Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

EUROFINS SCIENT.

ERF - FR0014000MR3 SRD PEA PEA-PME
88.210 € -0.15 % Temps réel Euronext Paris

Eurofins scient. : Bien utilisés, les outils de tests ont la capacité d'éradiquer l'épidémie de Covid-19

mercredi 3 mars 2021 à 09h31
Gilles Martin, PDG d'Eurofins

(BFM Bourse) - Déjà leader mondial dans ses spécialités historiques (alimentaire, environnement et produits pharmaceutiques), Eurofins a connu en 2020 une accélération de son activité dans les analyses biologiques avec la demande liée à la pandémie.

BFM Bourse : Eurofins a fait état lundi d'une nouvelle croissance à deux chiffres lors de l'exercice 2020, assortie d'une amélioration de la marge encore supérieure aux derniers objectifs. Comment s'est répercutée la crise sanitaire dans vos chiffres ?

Gilles Martin : Cela a occasionné un certain manque à gagner, mais celui-ci a été plus que compensé par la demande de tests. En effet, certains de nos laboratoires ont perdu une partie de leur activité avec le confinement: par exemple les contrôles de sécurité sanitaire pour les clients de la restauration, certains tests environnementaux... Nous estimons que cela a représenté l'équivalent de 250 millions d'euros de croissance perdue. Par contre, les tests pour le Covid-19 ont généré 800 millions d'euros de revenus. Il faut souligner qu'à l'échelle de l'ensemble de ses activités historiques, malgré cette crise, Eurofins est resté en croissance organique en 2020 même sans compter les tests et réactifs Covid.

BFM Bourse : Comment l'entreprise s'est-elle mobilisée ?

Gilles Martin : Nous avons été constamment guidés par l'objectif de contribuer autant qu'on le pouvait à lutter contre l'épidémie. À vrai dire, Eurofins était même en mesure de contribuer dès janvier mais nos tests n'ont pas immédiatement été autorisés, ni en Europe ni aux Etats-Unis, les pouvoirs publics ayant d'abord essayé de réaliser les dépistages avec les seules ressources hospitalières. Les agréments sont arrivés en mars 2020 de la part des Etats-Unis, où la FDA a évalué notre test comme le plus sensible dans un panel de 117 tests, puis dans la foulée de la part des autres pays. Ceux qui ont mobilisé très tôt leurs laboratoires privés, comme l'Allemagne, ont d'ailleurs connu une première vague relativement faible. Nous avons ensuite pu très vite créer d'importantes capacités, rapidement à 150.000 tests par jour. Ceci en abaissant le coût des tests au fur et à mesure de la montée en cadence de la production

BFM Bourse : Avez-vous été ponctuellement démunis face à la demande ?

Gilles Martin : Eurofins développe et produit intégralement ses propres tests - jusqu'aux composés plastiques des contenants. Nous sommes totalement intégrés verticalement, ce qui nous a permis de réaliser beaucoup plus de tests que d'autres laboratoires -souvent plus grands que nous à la base sur le marché des analyses biologiques- car nous n'avons jamais été soumis à pénurie. Au contraire de ce qui s'est produit en avril pour certains opérateurs lorsque leurs fournisseurs de réactifs n'arrivaient plus à fournir, ralentissant la production et obligeant malheureusement les pouvoirs publics à restreindre l'accès aux tests - aggravant la contamination.

BFM Bourse : Les pratiques en matière de dépistage suivies jusqu'à présent vous semblent-elles perfectibles ?

Gilles Martin : Les États on mis du temps à comprendre qu’il ne fallait pas forcément un médecin ou praticien pour réaliser les prélèvements. La focalisation sur le fameux écouvillonnage rhinopharyngé, rebutant notamment pour les enfants, me semble également une erreur. Nous avons développé toutes sortes d'autre modalités (tests salivaire, rince-gorge, prélèvements peu profonds...) qui fonctionnent très bien, comme l'ont montré à la fois les essais cliniques et la comparaison de résultats des différentes techniques en termes de taux de positivité pour une région et une période donnée, tout à fait équivalents. La semaine dernière, nous avons reçu de la FDA l’autorisation de mise sur le marché de notre premier auto-test PCR en vente libre en parapharmacie sans ordonnance : il permet aux gens de se prélever eux-mêmes, de déposer l'échantillon dans un point de collecte sécurisé et de recevoir le lendemain les résultats.

