Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
4 594.24 +0.54 % Temps réel Euronext Paris

CAC 40 : Trump fait du Trump, Lagarde très attendue

jeudi 12 mars 2020 à 08h35

(BFM Bourse) - Laconique, brutal et désarmant: ces qualificatifs devenus classiques pour les propos de Donald Trump conviennent encore une fois parfaitement avec sa dernière sortie: "L'Europe est devenue la nouvelle Chine"... Le locataire de la Maison Blanche signifie par là que suite au développement incontrôlé de l'épidémie de coronavirus Covid-19 sur le Vieux Continent, la menace est identifiée... Avec effet pour samedi (05h00 heure de Paris), les Etats-Unis vont refuser sur leur territoire tous les ressortissants étrangers en provenance d'Europe. Et ce pendant 30 jours. Une décision, plus que discutable sur le plan scientifique, et aux conséquences multiples...

Le bilan du coronavirus est désormais, à l'échelle mondiale, de plus de 125 000 cas confirmés, et de près de 4 700 morts, selon les données compilées par l'Université Johns Hopkins. Si le nombre de nouveaux cas quotidiens en Chine tend à se stabiliser (formation d'un palier), et que le taux d'utilisation des capacités de production reprend le chemin de la hausse, la propagation incontrôlable du virus à l'échelle de la planète - il s'agit désormais d'une pandémie selon l'OMS - rend encore indéchiffrable les conséquences sur l'activité économique. En Zone Euro, sa troisième puissance économique, l'Italie, est quasiment paralysée. En France, 48 décès sont à déplorer, pour 2 281 cas confirmés. Soit environ 500 nouveaux cas en 24h.

A cette crise sanitaire crispante pour les marchés vient se rajouter une crise pétrolière. Après le lundi noir qui a vu passer le WTI sous les 30$, avec l'échec des négocations entre Russie et Arabie Saoudite, le rebond est déjà contrarié avec de nouvelles menaces d'ouverture du robinet. C'est au tour d'Abou Dhabi de se dire prêt à augmenter leur production de pétrole de plus d'un million de baril par jour.

Les investisseurs guettent nerveusement, dans ce contexte, les annonces de relance budgétaire et monétaire des grandes puissances économiques. Ce jeudi justement s'achève un Conseil des Gouverneurs de la Banque Centrale Européenne. La BCE, qui dispose contrairement à la Fed d'une marge de manoeuvre purement monétaire très mince, pourrait proposer une augmentation du programme de rachat d'actifs (Quantitative Easing) et un assouplissement des paramètres du TLTRO3 (les opérations de refinancement ciblées à long terme proposées aux banques). La BCE réunit ce jeudi son Conseil des Gouverneurs.

« Le calibrage de l'intervention sera donc important. Il est possible que la BCE ne cherche pas à « choquer » le marché tout de suite mais peut-être à intervenir par phases. Mise en place d'un cadre, d'une rhétorique ciblée et de mesures initiales pour créer un contexte, et garder d'autres mesures en réserve en fonction de la réaction de marchés », estime Alexandre Baradez (IG France).

Par ailleurs, un plan de relance sous la forme de la création d'un fonds de 25 Milliards d'euros en réponse aux difficultés ponctuelles des entreprises face à l'épidémie a été annoncé par la Présidente de la Commission, Ursula von der Leyen.

Côté valeurs, les (para)pétrolières, les équipementiers automobiles, les acteurs du tourisme, et les bancaires ont sans surprise beaucoup souffert mercredi, à l'image, sans exhaustivité, de Faurecia (-4,05% à 33,84 euros), TechnipFMC (-4,16% à 7,456 euros), Natixis (-4,76% à 2,38 euros), Trigano (-5,45% à 57,20 euros), Valeo (-5,60% à 16,87 euros), Vallourec (-5,92% à 1,0255 euro), ADP (-6,17% à 114,10 euros) ou CGG (-9,04% à 1,137 euro).

De l'autre côté de l'Atlantique, les principaux indices sur actions ont une nouvelle fois subi des pertes très lourdes, en retraçant sans hésitation les gains de la veille, et en allant inscrire de nouveaux points bas dans la vaste vague corrective en cours. Le Dow Jones a chuté de 5,86% à 23 553 points et le Nasdaq Composite 4,70% à 7 952 points. Le S&P 500, baromètre de référence de l'appétit pour le risque aux yeux des gérants de fonds a perdu 4,89% à 2 741 points.

En Asie ce matin, le Nikkei abandonne 4,4%, la Bourse indienne 7%, tandis que Shanghai limite son repli autour de -2%, alors que paradoxalement le cours de l'épidémie dans le pays qui semble en être à l'origine commence à s'infléchir - au prix des sacrifices que l'on sait en termes de mobilité des individus et donc d'activité.

Un point sur les autres classes d'actifs à risque: vers 08h00 ce matin sur le marché des changes, la monnaie unique se traite à un niveau proche des 1.1290$. Le baril de WTI, un baromètre de l'appétit pour le risque sur les marchés financiers, s'échangeait autour de 31,60$.

À l'agenda statistique ce jeudi, à suivre en priorité la production industrielle en Zone Euro à 11h00, et pour les Etats-Unis, l'indice des prix à la production à 13h30 et les inscriptions hebdomadaires aux allocations chômage à 13h30. Mais l'attention sera focalisée sur l'issue du Conseil des Gouverneurs de la BCE à 13h45. La traditionnelle conférence de presse (14h30) sera particulièrement suivie.

ELEMENTS GRAPHIQUES CLES

Le krach s'est traduit graphiquement lundi par un gap immense qui a enfoncé sans aucune forme d'hésitation dès l'ouverture le seuil psychologique des 5 000 points. Les volumes intenses, l'incapacité à développer une quelconque réaction en cours de séance, la clôture sur les points bas de séance, ont lourdement dégradé la configuration du CAC 40. La panique a sur une courte période fait place à la peur accumulée depuis deux semaines.

Ce gap immense n'a été contesté en toute petite partie mardi.

La question à se poser désormais est celle de savoir si ce mouvement d'abdication est unique dans l'épisode massif de "retracement" opéré depuis le 24 février, ou s'il sera suivi d'autres mouvements d'abdication. La structure des bougies sur le rééquilibrage momentané des forces pour la suite de la semaine sera à ce titre, tout comme la dynamique des volumes, riche d'enseignement.

Dans tous les cas, l'absence de réaction en cours même de séance lundi, suite à un premier mouvement d'abdication, en dit long sur la puissance de la fédération du camp vendeur, et les probabilités d'atteinte de nouveaux points bas dans cet épisode noir, sont à terme importantes.

Un second épisode d'accélération des dégagements, possiblement suivi d'une nouvelle abdication, est en préparation.

PREVISION

Au regard des facteurs graphiques clés que nous avons mentionnées, notre avis est négatif sur l'indice CAC 40 à court terme.

Ce scénario baissier est valable tant que l'indice CAC 40 cote en dessous de la résistance à 5000.00 points.

Le conseilLogo TradingSat

CAC 40
Négatif
Résistance(s) :
5000.00 / 5509.00 / 5725.00
Support(s) :
4500.00 / 4065.00

Graphique en données horaires

CAC 40 : Trump fait du Trump, Lagarde très attendue (©ProRealTime.com)

Graphique en données quotidiennes

CAC 40 : Trump fait du Trump, Lagarde très attendue (©ProRealTime.com)
©2020 BFM Bourse
TradingSat
Portefeuille Trading
+332.80 % vs -7.58 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat