Bourse > Or > Or : la crise grecque ne profite pas à l'once
OrOr GC - MP00000000GCGC - MP00000000GC
1 264.80 +0.02 %
1 266.00Ouverture : 1 266.00+ Haut : 1 262.20+ Bas :
-0.09 %Perf Ouverture : 1 294.80Clôture veille : 0Volume :

Or : la crise grecque ne profite pas à l'once

tradingsat

(CercleFinance.com) - Au terme du premier fixing de ce mardi Londres, l'once d'or fin cotait 1.175 dollars (- 1 dollar par rapport au fixing fixing d'hier après-midi) et 1.053 euros (- 3,6 euros).

Le moins que l'on puisse dire est que l'once d'or ne semble guère affectée par la montée en puissance du risque grec. A un demi-dollar près, son cours est le même que celui de vendredi matin. Même en euros, la variation est peu marquée : sur la période considérée, l'appréciation est inférieure à cinq euros.

Or les événements survenus en Grèce, ce week-end, ont surpris négativement nombre d'observateurs qui jusqu'alors restaient globalement optimistes quant à un accord. Quittant la table des négociations, le gouvernement grec a annoncé samedi la tenue, le 5 juillet, d'un référendum sur sa vision des dernières propositions des institutions européennes.

A très court terme, il paraît acquis qu'Athènes ne va pouvoir, aujourd'hui, faire face à une échéance de dette due au FMI. Il s'agit d'une “échéance de 1,6 milliard d'euros, (qui) est déjà une combinaison de trois échéances dues en juin et rassemblées au sein d'une unique ligne de crédit. La Grèce devrait faire défaut ce mardi 30 juin vis-à-vis du FMI, c'est une période de retard de paiement qui va ensuite s'ouvrir”, détaillent les experts de Barclays Bourse.

Il ne s'agit que d'un apéritif : “les 3,5 milliards d'euros dus à la BCE le 20 juillet sont majeurs”, la banque centrale européenne assurant le financement d'urgence du système bancaire hellène. “Le 20 juillet peut être considéré comme une date butoir du dossier grec”, ajoutent-ils.

“La tendance (baissière) de long terme des monnaies fiduciaires pourrait finir par soutenir l'once, qui n'est plus à la mode depuis pas mal de temps déjà', espèrent les courtiers londoniens de Triland Metals.

En attendant, l'encours de lingots adossé au SPDR Gold Shares, le premier ETF aurifère au monde, était stable hier soir à 711,4 tonnes. Même s'il s'est redressé ces derniers jours, cet encours reste proche de ses plus bas niveaux depuis l'été 2008.


Copyright (c) 2015 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...