Bourse > Genoway > Genoway : 'la taille des contrats signés a triplé en 2007'
GENOWAYGENOWAY ALGEN - FR0004053510 ALGEN - FR0004053510   SRD PEA PEA-PME
1.860 € +0.54 % Temps réel Euronext Paris
1.850 €Ouverture : +0.54 %Perf Ouverture : 1.860 €+ Haut : 1.820 €+ Bas :
1.850 €Clôture veille : 12 376Volume : +0.21 %Capi échangé : 11 M€Capi. :

Genoway : 'la taille des contrats signés a triplé en 2007'

tradingsat

(CercleFinance.com) - Profitant d'une actualité particulièrement riche, Gilles de Poncins, Directeur général délégué et Directeur financier de GenOway, société de biotechnologie spécialisée dans le développement et la commercialisation d'animaux génétiquement modifiés, revient sur les résultats annuels dévoilés par le groupe ce lundi et les trois importants contrats signés ces derniers mois à l'international.

- Cercle Finance : genOway s'affirme à l'international. Quelles retombées attendez-vous des trois contrats signés récemment aux Etats-Unis et au Japon ?

- Gilles de Poncins : Tout d'abord, je tiens à souligner que notre développement à l'international est en tout point conforme à la route tracée lors de notre introduction en Bourse en mai dernier. Nous avions alors décliné trois grands objectifs, à savoir : assurer une présence aux Etats-Unis et en Asie, développer un catalogue de produits standardisés et réaliser le cas échéant des opérations de croissance externe. Notre IPO a constitué une véritable porte d'entrée auprès des grands acteurs internationaux de la biopharmacie. En termes d'activité, les retombées sont d'ores et déjà conséquentes. L'apport du contrat de 1,3 million d'euros signé en octobre 2007 aux Etats-Unis devrait se matérialiser dans nos comptes à hauteur de 85% en 2008. A cela, il faut également ajouter au titre de l'année 2008 la contribution des deux contrats finalisés avec l'américain Boehringer Ingelheim Pharmaceuticals Inc. fin mars et avec le groupe japonais Eisai début avril. La mise au point de modèles animaux comprend en moyenne trois à cinq étapes qui correspondent chacune à une phase de développement. genOway perçoit des revenus à chaque franchissement d'étape. Ce qui explique le décalage dans le temps entre la signature de ces contrats et leur matérialisation dans les comptes de la Société. Entre 2006 et 2007 la taille des contrats signés par genOway a pratiquement triplé. Cette montée en puissance des grands contrats en valeur témoigne de la confiance de nos partenaires dans les technologies développées par genOway. Ainsi le délai de mise au point d'un modèle animal est passé en quelques années, de 18 à 12 mois dont les 6 mois nécessaires à l'élevage qui restent incompressibles

- Cercle Finance : Les difficultés affichées par les grands groupes pharmaceutiques vous inquiètent-elles ?

- Gilles de Poncins : Notre volume d'activité n'est pas suffisamment conséquent pour être affecté par le climat de morosité prévalant au niveau des géants du secteur pharmaceutique. Pour optimiser leurs dépenses de R&D, les grands groupes sont de fait conduits à les externaliser vers des sociétés de biotechnologie comme GenOway. Nous sommes en revanche plus sensibles aux opérations de fusion-acquisition. En effet, la réorganisation des groupes à l'issue de ces opérations entraîne des délais de décision beaucoup plus longs. Quoi qu'il en soit le trend principal demeure celui d'une montée en charge des contrats avec les industriels qui nous demandent de plus en plus de projets : cela se traduit en volume et en valeur.

- Cercle Finance : Au regard de votre présence grandissante à l'international, la vigueur de l'euro n'est-elle un sujet de préoccupation ?

- Gilles de Poncins : Au cours des deux derniers exercices, genOway s'est fortement internationalisée. La Société a réalisé en 2007 près de 20% de son activité aux Etats-Unis contre 8% en 2005 et 5 % aux Japon alors qu'elle n était pas présente dans ce pays, il y a encore deux ans. De fait nous suivons avec attention l'évolution de l'euro. Dans le cas du Japon, notre exposition est nulle car nos contrats sont facturés dans la devise européenne. En revanche, aux Etats-Unis, nos contrats sont libellés en dollars. Afin de limiter l'impact du change euro-dollar, nous avons couvert nos contrats américains à hauteur de 3 millions de dollars. Nous avons également choisi d'outsourcer une partie de nos coûts en dollar. Notre activité animalerie est par exemple sous-traitée auprès du groupe américain Charles River, qui a notamment l'avantage d'être le leader mondial du secteur et d'offrir une présence internationale. De manière globale, genOway devrait réaliser plus de 50% de son activité hors d'Europe cette année.

- Cercle Finance : Dans ce contexte et après avoir annoncé une nouvelle réduction de vos pertes, restez-vous confiant dans le développement de votre activité et confirmez-vous vos objectifs de résultats ?

- Gilles de Poncins : Notre perte nette a été réduite de plus de moitié à 1,1 million d'euros en 2007, avec un produit d'exploitation en hausse de 61% à 7,4 millions d'euros. Nous sommes par conséquent globalement en ligne avec notre track record de ces trois dernières années avec une progression de plus de 50%. Pour 2008, nous anticipons une nouvelle progression à deux chiffres de nos revenus et une nouvelle amélioration de notre rentabilité, grâce à l'amélioration de nos gains de productivité, tout en poursuivant nos efforts de R&D. D'une manière générale, nous maintenons notre objectif : celui d'être rentable en 2009.

Propos recueillis par François Le Roux

Copyright (c) 2008 CercleFinance.com. Tous droits réservés.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...