Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

GLOBAL BIOENERGIES

ALGBE - FR0011052257 SRD PEA PEA-PME
5.200 € 0.00 % Temps réel Euronext Paris

Global bioenergies : Un bond en avant dans le biokérosène permet à Global Bioenergies de rebondir

jeudi 21 octobre 2021 à 11h42

(BFM Bourse) - Tombé en début de semaine à un plus bas niveau depuis novembre 2020, le cours de la société de biologie industrielle rebondit vivement jeudi, Global Bioenergies ayant fait état de l'atteinte d'une étape fondamentale vers la production de carburants aériens d'origine agricole, plutôt que pétrolière.

Le groupe de chimie "verte" essonnien, Global Bioenergies, profite jeudi d'un rebond de 9,20% de son cours de Bourse à 5,58 euros, à l'annonce de progrès majeurs dans la mise au point d'un procédé permettant de convertir des ressources végétales en isobutène, composant essentiel du carburant pour l'aviation (entre autres, puisque cette molécule est incontournable dans la production d'un grand nombre de matériaux).

La firme a annoncé avoir accompli "de très importants progrès sur son procédé de conversion de ressources végétales en isobutène". Depuis 2019, la société s’est focalisée sur les applications de son procédé à la cosmétique (dans lesquels les dérivés d’isobutène ont une large place), son procédé actuel permettant une fabrication à l'échelle de la tonne, ce qui est suffisamment significatif et rentable pour ce marché. Le groupe a même récemment lancé sa propre marque de maquillage longue durée, LAST, la première marque à combiner des performances de longue tenue et d’absence de transfert avec un taux de "naturalité" supérieur à 90%. En revanche, le procédé n'était pas suffisamment performant pour envisager d'adresser des marchés nécessitant de très gros volume d'isobutène.

"Jusqu’à présent, le procédé fonctionnait correctement et de façon reproductible, mais les performances semblaient bridées. À l’issue d’une longue étude, nous avons identifié que la production en faible quantité d’un composé spécifique empoisonnait insidieusement la souche [de bactéries produisant le composé par fermentation NDLR] lors de la phase de production. Nous avons réussi à construire de nouvelles souches quasiment dénuées de ce poison, permettant in fine de débrider les performances du procédé", a expliqué Romain Chayot, directeur de la construction des souches de Global Bioenergies.

Les performances accrues du procédé permettent à la société d'envisager à la fois d'accélérer la conquête des marchés de la cosmétique dans les prochaines années (en produisant son isobutène biosourcé pour le compte d'autres acteurs, de plus en plus à la recherche d'alternatives à la pétrochimie, par le biais d'une nouvelle unité de production actuellement en construction à Pomacle, près de Reims), et de commencer à aborder le marché du carburant aviation.

Le procédé porte en particulier la perspective concrète de produire des biocarburants aériens, -un premier vol a été réalisé cette année-, afin de décarboner massivement le transport aéronautique.

En effet, si plusieurs solutions, comme les avions électriques ou à hydrogène, ont été évoquées pour réduire les externalités du transport aérien, c’est-à-dire les ravages environnementaux conséquents à ses émissions de CO2, "le consensus s’accorde à identifier le biokérosène comme la meilleure solution pour les prochaines décennies", note Marc Delcourt, co-fondateur et DG de Global Bioenergies. "Avec un surcoût limité -qui se réduit d’ailleurs en raison de la remontée rapide du cours du pétrole-, le biokérosène sera utilisable dans les avions déjà construits, sans aucune modification des moteurs. Après une première phase dédiée au biokérosène base huile, qui atteint aujourd’hui certaines limites [tout simplement la disponibilité des huiles usagées NDLR], la priorité mondiale évolue vers le développement de filières plus productives à base de sucres industriels, associées à une réduction de CO2 d’un facteur 3 à 5. Notre technologie unique au monde, qui mérite pleinement le qualificatif de ‘Deeptech’, s’inscrit dans ce contexte et suit une feuille de route en quatre étapes offrant une priorité de court terme sur les marchés de la cosmétique, limités en volumes mais mieux valorisés que ceux de l’énergie. Les progrès techniques récents nous confortent dans notre conviction que notre procédé touchera bien, à l’avenir, les grands marchés de l’énergie", a indiqué le dirigeant.

De son côté Pierre Monsan, pionnier de la biologie industrielle et administrateur de Global Bioenergies, a salué le travail "remarquable" réalisé par l'entreprise. "C’est sur la base d’une étude scientifique du niveau d’excellence, publiée récemment dans Nature Communications, qu’il a été possible d’identifier l’origine des limites d’efficacité rencontrées par le procédé initial. Avec les nouvelles souches, les bénéfices de la fermentation d’un gaz, qui s’extrait spontanément du milieu réactionnel par volatilisation, sans s’y accumuler, s’expriment pleinement : le procédé va ainsi pouvoir s’approcher d’un fonctionnement en continu optimal, le Graal recherché depuis si longtemps par notre domaine de la biologie industrielle. Au-delà de la prouesse scientifique, c’est la perspective d’atteindre le coût d’exploitation le plus bas du domaine que nous avons entre les mains, et donc la possibilité de devenir un acteur majeur dans la compétition mondiale qui s’amorce sur le biokérosène".

Guillaume Bayre - ©2021 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur GLOBAL BIOENERGIES en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+312.10 % vs +41.11 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat