Bourse > Or > Or : L'once déborde le seuil des 1.540 dollars
OrOr GC - MP00000000GCGC - MP00000000GC
1 264.70 +0.11 %
1 275.60Ouverture : 1 276.90+ Haut : 1 262.10+ Bas :
-0.85 %Perf Ouverture : 1 294.80Clôture veille : 0Volume :

Or : L'once déborde le seuil des 1.540 dollars

tradingsat

(CercleFinance.com) - Des tristes statistiques américaines à une nouvelle dégradation de la note de la Grèce par Moody's, un regain d'inquiétudes profite au métal jaune ce matin. Au terme du premier fixing de ce jeudi de l'Ascension sur le marché de Londres, l'once cotait en fin de matinée 1.540,75 dollars (+ 7 dollars par rapport au fixing d'hier après-midi) ainsi que 1.068,26 euros (+5 euros).

Il faut remonter jusqu'au 4 mai dernier pour retrouver un fixing supérieur à 1.540 dollars sur le marché londonien, sachant que le record absolu est, sur le marché au comptant cette fois, de 1.577 dollars. En euros en revanche, le record londonien de tous les temps touché le 25 mai dernier se situe à 1.086,84 euros et n'a donc pas été débordé.

Pourtant, la crise souveraine européenne n'en finit pas de s'envenimer. Ce matin, l'agence de notation-crédit Moody's a dégradé la note de la Grèce, passant de 'B1' à 'Caa1', note déjà située dans le territoire spéculatif qui traduit un risque substantiel sur le titre, assortie en outre d'une perspective négative.

L'agence de notation craint le risque d'échec croissant du processus de stabilisation de la dette grecque, sans restructuration. Elle pointe du doigt les défis que doit relever le gouvernement ou encore les incertitudes quant aux perspectives de croissance.

Par ailleurs, Moody's estime que les soutiens du pays, que sont le FMI et la Commission européenne par exemple, pourraient exiger la participation des créanciers privés dans la restructuration de la dette.

Cependant, l'actualité peu encourageante dans les autres grands pays développés, où la situation n'est pas plus encourageante. Au Japon, le Premier ministre Naoto Kan a certes survécu à un vote de confiance, mais l'instabilité politique du pays reste sensible alors que sa majorité s'en trouve divisée. Aux Etats-Unis, les indicateurs économiques défavorables s'accumulent. Derniers en date : la confiance du consommateur, qui en mai est tombée à son plus bas niveau depuis novembre, et le nouveau ralentissement de l'activité dans la région des Grands Lacs, autour de Chicago. Sans oublier un indice de l'emploi ADP décevant, qui augure mal du rapport officiel sur l'emploi du mois de mai qui sera publié demain, et un ralentissement de l'activité manufacturière selon le dernier indice ISM.

Triland Metals rapporte que des ventes significatives sont intervenues lors du second fixing, hier après-midi. Puis des bruits selon lesquels un mineur d'or avait vendu du métal ont circulé sur le marché, “rumeur qui, si elle était confirmée, serait significative d'un point de vue fondamental”, indique le courtier en métaux de Mitsubishi qui souligne cependant des volumes d'échanges réduits.

Toutefois, ajoute-t-il, “les problèmes des dettes souveraines européennes et de l'inflation continuent de soutenir le marché”.

On notera une nouvelle hausse de 2,13 tonnes du stock d'or adossé au 1er ETF aurifère mondial, le SPDR Gold Shares américain, en date d'hier soir. Cet indicateur, tombé jusqu'à 1.191,34 tonnes le 19 mai dernier. Cet indicateur fait partie de ceux utilisés pour jauger de la demande d'or des investisseurs.

D'un point de vue technique, les analystes de ScotiaMocatta rappellent que sur le marché au comptant (ou 'spot'), l'or avait commencé le mois à 1.537. En montant dans la zone des 1.550, il est “à portée de voix” du record absolu des 1.577. Tant que le métal se tient au-dessus des 1.500, il semble bien parti pour tester de nouveau son plus haut. Attention cependant, avertissent-ils encore : s'il ne parvient pas à marquer de nouveaux plus hauts, le métal attirera les vendeurs.

Copyright (c) 2011 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...