Une solution serait que chacun dispose de kits chez soi de sorte qu'en cas d'apparition d'un foyer viral dans un quartier, que tout le monde puisse se tester et s'isoler le cas échéant. Le coût du dépistage de masse étant infiniment moins cher que la fermeture des restaurants et commerces, c'est d'ailleurs la voie suivie par des pays comme Taiwan, la Corée du Sud, l'Australie NZ ou la Nouvelle-Zélande. Les résultats obtenus par ces pays montrent bien qu'on peut maîtriser l'épidémie en identifiant les cas positifs, les isoler et les soigner le cas échéant, si l'on teste suffisamment pour ne pas se laisser dépasser par la propagation. Il ne faut pas se contenter de tester les personnes déjà symptomatiques : il faut tester les cas contacts et douteux et si possible toute la population pour enrayer l’épidémie. L'Autriche teste un tiers de sa population par semaine par PCR en ce moment. Avec ces grands volumes et un auto-prélèvement le coût des tests est considérablement réduit.

BFM Bourse : Est-ce que d'autres innovations sont en vue ?

Gilles Martin : Eurofins continue à développer sa gamme de tests sérologiques avec notamment des tests quantitatifs déterminant la quantité d'anticorps et indiquant si la réponse immunitaire provient d'un vaccin ou d'une infection antérieure ou bien des tests PCR industrialisables en masse et donnant un résultat sur place en 30 minutes, qu'on peut administrer par exemple avant l'embarquement d'un avion ou à l'entrée d'un stade. Nous avons aussi développé depuis décembre dernier des tests ultra-rapides, de détection des variants d'ailleurs rapidement adoptés par la France, qui permettent d'agir rapidement pour contenir des foyers d’infection avant que ces variants ne se répandent. L'éventail de solutions disponibles est déjà considérable et bien employé a le potentiel de contrôler, voire éradiquer l'épidémie.

BFM Bourse : Finalement, par rapport à l'activité d'Eurofins le coronavirus est-il un épiphénomène ou bien cette crise est-elle un révélateur de la vocation du groupe ?

Gilles Martin : : Le coronavirus est arrivé un peu tôt par rapport à certaines techniques que nous étions en train de développer face à l'éventualité d'une épidémie de cet ordre. Mais la réponse que nous avons apportée illustre l'intérêt d’être spécialisé dans les tests relatifs à tout ce qui peut avoir un impact sur la santé humaine, ce qu'on appelle "testing for life". Rappelons qu'Eurofins a d'abord bâti des positions de leader mondial dans les analyses alimentaires, pharmaceutiques et environnementales. Lorsque nous nous sommes lancés dans les analyses biologiques [à partir de 2014, NDLR], cela avait été mal perçu par certains investisseurs qui pensaient qu'on allait devenir un intervenant comme un autre sur un marché où les prix sont en baisse tendancielle, achetant des tests à un spécialiste pour les mettre en œuvre en misant sur les volumes. Ce n'était évidemment pas notre objectif : nous voulions rester focalisés sur l’innovation et développer nos propres tests pour apporter une plus-value médicale contribuant à sauver des vies. Cela au prix d'importants investissements en recherche dans un premier temps, mais qui nous ont déjà permis de devenir leaders sur certains segments à haute valeur ajoutée comme les tests génétiques prénataux non-invasifs.

La crise du coronavirus a aussi démontré l'intérêt de l'intégration de l'ensemble de nos compétences. Nous avons notamment été les premiers en Europe à proposer des tests de détection du SARS-CoV-2 dans l'eau des stations d'épuration, où nous pouvons même détecter les différents variants. D'une certaine façon, la crise rappelle que l'homme vit en interaction avec son environnement et son alimentation, qui influent en retour sur sa santé. Être présent dans ces différents domaines nous permet de transférer nos compétences de l'un à l'autre.

Propos recueillis par Guillaume Bayre - ©2021 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur EUROFINS SCIENT. en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+319.20 % vs +26.47 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat