Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

INTERPARFUMS

ITP - FR0004024222 SRD PEA PEA-PME
60.200 € -0.17 % Temps réel Euronext Paris

Interparfums : Malgré une fin d'année 2022 canon, Interparfums se veut prudent pour 2023

mardi 24 janvier 2023 à 10h40
Interparfums réalise une fin d'année canon

(BFM Bourse) - Les revenus annuels d'Interparfums s'établissent à un nouveau niveau record et dans la cible révisée à la hausse quelques semaines auparavant. En revanche, pour l'année qui vient de débuter, le groupe reste prudent compte tenu des tensions inflationnistes.

Les parfums Jimmy Choo, Coach et Montblanc font toujours autant recette. Rien que sur les trois derniers mois de 2022, Interparfums a accéléré la cadence avec un chiffre d'affaires en forte hausse de 60% sur un an pour s'établir à 192,6 millions d'euros, contre 119,7 millions d'euros au quatrième trimestre 2021, "grâce à un rythme de livraison extrêmement satisfaisant au regard du contexte" macroéconomique et géopolitique.

Ainsi, le point d'activité publié lundi soir après Bourse révèle en effet que le chiffre d'affaires annuel du groupe a atteint un niveau "record" 706,6 millions d'euros sur l'année écoulée, en hausse de 26% à devises courantes et de 20% à devises constantes par rapport à 2021.

Le créateur et distributeur de parfums de prestige avait donc visé juste. Il avait d'ores et déjà préparé le terrain au début de ce mois de janvier en relevant pour la quatrième fois ses objectifs annuels pour 2022 avec un chiffre d’affaires attendu entre 705 millions et 710 millions d'euros. Pour mémoire, les objectifs initialement annoncés par Interparfums étaient de l'ordre de 600 millions d'euros de revenus annuels, avant d'être relevés à plusieurs reprises au cours de 2022.

"La hausse des prix de facturation pratiquée en début d’année et l’évolution favorable de la parité euro/dollar ont contribué à cette évolution", explique la direction d'Interparfums. Compte tenu des tensions inflationnistes, la société a en effet pris les devants dès le début de l'année 2022. Le groupe avait alors pratiqué une hausse de ses prix afin de compenser l’augmentation du coût des matières premières et du conditionnement.

"Malgré de récurrents problèmes de chaîne d'approvisionnement et des niveaux de stock de produits finis très bas, nous avons réalisé une année exceptionnelle, largement au dessus de nos prévisions initiales", s'est félicité Philippe Benacin le président-directeur général d'Interparfums.

Un dynamisme des marques phares

Interparfums peut en effet compter sur l'attractivité de ses marques "phares". La société souligne avoir observé une progression des volumes de 17% environ, "reflétant une demande toujours aussi soutenue sur les marques phares du" portefeuille, qui affichent de fortes progressions".

En 2022, les parfums Jimmy Choo affichent un chiffre d’affaires de 181,6 millions d'euros, en hausse de 40%, grâce à une demande très soutenue "sur l’ensemble des lignes historiques, au succès constant des ventes de la ligne I Want Choo lancée en 2021 et aux lancements de nouvelles extensions mises sur le marché en 2022".

Les ventes de Montblanc, première marque du groupe, se sont appréciées de 29% pour s'afficher à 184 millions d'euros tandis que les revenus issus des parfums Coach enregistrent une hausse de 33% à 153,8 millions d'euros, portés par une "hausse continue de la demande sur la quasi-totalité des lignes féminines et masculines Coach lancées au cours des dernières années" et au lancement de deux lignes sur le marché. Les parfums Lanvin affichent un recul limité en 2022 (-4%) à 50,3 millions d'euros, "compte tenu d'une présence historiquement importante" de cette marque en Europe de l’Est. Les parfums Rochas progressent de près de 7% grâce aux lignes Eau de Rochas et à la bonne tenue de la ligne éco-responsable Rochas Girl.

