur d'or suisse MKS Finance dans son dernier commentaire de marché.

Ils ajoutent que la hausse des appels de marges et des dépôts de garantie décidé par le marché de dérivés américain CME sur de grands produits pétroliers (WTI, Brent, essence) sont maintenant entrés en vigueur. Ces mesures, qui rendent plus coûteuses les interventions sur les dérivés pétroliers pour les opérateurs et notamment les investisseurs, “risquent de donner une tonalité négative à l'ensemble du complexe des matières premières”, craint MKS qui se demande si la reprise de de ces derniers jours résistera dans ces conditions.

Certes, l'or joue toujours le rôle d'actif de diversification pour les investisseurs désireux de réduire leur exposition au dollar, à l'euro et/où aux obligations libellées dans ces monnaies. Les banques centrales des pays émergents comme le Mexique, la Russie, l'Inde, la Chine ou la Thaïlande ont d'ailleurs entrepris d'augmenter la part de l'or dans leurs réserves monétaires, d'autant que le dollar qui reste dominant se déprécie.

Mais la proportion de métal jaune dans ces réserves varie entre 30 et 70% dans les pays développés, qui sont aussi les principaux détenteurs d'or monétaire au monde. Selon les spécialistes de Natixis, “nombre d'entre eux pourraient raisonnablement envisager d'utiliser cet or pour réduire le poids global du service de leur dette. Ainsi le Portugal, qui détient 382 tonnes d'or (représentant 81% de ses réserves de change) aurait subi des pressions de certains de ses partenaires européens pour réduire le coût du plan de sauvetage.”

En outre, l'encours du principal ETF aurifère, le SPDR Gold Shares américain sur lequel les “hedge funds” de John Paulson et George Soros détiennent des positions importantes selon les derniers formulaires de la SEC, a encore diminué. Tombé à 1.201,95 tonnes alors que son record de 1.320,44 tonnes avait été atteint fin juin 2010, il semble dénoter d'une perte d'intérêt de certains investisseurs pour l'or. Pour mémoire, cet encours était de 1.280,72 à la fin du mois de décembre 2010.

L'indice Gldtons, qui recense les encours cumulés d'une dizaine d'ETF de ce type, est lui aussi retombé à 2.050 tonnes contre 2.070 ces dernières semaines.

D'un point de vue technique, les analystes de ScotiMocatta restent persuadés que la vive correction connue par l'or ces derniers jours n'est pas terminée. “Nous pensons qu'un nouveau test baissier aura lieu cette semaine”, pronostiquent-ils.

Copyright (c) 2011 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI