Bourse > Or > Or : le glas du marché haussier semble avoir sonné
OrOr GC - MP00000000GCGC - MP00000000GC
1 265.40 +0.07 %
1 266.00Ouverture : 1 266.00+ Haut : 1 262.20+ Bas :
-0.05 %Perf Ouverture : 1 294.80Clôture veille : 0Volume :

Or : le glas du marché haussier semble avoir sonné

tradingsat

(CercleFinance.com) - L'impressionnante chute de l'or s'est confirmée ce matin à Londres lors du premier fixing du jour. Lors du premier fixing de ce mardi sur le marché de référence de Londres, l'once d'or cotait 1.378 dollars (- 17 dollars par rapport au précédent fixing d'hier après-midi) et 1.054 euros (- 12,3 euros).

Au plus bas de deux ans environ en dollars, l'once a perdu depuis le début du mois quelque 220 dollars (- 13,7%) et 192 euros (- 15,4%).

Selon nombre d'intervenants, la chute du cours du métal jaune sur des ventes de panique ces deux dernières séances est inédite depuis 30 ans environ. “Le plongeon de près de 140 dollars en clôture journalière hier a été le plus important jamais enregistré”, indique RTFX.

Pour Triland Metals à Londres, c'est maintenant officiel : 'le marché haussier de l'or est terminé', affirment les courtiers de cette filiale londonienne de Mitsubishi. Par convention, un marché baissier se définit par une baisse de plus de 20% relativement aux plus hauts. A l'heure actuelle, par rapport au sommet historique de 1.920 dollars environ (au comptant) de septembre 2011, le recul atteint environ 27%.

'Mais où sont les acheteurs d'or ?!', s'interrogeaient ce matin Franklin Picard chez Barclays Bourse, avant d'énumérer les causes les plus souvent citées pour expliquer le mouvement : 'rumeur de vente des stocks d'or de la part de pays d'Europe du Sud pour renflouer les caisses, inflation inexistante, ralentissement de la croissance chinoise qui pèse sur le prix des matières premières, débouclement des positions via des certificats etc.'

Selon les statistiques du Conseil mondial de l'Or, les banques centrales de la zone euro détiennent un peu plus du tiers de l'or monétaire de la planète. Certains craignent que comme cela est envisagé Chypre, d'autres banques centrales européens autrement plus riches de métal ne le vendent à leur tour.

Nombre de bureaux d'études, comme UBS, Crédit Suisse, Goldman Sachs, etc. ont ces dernières semaines fait part d'opinions très baissières sur le métal jaune. Par exemple, le 2 avril dernier, Société Générale voyait l'once toucher les 1.375 dollars d'ici la fin de l'année. C'est déjà chose faite.

Goldman Sachs indiquait d'ailleurs ce matin que 'le dérapage des ETF suggère que la baisse n'est pas terminée'. Les analystes abaissent donc encore leur objectif de cours sur l'once à 1.400 dollars 'en attendant des preuves que le marché ait trouvé un point bas'.

Un intervenant nord-européen ajoute une raison de plus à la baisse des cours : face au regain de volatilité de l'or, le marché de dérivés US Comex, le premier au monde, a relevé ses appels de marges, soit grosso modo la quantité de capital à fournir en garantie d'une prise de position sur des dérivés. Nombre d'opérateurs entrés récemment sur le marché et/ou en situation de perte n'ont pu ou voulu mobiliser le surcroît de capital nécessaire et ont probablement, pour cette raison liquidé leurs positions, ce qui a amplifié le courant vendeur. 'Cela a vraisemblablement été le cas de nombre de spéculateurs', ajoute le spécialiste.

D'ailleurs, RTFX rapporte que “le volume d'échanges sur une séance du Comex a été le plus élevé jamais enregistré, en hausse de 50% par rapport au précédent volume”.

D'ailleurs, la liquidation des investisseurs ne semble d'ailleurs pas cesser : à 1.154,3 tonnes hier, l'encours du premier ETF aurifère au monde, le SPDR Gold Shares, a encore baissé de 4,2 tonnes par rapport à la veille.

Depuis le 31 décembre 2012, qui correspond pratiquement à son plus haut niveau historique, cette encore a maintenant baissé de 14,5%, soit près de 200 tonnes.

Selon les analystes de ScotiaMocatta, d'un point de vue technique, les prochains supports se situent à 1.308 dollars, puis 1.264.

Attention, 'dans les conditions actuelles de marché, les supports et les résistance perdent de leur signification', indique Triland.



Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...