Le groupe a commencé à bénéficier des premières ventes de la première ligne de parfums Moncler "dans une distribution volontairement très sélective, en ligne avec la stratégie de construction à long terme". L'exploitation de la licence du fabricant de vêtements de ski se traduit par un chiffre d’affaires de 14 millions d'euros en 2022. En décembre dernier, Interparfums a annoncé un accord de licence mondial avec la marque Lacoste d'une durée de 15 ans. Le contrat d'exploitation commence à partir du 1er janvier 2024.

"La licence Lacoste, signée en décembre dernier, ouvre une nouvelle voie à partir de 2024 avec un positionnement fashion sport original et procure beaucoup de visibilité à notre croissance future", a rappelé Philippe Benacin.

Un parfum de prudence pour 2023

Interparfums ne se départit néanmoins pas de sa traditionnelle prudence, évoquant notamment la la persistance des tensions inflationnistes. Le groupe espère améliorer sa marge brute à la faveur d'une hausse des prix de vente et à la faveur de l'appréciation du dollar, lui permettant de compenser "les effets de l’inflation".

En janvier dernier, Interparfums avait également relevé son objectif de marge opérationnelle et indiqué qu'elle devrait désormais "dépasser 17% pour 2022". Là aussi, Interparfums visait initialement une marge opérationnelle de 15% avant de porter son objectif à 16% puis à 17% fin octobre. Dans sa note du jour consacrée à Interparfums, TP ICAP Midcap table pour sa part sur une marge opérationnelle courante de 17,3%.

En revanche, Interparfums ne se risque pas encore à fournir des objectifs chiffrés pour son exercice en cours compte tenu du manque de visibilité induit par le contexte économique et géopolitique. "En 2023, la nouvelle hausse des prix de vente prévue au cours des prochaines semaines et le maintien d’une parité euro/ dollar favorable devraient nous permettre de limiter l’impact de cette inflation, toujours présente et significative" précise de son côté Philippe Santi, directeur général délégué.

"Le contexte économique et géopolitique, ainsi que les difficultés persistantes en matière d'approvisionnement, ne nous permettent pas, à ce stade de l'exercice, de déterminer de nouveaux objectifs pour 2023 avant la publication des résultats annuels 2022 prévue le 1er mars 2023", avait prévenu Philippe Benacin, début janvier.

"Interparfums guide pour l’heure sur un chiffre d'affaires de 710-720 millions d'euros supposant en mid-spread une croissance de 1.2% & sur une marge opérationnelle courante qui devrait rester proche de 17% en dépit d’un plan de communication encore soutenu (24% du chiffre d'affaires estimé) et du contexte inflationniste" estime pour sa part Sarah Thirion Equity Strategist chez TP ICAP Midcap. Dans ces conditions, elle table au titre de 2023 sur un chiffre d'affaires en croissance de 9% et une marge opérationnelle courante de 17%.

"La guidance de CA est prudente sauf occurrence d’une récession mondiale, -tenu d’une nouvelle hausse des prix de facturation en T1 (de l’ordre de 4%), d’une parité euro/dollar retenue à 1.10 pour fondement des hypothèses (vs 1.05 en 2022) et d’un plan de lancement dense sur les marques phares" juge l'analyste. "Si la Chine n’est pas une menace pour la société (4% du CA 2021), la levée des restrictions sanitaires en 2023 serait une opportunité pour déployer les franchises Coach, Van Cleef et Moncler", ajoute-t-elle.

Cette fois-ci, le point d'activité d'Interparfums ne fait pas mouche, le titre recule de 1,3% ce mardi matin. La publication du jour est prétexte à quelques prises de bénéfices sur une action qui évolue non loin de ses plus hauts d'un an, après avoir progressé de 40% sur les trois derniers mois. Interparfums avait réalisé une belle fin d'année boursière, profitant de ses bonnes prestations trimestrielles et de son accord de licence avec Lacoste.

Sabrina Sadgui - ©2023 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur INTERPARFUMS en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application BFM Bourse


Par email

Votre avis
Portefeuille Trading
+313.40 % vs +42.77 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour