Bourse > Carrefour > Carrefour : Carrefour se prépare à une assemblée générale agitée
CARREFOURCARREFOUR CA - FR0000120172CA - FR0000120172
21.310 € +0.42 % Temps réel Euronext Paris
21.330 €Ouverture : -0.09 %Perf Ouverture : 21.440 €+ Haut : 21.160 €+ Bas :
21.220 €Clôture veille : 2 397 500Volume : +0.31 %Capi échangé : 16 508 M€Capi. :

Carrefour : Carrefour se prépare à une assemblée générale agitée

Carrefour se prépare à une assemblée générale agitéeCarrefour se prépare à une assemblée générale agitée

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - Après un troisième profit warning en l'espace de neuf mois et un cours de Bourse en chute de 35% depuis l'automne, Carrefour se prépare à une assemblée générale délicate le 21 juin.

Avec une nouvelle dégradation de ses performances en France, le deuxième distributeur européen a fait savoir vendredi que le résultat opérationnel courant de ses activités réalisées dans l'Hexagone, qui compte pour près de 40% de son chiffre d'affaires, était en baisse de 35% au premier semestre.

Cette annonce a fait plonger le titre de près de 6% à l'ouverture de la Bourse de Paris. Après avoir passé la journée dans le rouge, la valeur a finalement terminé en repli de 1,7% à 27,28 euros, dans un marché en hausse de 0,8%.

Si nombre d'analystes attendaient un avertissement sur les résultats du groupe, ils ont été surpris par l'ampleur de la baisse annoncée et estiment que les objectifs 2011 ne devraient pas pouvoir être tenus.

Alors que Carrefour ne parvient pas à redresser la barre en France, où ses hypermarchés sont à la peine et voient leurs ventes reculer dans une féroce guerre des prix, le directeur général Lars Olofsson devra convaincre que son plan de redressement est le bon, que les hommes choisis pour le mettre en oeuvre sont aussi les bons et que son projet de cotation de Dia, la filiale de hard discount, est justifié.

Après avoir limogé James McCann pour performances insuffisantes, le distributeur vient de nommer Noël Prioux à la tête de ses opérations en France, un homme du terrain, bon connaisseur des hypermarchés.

"Je m'attends à une assemblée agitée. Les actionnaires devraient manifester leur frustration face à une stratégie pour le moins trouble", a déclaré à Reuters Pierre-Henri Leroy, directeur du cabinet de conseil aux actionnaires Proxinvest.

DIA EN DEUX RÉSOLUTIONS

Poussée par les deux grands actionnaires de Carrefour, le fonds Colony Capital et Groupe Arnault (holding de Bernard Arnault, PDG de LVMH), la cotation de Dia - annoncée en même temps qu'un projet controversé et finalement reporté d'introduction en Bourse de l'immobilier - ne fait pas l'unanimité.

Pour un analyste, qui a souhaité garder l'anonymat, Carrefour n'a "malheureusement pas les moyens de se disperser et de se perdre dans une stratégie financière".

Pourtant, le projet, proposé dans deux résolutions séparées, a de fortes chances d'être voté.

La première résolution, très technique, ne fait pas mention de Dia et relève de l'assemblée extraordinaire. Elle requiert, à ce titre, un vote à la majorité des deux tiers.

La seconde, qui mentionne explicitement Dia, relève quant à elle de l'assemblée ordinaire et ne requiert donc qu'un vote à la majorité simple.

"Dans ces conditions, il est hautement probable que les résolutions soient votées, Colony Capital et Groupe Arnault détenant 20% des droits de vote", estiment les analystes de HSBC dans une note.

Pour Christian Devismes, de CM-CIC, un vote sanction n'est cependant pas totalement exclu.

Certains analystes s'élèvent contre une opération qui se soldera par le versement d'un dividende exceptionnel qui ne réservera pas le même traitement fiscal à tous les actionnaires.

"Tous ne sont pas sur un pied d'égalité. Blue Capital (le véhicule d'investissement de Colony et Groupe Arnault) est une société de droit luxembourgeois qui ne devrait pas être soumise aux prélèvements sur les dividendes, alors que les autres actionnaires le seront", relève un analyste.

Fabrice Remon, directeur du cabinet de conseil aux actionnaires Deminor, juge quant à lui qu'une "entreprise dirigée par des financiers ne peut pas bien traiter ses petits actionnaires".

D'autres, comme le directeur de Proxinvest, pensent que Carrefour devrait avoir davantage d'administrateurs indépendants. Particulièrement critique à l'égard d'Amaury de Seze, président du conseil, il affirme qu'il s'opposera à la reconduction de son mandat.

L'investissement réalisé par Blue Capital, qui compte trois représentants au conseil sur un total de 11, accuse à ce jour une chute de 40%.

Avec Dominique Vidalon, édité par Jean-Michel Bélot

Copyright © 2011 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI