Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Or

GC - MP00000000GC
- -

Or : L'once d'or a connu en 2019 sa meilleure année depuis 10 ans

dimanche 12 janvier 2020 à 07h30
2019, un superbe millésime pour le métal jaune

(BFM Bourse) - Le précieux métal jaune a enregistré une progression de 21,25% en euros au cours de l'année 2019, sa meilleure performance depuis 2010. En 10 ans, l'or s'est apprécié de 77,2% en euros, ce qui correspond à une performance annualisée de 5,9% par an.

2019 restera dans les annales comme un superbe millésime pour l’or. Le métal jaune s’est en effet apprécié de 21.25% en euros et de 18.83% en dollars au cours de l'année écoulée. Il s’agit de la deuxième meilleure année de la décennie, après 2010, et de la 4ème meilleure année du XXIe siècle (après 2005, 2010, et 2009).

Une performance équivalente à celle des actions, avec la diversification en prime

L’année a également été particulièrement bonne pour les actions, puisque l’indice CAC 40 termine 2019 sur une hausse de plus de 26%, soit environ 5 points de mieux que l’or.

Depuis 2010, le métal jaune s’est apprécié de 77.2% en euros, ce qui correspond à une performance annualisée de 5,9% par an. Une jolie performance mais nettement en-deçà de celle réalisée lors de la décennie précédente, au cours de laquelle la progression, à un rythme annualisé, s'était établie à plus de 10%.

"Il en résulte logiquement que, depuis le début du siècle, soit sur les 20 dernières années, le cours de l’or en euros a été multiplié par 4.7, soit une performance de 8,04% par an. À titre de comparaison, les actions du CAC40 n’ont progressé, elles, que de 0,02% par an" relève le Comptoir national de l'or dans un communiqué publié cette semaine.

Risque politique : le thème marquant de 2019...

La performance enregistrée par le précieux métal jaune en 2019 "s’explique d’abord par une incertitude géopolitique constante, qui a été alimentée par la guerre commerciale (mais aussi technologique et financière) que se livrent les Etats- Unis et la Chine" selon Laurent Schwartz, directeur du Comptoir national de l'or. "Le monde a vécu au rythme des tweets de Donald Trump qui annonçait tantôt une nouvelle hausse des droits de douanes, tantôt un accord imminent. Si une trêve semble en vue, il ne faut cependant pas être naïf: ce conflit s’inscrit dans un contexte de nouvelle guerre froide, et donc sur le long terme" développe-t-il.

Le Brexit a également focalisé l’attention une bonne partie de l’année, avant que la situation semble se dénouer en fin d’année avec un accord entre l’UE et Boris Jonhson, ainsi que la victoire de ce dernier aux législatives anticipées de décembre ajoute le spécialiste. Mais de nombreux points restent néanmoins à régler, alors que le spectre d'un nouveau report, de la période de transition cette fois-ci, plane encore sur le dossier. "À mesure que ces risques géopolitiques resurgissaient, en particulier la question commerciale, les actions ont corrigé et l’or s’est apprécié" relève-t-il.

…et de 2020 ?

Parmi les dossiers géopolitiques qui ont marqué l'année 2019, certains vont probablement se prolonger en 2020, à commencer par la Corée du Nord, où les négociations sont au point mort entre Donald Trump et un Kim Jung Un qui menace de reprendre ses essais nucléaires. Une nouvelle escalade rhétorique, au minimum, est à prévoir selon Laurent Schwartz.

En Iran, si l'on observe une désescalade des tensions depuis la prise de parole de Donald Trump mercredi, le chemin de l'apaisement semble toujours tortueux et "les marchés sont très sensibles à la stabilité politique la région, vitale pour l’approvisionnement en pétrole du monde entier" note le directeur du Comptoir de l'or.

"Enfin, tous les dossiers géopolitiques de 2020 seront influencés par la campagne présidentielle américaine en vue des élections de novembre. Donald Trump, en particulier, aura très certainement besoin d’électriser sa base électorale par des prises de positions et des discours clivants" anticipe-t-il.

L’économie et les taux ont soutenu l’or en 2019

Les incertitudes commerciales et politiques ont ramené la croissance économique mondiale à son plus bas niveau depuis la reprise économique de 2009. En sus, tout au long de l’année, les interrogations sur la fin possible du cycle se sont manifestées, en particulier en raison du fort ralentissement du secteur industriel. "Ce qui a poussé la Fed à baisser ses taux directeurs par 3 fois, de 0,75 point au total" rappelle Laurent Schwartz. La conséquence directe a été une baisse significative des taux d’intérêt nominaux, et réels (défalqués de l’inflation), ramenant ces derniers proches de 0 aux Etats-Unis. En Europe et au Japon, les taux se sont même durablement inscrits en territoire négatif. Or, "traditionnellement, l’or bénéficie de la baisse des taux réels, et 2019 n’a pas fait exception" note Laurent Schwartz.

Année record pour les achats de banques centrales

Les chiffres finaux ne sont pas encore disponibles mais il s’agira probablement d’une année record pour les achats nets de lingots d’or par les banques centrales, au-delà des 650 tonnes de 2018, soit plus de 15% de la production mondiale de métal jaune. Ces achats principalement en provenance des banques centrales russe (148,5 tonnes à fin octobre 2019), polonaise (100 tonnes), chinoise (95,8 tonnes) et turque (76,8 tonnes).

"Les deux motivations principales de ces achats : diversifier ses réserves en dehors du dollar, en particulier pour des pays en conflit (ou en rivalité) avec les Etats-Unis, comme la Russie, la Chine, la Turquie et le Qatar. Mais aussi une volonté d’affirmation de sa souveraineté économique, comme c’est le cas pour les pays de l’Est de l’Europe" conclut Laurent Schwartz.

Quentin Soubranne - ©2021 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+313.20 % vs +36.10 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat