Bourse > Or > Or : L'once de plus en plus proche des 1.600 dollars
OrOr GC - MP00000000GCGC - MP00000000GC
1 268.50 +1.71 %
1 244.80Ouverture : 1 269.80+ Haut : 1 256.90+ Bas :
+1.90 %Perf Ouverture : 1 295.20Clôture veille : 0Volume :

Or : L'once de plus en plus proche des 1.600 dollars

tradingsat

(CercleFinance.com) - Les dernières variations du cours de l'or confirment le caractère laborieux des tendances en vigueur depuis près d'un mois maintenant, soit des variations entre grosso modo 1.600 et 1.700 dollars. Au terme du premier fixing de ce jeudi sur le marché de référence de Londres, l'once de 31,10 grammes de métal jaune cotait 1.629 dollars (- 23,5 dollars par rapport au fixing d'hier après-midi) et 1.180,18 euros (- 18,7 euros).

Passée sous la barre des 1.700 dollars le 23 septembre dernier, l'once a ensuite 'touché' les 1.538 dollars sur le marché au comptant avant de rebondir, mais sans jamais reprendre les 1.700 dollars depuis lors. C'est ce que relèvent - une fois encore - les courtiers de Triland Metals, filiale de Mitsubishi, ce matin.

“Cette tendance semble devoir se poursuivre. L'attention va maintenant se focaliser sur la capacité des Européens à trouver des solutions concrètes à la crise souveraine”, ajoutent-ils. Actuellement, l'optimisme domine quant au résultat du conseil européen qui, dimanche à Bruxelles, devrait dévoiler la position que l'Union européenne défendra lors du G20 de Cannes, les 3 et 4 novembre.

D'un point de vue technique, les analystes de ScotiaMocatta se montraient baissiers à court terme dans leur dernier commentaire disponible. Ils distinguent, parmi la tendance actuelle, une figure baissière en 'wedge' que seule une reprise des 1.684 dollars viendrait remettre en cause.

La moyenne mobile à 200 jours, un support habituellement déterminant pour les tendances de long terme, se situe à 1.539 dollars.

Toujours absolument rien à signaler du côté de l'encours de lingots adossé à l'ETF aurifère SPDR Gold Shares américain, qui hier soir était stable à 1.227,51 tonnes. Il s'agit du même niveau depuis le 13 novembre.

En plus d'un moindre intérêt actuellement pour les valeurs refuges, l'or souffre peut-être de nouvelles règles sans cesse plus contraignantes quant à son négoce et à sa détention, notamment sur le segment des produits dérivés. Après les relèvements marqués des appels de marge exigés sur le marché américain COMEX, en août en en septembre, la Commodity Futures Trading Commission (CFTC), l'agence fédérale chargée de réguler principalement les marchés à terme US de matières premières, est passée à l'attaque.

La CFTC devait transposer, à l'échelle de ses compétences, la loi Dodd-Frank sur 'la réforme de Wall Street et la protection du consommateur'. Cet “Act” a été adopté par le parlement dans le but de prévenir la réédition des conditions qui ont débouché sur la crise financière de 2008/2009. Dans ce cadre, la loi a notamment confié à la CFTC le soin de déterminer la position maximale qu'un seul intervenant peut détenir sur les marchés dont elle a la garde.

Dans son discours d'ouverture prononcé avant l'adoption des règles définitives, le patron de la CFTC, Gary Gensler, a rappelé avant-hier que 'nous ne pouvons pas oublier que des millions d'Américains, qui n'ont rien à voir avec les produits dérivés et autres produits financiers exotiques, ont quand même perdu leurs emplois en raison de la faiblesse de la régulation dans le secteur.' Le ton est donné. Et encore : “notre devoir est de protéger les intervenants du marché et le peuple américain contre la fraude, la manipulation et autres abus”, et de prévenir la concentration excessive des positions. Tous types confondus, c'est-à-dire non seulement les places à terme réglementées, mais aussi le comptant et les swaps.

La CFTC a identifié 28 marchés-clés de matières premières agricoles et industrielles, dont l'or, sur lesquelles des positions maximales ont été définies. Au comptant, et hormis le gaz qui jouira d'un régime spécial, la limite supérieure de position autorisée pour un intervenant sera de 25% de l'offre livrable au cours du mois suivant, cette dernière étant estimée par la CFTC. Sur les contrats hors comptant, la limite de position utilisera la règle des '10/2,5', c'est-à-dire 10% sur les 25.000 premiers contrats de l'intérêt ouvert, puis 2,5% au-delà.

L'adoption par la CFTC de ces règles a pris nettement plus de temps que prévu, et elle n'a été votée que par la plus courte des majorités possibles.

Copyright (c) 2011 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI