Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
4 220.96 +0.33 % Temps réel Euronext Paris

CAC 40 : Nouveau krach du pétrole, la BCE emploie les grands moyens

jeudi 19 mars 2020 à 08h36

(BFM Bourse) - -5,94% à 3 754 points hier... Une baisse devenue presque "normale", alors que l'indice phare affiche désormais un bilan annuel rouge vif de -37,19%, touché de plein fouet par la crise sanitaire mondiale liée à la pandémie de coronavirus Covid-19. L'hémorragie devrait être contrôlée ce jeudi matin (pour combien de temps ?), avec l'annonce d'un programme d'achat d'obligations de 750 milliards d'euros, par la Banque Centrale Européenne (annonce mercredi soir, en dehors du calendrier consacré).

C'est bien ce décalage entre volonté de relance tous azimuts (monétaire et budgétaire), avec une utilisation massive de tout l'arsenal disponible dans les principales puissances économiques du globe, et les mesures politiques d'autre part, fortes mais insuffisantes et non coordonnées, qui est source d'inquiétude.

"Sans mesures fortes pour confiner la population, toutes les mesures monétaires, budgétaires ou fiscales ne serviront à rien pour redonner espoir aux investisseurs et la chute des marchés devrait se poursuivre et l’impact sur l’économie n’en sera que plus catastrophique. Les économies du monde ont en effet réagi vite pour maintenir le système financier a flot mais trop lentement pour ralentir la propagation du virus, il est temps de verrouiller le monde afin que cela dure le moins possible et que les investisseurs, les consommateurs et les chefs d’entreprises reprennent espoir." analyse Vincent Boy Analyste Marché chez IG France.

Le bilan du coronavirus Covid19 est désormais, à l'échelle mondiale, de près de 220 000 cas confirmés, et de plus de 8 800 morts, selon les données compilées par l'Université Johns Hopkins. Si le nombre de nouveaux cas quotidiens en Chine tend à décroître, voire chuter (validation d'un palier), et que le taux d'utilisation des capacités de production reprend pleinement le chemin de la hausse, la propagation incontrôlable du virus à l'échelle de la planète rend encore indéchiffrable les conséquences sur l'activité économique. Les 4 principales puissances économiques de la Zone Euro (Allemagne, France, Italie, Espagne) sont particulièrement touchées. 2 978 décès sont à déplorer en Italie, soit un bond de 475 en 24 heures. Le nombre de morts total en Italie est tristement en passe de dépasser celui de l'ensemble de la Chine (3 249).

Le virus poursuit donc ses ravages, d'Est en Ouest, autour du globe.

Au chapitre statistique, pour rappel mardi, le ZEW allemand s'est naturellement effondré, mais le niveau de profondeur abyssal (-49,5) était loin d'être anticipé par les économistes et analystes interrogés. L'indicateur, qui mesure le moral des investisseurs dans la première économie de la Zone Euro a touché un point bas depuis décembre 2011. Outre Atlantique, les ventes au détail de février se sont effondrées (-0,5%), contre +0,2% attendu, après +0,6% en janvier.

Côté valeurs, le secteur de la construction aéronautique était lourdement affecté mercredi, à l'image de ses deux principaux représentants sur la cote parisienne: Airbus (-22,17% à 49,065 euros), ou Safran (-22,87% à 53,14 euros). Et ce naturellement en raison de l'effondrement du trafic aérien et des restrictions de déplacements qui se multiplient à travers le monde. Sur le secteur du transport aérien proprement dit et des services aéroportuaires, Air France (-2,79% à 4,25 euros) voyait ses pertes limitées avec l'espoir d'un soutien public voire d'une nationalisation si les choses tournent trop mal. Aéroports De Paris (+1,19% à 72,50 euros) soufflait un peu; l'action de la société a plongé de près de 60% depuis le début de l'année.

De l'autre côté de l'Atlantique, les principaux indices sur actions ont lourdement dévissé mercredi avec un nouveau krach sur le pétrole, avant de se reperde quelque peu en cours de séance. Au final, les pertes restent à lourdes, sur le Dow Jones (-6,30% à 19 898 points) ou sur le Nasdaq Composite (-4,70% à 6 989 points). Le S&P 500, baromètre de référence de l'appétit pour le risque aux yeux des gérants de fonds, a perdu 5,18% à 2 398 points.

Un point sur les autres classes d'actifs à risque: vers 08h00 ce matin sur le marché des changes, la monnaie unique se traite à un niveau proche des 1.0930$. Le baril de WTI, un baromètre de l'appétit pour le risque sur les marchés financiers, s'échangeait autour de 23,40$.

À l'agenda statistique ce jeudi, à suivre en priorité, côté américain, l'indice manufacturier de la Fed de Philadelphie à 13h30, les inscriptions hebdomadaires aux allocations chômage à 13h30, l'indice des indicateurs avancés (Conference Board) à 15h00, ainsi que les stocks de gaz naturel, à 15h30 également.

A noter que l'AMF a publié mardi matin une liste de 92 valeurs (ayant chuté de plus de 10% lundi) désormais interdites de vente à découvert pour un mois. La liste complète est disponible sur les ressources en ligne de l'AMF, ici.

ELEMENTS GRAPHIQUES CLES

Après une concentration, sur les trois dernières semaines, de trois clôtures hebdomadaires proches ou sur les points bas de semaines, quatre gaps baissiers majeurs, deux mouvements de capitulation, les points bas de la vague de dégagements ne sont probablement pas encore atteints...

Néanmoins, la préparation d'un vif rebond de l'indice, qui sera porté, contre-intuitivement, par les valeurs qui auront le plus souffert depuis le 24 février, est en cours.

Une tentative tardive de rééquilibrage lundi en cours de séance a été timide, mais elle a le mérite d'exister, laissant graphiquement la trace d'une ombre basse très significative. Ombre basse également mardi à signaler, avec un bémol très important toutefois: la chute des volumes d'échanges et leur décroissance sur les deux dernières séances (les deux premières de la semaine)

Après une poursuite volatile de la baisse mercredi, un rééquilibrage temporaire est anticipé. On insistera sur le rôle de plus en plus important de résistance de la moyenne mobile à 20 heures (en bleu foncé en vue graphique horaire, UT=1H).

L'avis de fond reste baissier (sens de travail), et il n'est neutre qu'à très court terme.

Nous ne manquerons pas de revenir sur l'identification des signes prémisses à la formation d'un rebond d'ampleur. Nous n'y sommes pas encore.

PREVISION

Au regard des facteurs graphiques clés que nous avons identifiés, notre opinion est neutre sur l'indice CAC 40 à court terme.

On prendra soin de noter qu'un franchissement des 3892.00 points raviverait la tension à l'achat. Tandis qu'une rupture des 3500.00 points relancerait la pression vendeuse.

Le conseilLogo TradingSat

CAC 40
Neutre
Résistance(s) :
3892.00 / 4042.00 / 5000.00
Support(s) :
3500.00

Graphique en données horaires

CAC 40 : Nouveau krach du pétrole, la BCE emploie les grands moyens (©ProRealTime.com)

Graphique en données quotidiennes

CAC 40 : Nouveau krach du pétrole, la BCE emploie les grands moyens (©ProRealTime.com)
©2020 BFM Bourse
TradingSat
Portefeuille Trading
+304.80 % vs -15.09 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat