Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
5 049.38 +2.49 % Temps réel Euronext Paris

CAC 40 : Reprise de souffle après une semaine faste

lundi 8 juin 2020 à 08h33

(BFM Bourse) - Avec l'appui du Conseil des Gouverneurs de la BCE jeudi et du rapport fédéral sur l'emploi américain vendredi, le marché parisien a achevé dans d'excellentes dispositions une semaine faste. Avec un gain de 3.71% vendredi, le CAC 40 a porté sa progression hebdomadaire à +10,70%, soit la meilleure performance hebdomadaire depuis 2011... Plus globalement, des indicateurs avancés d'activité au-delà des attentes, tout au long de la semaine, ont fait espéré aux salles des marchés le scénario rêvé d'une reprise très rapide, après la mise sous cloche des principales puissances économiques de la planète, avec le confinement imposé par la pandémie - loin d'être derrière nous au demeurant - de Covid-19.

Jeudi, à l'issue de son Conseil des Gouverneurs, la Banque Centrale Européenne (BCE) n'a - comme c'était ultra majoritairement anticipé - pas touché aux taux directeurs proprement dits, mais a réussi à surprendre les opérateurs, en annonçant qu'elle allait porter l'enveloppe consacrée au programme d'achats d'urgence face à la pandémie (pandemic emergency purchase programme, PEPP) à 1.350 milliards d'euros.

Si personne ne doutait que la banque centrale allait accélérer la cadence par rapport au budget initial de 750 milliards dévoilé en mars, la place misait sur un supplément de 500 milliards. Ce sera finalement, pour tenter de contrer la révision à la baisse de ses prévisions d''inflation (un maigre 1,3% attendu d'ici 2022), 600 milliards de mieux qui seront consacrés à des rachats d'actifs, sans plus se donner de contraintes en termes de types d'actifs et de juridiction.

John Placard (MIRABAUD) a synthétisé: "l'exercice de la conférence de presse (sans public) a cette fois-ci été pleinement rempli. On a pu constater une entière détermination de la BCE à réagir à une situation qui potentiellement pourrait s'aggraver à cause du coronavirus. L'institution sise à Frankfurt semble avoir pris les pleines mesures de la baisse de la croissance et de l'inflation. Don't fight the ECB !"

En point d'orgue statistique de la semaine passée, le rapport NFP (Non Farm Payroll) sur l'emploi américain vient d'être publié. Et force est de constater que les données fédérales mensuelles (mai) sont moins catastrophiques qu'anticipé. Alors certes, la période de confinement, qui a provoqué une mise sous cloche de l'économie, s'est traduite par un bond historique du taux de chômage, à 13.7%, mais c'est à comparer avec un consensus médian bien plus pessimiste, à 19.4%. La dynamique des salaires moyens horaires, peu affectée en début de confinement, adopte une pente négative marquée, à -1.0% en rythme mensuel. Enfin, comble de la surprise, l'économie américaine aurait arrêté son processus de destruction de postes dans le secteur privé (hors agriculture) et aurait créé 2 509 000 postes !

Deux précisions s'imposent pour mieux interpréter ces chiffres, avec un coup d'oeil sur les données présentées par le Département du Travail:

1) Le nombre de personnes inactives qui souhaitent actuellement un emploi, à 9,0 millions, a diminué de 954 000 en mai, après avoir augmenté de 4,4 millions en avril. Ces personnes n'étaient pas comptés comme chômeurs parce qu'ils ne cherchaient pas activement un travail au cours des 4 dernières semaines ou n'étaient pas disponibles pour occuper un emploi.

2) La variation de l'emploi salarié non agricole total pour mars a été révisée à la baisse de 492 000, de -881 000 à -1,4 million, et la variation pour avril a été révisée à la baisse de 150 000, de -20,5 millions à -20,7 millions.

Côté valeurs, un certain nombre de titres massacrés au coeur de la crise boursière de mars ont affiché une performance journalière à deux chiffres vendredi, sur les secteurs de l'aérien, de l'aéronautique, de la banque ou des services pétroliers. Citons Air France (+12,48% à 5,568 euros), Airbus (+12,50% à 80,98 euros), Société Générale (+10,36% à 16,848 euros), ou Technip (+12,32% à 8,50 euros). L'automobile était également fort bien orientée, avec Renault (+9,83% à 25,93 euros), et Peugeot (+8,66% à 15,43 euros).

Même appétit pour le risque outre Atlantique en fin de semaine dernière avec une vive progression des principaux indices sur actions, à l'image vendredi du Dow Jones (+3,15% à 27 110 points) ou du Nasdaq Composite (+2,06% à 9 814 points). Le S&P 500, baromètre de référence de l'appétit pour le risque aux yeux des gérants de fonds, a progressé de 2,62% à 3 193 points.

Un point sur les autres classes d'actifs à risque: vers 08h00 ce matin sur le marché des changes, la monnaie unique se traite à un niveau proche des 1.1370$. Le baril de WTI, l'un baromètre de l'appétit pour le risque sur les marchés financiers, s'échangeait autour de 37,50$.

À l'agenda statistique ce lundi, à suivre en priorité l'indice Sentix de confiance des consommateurs en Zone Euro à 10h30. La production industrielle allemande pour le mois d'avril (-17,9% en rythme mensuel) vient de ressortir sous les attentes.

ELEMENTS GRAPHIQUES CLES

La sortie de range au-dessus des 4 700 points est pleinement validée, par:

- les volumes croissants;

- la formation de deux bogies remarquables en "long blanc", ou marubozu* selon la terminologie japonaise consacrée, en l'espace de trois séances;

- un gap haussier commun dès le 3 juin;

- l'absence d'essoufflement du mouvement après le pullback du 29 mai;

- le dépassement franc et sans hésitation de la barre symbolique des 5 000 points;

- la reconquête du gap très ample du 09 mars, date du début de la formation d'un combinaison de chancelier en trois corbeaux.; reconquête immédiatement suivi d'une offensive acheteuse, et donc d'une volonté de conquête du gap suivant (06 mars).

* revenons un instant sur la structure de cette bougie remarquable. Celle tracée vendredi en est un cas d'école. Cette bougie, au cours très allongé, sans aucune mèche (ombre) ni haute, ni basse, est l'expression graphique d'une mobilisation continue et fédérée du camp acheteur sur l'unité de temps (la séance en l'occurence). Conjuguée au volumes de transactions et à une analyse de la participation sectorielle, cette bougie révèle une psychologie de marché.

PREVISION

Au regard des facteurs graphiques clés que nous avons identifiés, notre opinion est neutre sur l'indice CAC 40 à court terme.

On prendra soin de noter qu'un franchissement des 5284.00 points raviverait la tension à l'achat. Tandis qu'une rupture des 5000.00 points relancerait la pression vendeuse.

Idée d'investissement
avec Société Générale
Si vous souhaitez miser sur notre scénario, le Warrant Société Générale 1G61S est adapté.

Le conseilLogo TradingSat

CAC 40
Neutre
Résistance(s) :
5284.00 / 5509.00 / 5725.00
Support(s) :
5000.00 / 4700.00 / 4368.00

Graphique en données horaires

CAC 40 : Reprise de souffle après une semaine faste (©ProRealTime.com)

Graphique en données quotidiennes

CAC 40 : Reprise de souffle après une semaine faste (©ProRealTime.com)
©2020 BFM Bourse
TradingSat
Portefeuille Trading
+306.10 % vs +1.57 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat