Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

DERICHEBOURG

DBG - FR0000053381 SRD PEA PEA-PME
6.645 € +2.39 % Temps réel Euronext Paris

Derichebourg : Grâce à l'intégration réussie d'Ecore, Derichebourg dégage des bénéfices records

jeudi 8 décembre 2022 à 11h49
Derichebourg gagne du terrain à la Bourse de Paris

(BFM Bourse) - La société spécialisée dans le recyclage des métaux industriels a, au titre de son exercice 2021-2022 clos fin septembre, enregistré une hausse de son chiffre d'affaires et de son Ebitda. Elle n’a en revanche donné aucune nouvelle indication concernant sa coopération avec Elior.

Derichebourg reprend un peu de couleurs en Bourse. Alors que le titre accuse l’une des plus fortes baisses du SBF 120, avec un recul proche de 50% depuis janvier avant la séance de ce jeudi, la publication de ses résultats annuels vient porter son action dépréciée.

Le titre du spécialiste du recyclage des métaux industriels s’adjuge ainsi 9,7% ce jeudi vers 11h, signant la plus forte progression du SBF 120.

Sur l’ensemble de son exercice 2021-2022 clos fin septembre, Derichebourg a vu ses comptes être tirés par l’intégration d’Ecore. Cette acquisition transformante pour le groupe avait été finalisée mi-décembre 2021, permettant à Derichebourg de renforcer grandement sa taille dans le secteur dans la transformation de déchets métalliques en matières premières issues du recyclage. Le chiffre d’affaires annuel d’Ecore en 2021 se situait à environ 1,5 milliard d’euros.

Chute des volumes à périmètre constant

Grâce à cette opération de croissance externe majeure, Derichebourg affiche une activité en nette progression. Le volume de ferrailles commercialisées progresse ainsi de 25,4% sur un an, les revenus de la branche services à l’environnement bondissent de 58% à 4,3 milliards d’euros. Le chiffre d’affaires total, qui inclut également les revenus de la branche multiservices de 941 millions d’euros, s’inscrit à 5,28 milliards d’euros, en hausse de 46% sur un an.

Néanmoins, en neutralisant l’effet dû à l’intégration d’Ecore, les volumes reculent dans la branche services à l’environnement. Derichebourg a précisé dans une présentation aux analystes que les volumes de ferrailles commercialisés - soit l’essentiel des ventes du groupe - s'inscrivaient ainsi en baisse de 12%-13% sur un an.

"Sur la première partie de l’exercice, la baisse de volumes s’expliquait par le manque de ferrailles en provenance de la filière automobile, ce qui concourrait à maintenir des prix très élevés. Sur la seconde partie de l’exercice, c’est davantage la faible demande des usines consommatrices (interrogations sur l’activité économique future, coûts de l’énergie de production) qui explique cette baisse", a expliqué Derichebourg dans un communiqué.

La société a toutefois dégagé des marges unitaires plus élevées que sur le précédent exercice avec un record atteint au printemps 2022.

"Une publication solide"

Le résultat avant charges d’intérêt, taxes, dépréciations et amortissements (Ebitda), s’est établi à un niveau record de 510,1 millions d’euros, représentant 9,7% du chiffre d’affaires. Ecore, intégré sur environ neuf mois, a contribué à ce résultat à environ 115 millions d’euros.

Derichebourg a également publié un résultat net part du groupe au plus haut de son histoire, à 237,6 millions d’euros, en hausse de 64% sur un an.

TP ICAP Midcap salue "une publication solide", avec un Ebitda au second semestre de 260 millions d’euros, nettement au-dessus de sa propre prévision, de 224,6 millions d’euros. Le bureau d'études, qui a confirmé sa recommandation à l’achat, apprécie également la "très bonne" génération de trésorerie, avec un flux de trésorerie libre (FCF) de 193,8 millions d’euros sur l’ensemble de l’exercice, soit une conversion FCF/Ebitda de 39%.

"Cette publication vient rappeler au marché l’importance de l’impact de la consolidation d’Ecore, un élément qui avait peut-être été négligé par les investisseurs ces derniers temps", estime de son côté un intermédiaire financier.

Derichebourg se montre prudent au sujet de ses perspectives pour 2022-2023. "Les premiers mois de l’exercice se déroulent dans la continuité des derniers mois de l’exercice précédent: volumes impactés par des anticipations économiques sous contrainte, qui rendent les clients prudents sur leur niveau de stocks, a fortiori dans un contexte de coûts de l’énergie trop élevés", souligne la société.

"La dissipation des craintes sur la disponibilité de l’électricité, entraînant une baisse des prix, et des anticipations économiques légèrement plus favorables seraient de nature à entraîner une reprise des volumes", considère-t-elle par ailleurs.

Négociations toujours en cours avec Elior

La société n’a par ailleurs pas donné davantage d'indications concernant sa coopération avec le groupe de restauration collective Elior. Derichebourg, qui possède 24,4% du capital de la société, avait confirmé il y a deux semaines discuter avec Elior d’un possible apport de sa branche multiservices.

Derichebourg a simplement confirmé qu’à ce jour "aucune certitude" n’existait sur la conclusion d'un accord et qu’il ne comptait pas déposer d’offre publique d’achat (OPA). La loi française impose de soumette une OPA dès qu’un actionnaire franchit les 30% du capital, sauf dérogation. Or un apport en actifs constitue l’un de ces cas de figure qui permettrait de monter au capital tout en bénéficiant d’une exemption, à condition d’obtenir l’aval des actionnaires en assemblée générale extraordinaire.

Julien Marion - ©2023 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur DERICHEBOURG en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application BFM Bourse


Par email

Votre avis
Portefeuille Trading
+313.30 % vs +43.96 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour