Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

EDF

EDF - FR0010242511 SRD PEA PEA-PME
11.900 € -0.13 % Temps réel Euronext Paris

Edf : Edf pourrait relever son offre sur british energy

vendredi 13 juin 2008 à 12h26
Edf pourrait relever son offre sur british energy

PARIS/LONDRES (Reuters) - Electricité de France pourrait relever son offre d'achat sur British Energy au-dessus des 700 pence par action, en échange d'un soutien du groupe britannique de l'énergie à un tel rachat, déclare une source proche du dossier.

La source a cependant précisé à Reuters que le groupe français ne souhaitait pas proposer plus de 735 par titre, comme le veut British Energy.

EDF s'est refusé à tout commentaire sur le dossier.

Le site web du Financial Times avait auparavant rapporté qu'EDF pourrait relever son offre sur British Energy si elle était recommandée rapidement par le groupe britannique.

EDF a offert pour 680 pence par action British Energy, dont l'Etat britannique détient 35%. BE a suscité l'intérêt d'autres groupes.

Le Financial Times, qui cite une source proche du dossier, indique qu'EDF a signalé son intention de retirer son offre s'il ne parvenait pas à un accord d'ici la fin du mois. "Ou cela se fait rapidement ou il n'y aura pas d'opération", a-t-on déclaré au FT.

British Energy a indiqué lundi que les offres qui lui avaient été présentées jusqu'ici étaient insuffisantes et que pour l'intéresser, une offre devrait être supérieure à 735 pence par action, correspondant à une valorisation de 11,78 milliards de livres (15 milliards d'euros), pour qu'un accord soit conclu.

BAISSE DU TITRE EDF

Le titre EDF, plus forte baisse du CAC 40, perdait 3,18% à 62,93 euros vendredi à la mi-journée à la Bourse de Paris, après avoir reculé la veille de plus de 5%.

Des intervenants ont expliqué jeudi que le marché craignait un relèvement de l'offre du groupe français. British Energy cédait 0,81% à 731 pence vendredi sur le LSE.

Selon le FT, EDF estime que le seuil de 735 pence est trop élevé compte tenu de l'investissement et des risques opérationnels relatifs à la rénovation des centrales nucléaires de British Energy.

Ce dernier -gestionnaire de huit centrales nucléaires sur les 10 présentes sur le sol britannique- est au coeur du projet du gouvernement d'accroître la production d'énergie nucléaire, notamment par le renouvellement du parc des centrales du royaume, dont la plupart devront être fermées au cours de la prochaine décennie.

BE, qui assure près d'un sixième de la production d'électricité du pays et alimente les gros consommateurs industriels, est aussi le principal propriétaire des terrains destinés à accueillir les futures centrales à construire.

Chaque nouvelle centrale nucléaire devrait coûter environ trois milliards d'euros à construire, dans le cadre d'un plan de réduction des émissions polluantes et de la dépendance aux importations d'énergie, alors que la production de pétrole et de gaz de la mer du Nord diminue.

James Mackenzie et Mathieu Robbins, version française Danielle Rouquié et Stanislas Dembinski Selon une source proche du dossier, Electricité de France pourrait relever son offre d'achat sur British Energy au-dessus des 700 pence par action, en échange d'un soutien du groupe britannique de l'énergie à un tel rachat. /Photo prise le 14 avril 2008/REUTERS/Darren Staples

Copyright (C) 2007-2008 Reuters

Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur EDF en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+315.50 % vs +16.34 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat