Bourse > Futuren > Futuren : "L'endettement du groupe n'est pas insurmontable"
FUTURENFUTUREN FTRN - FR0011284991 FTRN - FR0011284991   SRD PEA PEA-PME
1.130 € 0.00 % Temps réel Euronext Paris
1.130 €Ouverture : 0.00 %Perf Ouverture : 1.140 €+ Haut : 1.130 €+ Bas :
1.130 €Clôture veille : 5 584Volume : +0.00 %Capi échangé : 312 M€Capi. :

Futuren : "L'endettement du groupe n'est pas insurmontable"

ADAMT - Association de défense des actionnaires minoritaires de TheoliaADAMT - Association de défense des actionnaires minoritaires de Theolia

(Tradingsat.com) - Créée le 4 août dernier, l’ADAMT (Association de défense des actionnaires minoritaires de Theolia) a obtenu son premier fait d’arme en repoussant l’OPA du fonds d’investissement australien Macquarie, dont l’offre était pourtant jugée amicale par le management du groupe. Samy Chalah, le président de l’ADAMT, nous explique son action.

Tradingsat.com : Pourquoi vous êtes-vous opposés à l’OPA de Macquarie ?

Samy Chalah : Elle constituait sans doute une option viable pour la société et son management. Mais son prix, de 1,70 euro, inférieur à la valeur de l’actif net, est inacceptable pour les actionnaires, en particulier ceux de long terme, dont beaucoup ont un prix de revient nettement plus élevé. D’ailleurs, le lancement de l’OPA, en pleine période de vacances, a donné l’impression que la direction souhaitait occulter tout débat. De plus, il est étonnant que le conseil d’administration de Theolia ait désigné le 29 mai l’expert indépendant devant préparer un rapport sur les conditions financière de l’OPA, sans rien dévoiler du projet aux actionnaires lors de l’assemblée générale du 21 juin. On ne peut pas dire que le management ait fait preuve de la transparence que les actionnaires sont en droit d’attendre.

Tradingsat.com : L’échec de l’OPA a provoqué la rechute du cours de bourse. Qu’est ce que les actionnaires y ont gagné ?

Samy Chalah : Nous n’avons pas mené notre action pour faire remonter l’action à court terme. Sa rechute était logique compte tenu des achats opérés pendant l’opération par les fonds arbitragistes qui ont revendu précipitamment leurs actions à l’annonce de l’échec de l’offre de Macquarie. Nous voyons à plus long terme. Nous sommes là pour que les actionnaires qui ont soutenu la société pendant les moments difficiles, en particulier lors de l’augmentation de capital de 2010, ne soient pas spoliés, alors que la société a les atouts pour poursuivre son redressement sur le secteur porteur des énergies renouvelables.

Tradingsat.com : L’opération devait résoudre le problème d’endettement. Le risque est maintenant que le groupe lance une augmentation de capital fortement dilutive.

Samy Chalah : L’OPA de Macquarie a été présentée comme le seul moyen de rembourser la dette et de donner au groupe un actionnariat stable en l’adossant à un investisseur de long terme. Nous ne sommes pas d’accord. Le groupe dispose de plusieurs options. Il peut vendre son parc solaire, certains parcs éoliens, ses filiales Ecoval et Seres, utiliser sa trésorerie (plus de 80 millions d’euros). Je note aussi qu’aucune tentative n’a été faite pour renégocier les OCEANEs, et dans le pire des cas, évidemment, une partie du remboursement des OCEANEs pourrait s’effectuer via une augmentation de capital, ce qui n’a pas été proposé. En tout état de cause, les 126 millions d’euros à rembourser au plus tard en 2015 ne nous paraissent pas insurmontables. Le mur de dette qui nous est présenté, en agitant l’épouvantail de la faillite, nous semble être une volonté délibérée de faire peur et de forcer la main des actionnaires pour accepter une offre inacceptable.

Tradingsat.com : Vous dites avoir rencontré des professionnels du secteur des énergies renouvelables.

Samy Chalah : Effectivement, l’association a noué des échanges avec différents acteurs reconnus du secteur éolien qui pourraient entrer au capital. Nous communiquerons plus précisément sur ces sujets lorsque nous aurons du concret.

Tradingsat.com : De quelle façon comptez-vous influencer l’orientation stratégique de Theolia. Quelle part du capital représentez-vous ?

Samy Chalah : L’ADAMT regroupe déjà plus de 500 actionnaires et plus de 6% du capital, et dispose d’une importante marge de progression. L’échec de l’OPA de Macquarie signifie en effet que plus d’un tiers des actionnaires ont refusé cette option, soit un gros potentiel d’actionnaires qui pourraient rejoindre l’association. Sans compter que le management, qui a été contrecarré dans ses plans, est aujourd’hui fragilisé, ce qui pourrait convaincre une partie des actionnaires qui avait voté en faveur de l’opération de nous rejoindre. J’attire l’attention par ailleurs sur le fait que nos adhérents sont pour la plupart des actionnaires de long terme disposant donc de droits de vote double. A l’inverse, les actionnaires ayant achetés leurs actions il y a moins de deux ans, ne disposent que de droits de vote simples. Il n’y a donc pas lieu d’être défaitistes, et un objectif de 20% du capital et de 30% des droits de vote n’est pas illusoire. Enfin nous comptons influer sur la direction du groupe en demandant un ou plusieurs représentants au conseil d'administration.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...