Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
5 007.14 -0.84 % Temps réel Euronext Paris

CAC 40 : Le brut au tapis, la plus grande prudence s'impose

lundi 20 avril 2020 à 08h35

(BFM Bourse) - Dans le cadre d'une économie mondiale encore "sous cloche", à des degrés variables certes, encore pour de nombreuses semaines, le pétrole, baromètre essentiel, dévisse, avec une demande qui s'effondre, dans un marché inondé de brut à bas coût, en l'absence d'engagements plus fermes des membres de l'OPEP élargi, et avec des réserves (stocks) outre Atlantique qui débordent. Le baril de brut léger américain (WTI) faisait même une incursion sous les 15$ cette nuit; une première depuis une vingtaine d'années.

"Cette pression sur le prix du baril fait ressortir les tensions sur la demande et l’abondance d’offre qui mène à une rupture dans les capacités de stockage aux Etats-Unis. Ce prix n’est tenable pour aucun producteur et cela pourrait mener à de nombreuses autres faillites dans le secteur",commente ce matin Vincent Boy, analyste de marché chez IG France.

Le bilan du coronavirus Covid19 est désormais, à l'échelle mondiale, de plus de 2 400 000 de cas confirmés, et de plus de 165 000 morts, selon les données compilées par l'Université Johns Hopkins.La propagation incontrôlable du virus à l'échelle de la planète rend encore indéchiffrable les conséquences sur l'activité économique. Les quatre principales puissances économiques de la Zone Euro (Allemagne, France, Italie, Espagne) sont particulièrement touchées. En particulier, 23 660 décès sont à déplorer en Italie, et 20 453 en Espagne.

L'épicentre se positionne désormais sur les Etats-Unis, où près de 760 000 cas sont confirmés. Plus de 40 000 décès ont été recensés sur le sol américain, dont plus de 14 400 pour la seule ville de New York. L'inquiétude est d'autant plus forte que le système de santé, observé à l'aune de la puissance économique des Etats-Unis, est finalement fragile.

"Les marchés persistent dans la perspective d’une reprise économique importante dès le second semestre 2020 et oublient d’une part, que l’épidémie est toujours bien présente et ne réduit pas drastiquement et d’autre part que même si le pic était atteint le risque d’une seconde vague est énorme", prévient prévient Vincent Boy, analyste chez IG France. "Les entreprises et la population vont devoir s’adapter et la reprise en « big bang » que prône Donald Trump pourrait plutôt se transformer en croissance molle durant les prochains trimestres" poursuit l'analyste.

Près de 2 000 morts du Covid-19 sont à déplorer aux Etats-Unis sur les dernières 24 heures.

"Sur le plan de la pandémie, Donald Trump semble de plus en plus en désaccord avec de nombreux gouverneurs américains sur la réouverture de certains Etats et soutient même les manifestations aux Etats-Unis pour la reprise de l’activité. En effet, certains sont allés contre le confinement et l’interdiction de se réunir en groupe en manifestant dans les rues pour forcer l’administration à autoriser la reprise du travail", s'inquiète V. Boy, analyste de marché chez IG France.

Au chapitre statistique, vendredi matin, les opérateurs ont pris connaissance de cette dureté de la réalité, avec une batterie de chiffres officiels chinois, dont une chute vertigineuse des ventes au détail de près de 16% en mars (rythme annualisé). Chute encore plus brutale que ne le laissait augurer le consensus pour le PIB au T1 en Chine (-6.8% sur un rythme annualisé), contre +6,0% en T4 2019...

Les salles des marchés ont par ailleurs composé avec les données définitives des différents indices des prix à la consommation, en données finales pour le mois de mars en Zone Euro. Hors éléments jugés volatils (alimentation, énergie, alcool, et tabac), les prix ont progressé en rythme annualisé de 1%, soit une dynamique confirme aux attentes. Enfin, outre Atlantique, l'indice des indicateurs avancés (CB) a plongé de 6.7%.

Côté valeurs vendredi, on retrouvait, dans le palmarès à la hausse du Compartiment A de la cote parisienne (grosses capitalisations), les fameuses valeurs à fort Bêta actuel (finalement, celles qui ont le plus souffert pendant la débandade), à savoir des représentants des secteurs du tourisme, de l'équipement automobile, de l'aéronautique, du luxe, de la construction ou des services pétroliers. On cotera sans exhaustivité Christian Dior (+6,42% à 348,20 euros), TechnipFMC (+6,50% à 7,37 euros), Airbus (+6,77% à 56,80 euros), Safran (+7,28% à 80,50 euros), Vinci (+7,57% à 76,46 euros), Valeo (+7,62% à 15,89 euros), Faurecia (+9,20% à 31,23 euros), et Accor (+9,24% à 26,84 euros).

Très forte volatilité sur Archos, dans des volumes ahurissants de près de 38 millions de pièces échangées (+35,32% à 0,0728 euro).

De l'autre côté de l'Atlantique, les principaux indices sur actions ont étendu leur mouvement haussier, de retracement des pertes initiales, vendredi, à l'image du Dow Jones (+2,99% à 24 242 points) ou du Nasdaq Composite (+1,38% à 8 650 points), indice à forte "coloration" technologique. Le S&P 500, baromètre de référence de l'appétit pour le risque aux yeux des gérants de fonds, a progressé de 2,68% à 2 874 points.

Un point sur les autres classes d'actifs à risque: vers 08h00 ce matin sur le marché des changes, la monnaie unique se traite à un niveau proche des 1.0840$. Le baril de WTI, un baromètre de l'appétit pour le risque sur les marchés financiers, s'échangeait autour de 15.10$.

À l'agenda statistique ce lundi, à suivre en priorité la balance commerciale en Zone Euro à 11h00. L'indice ZEW allemand est attendu demain, 11h00.

ELEMENTS GRAPHIQUES CLES

Nous mettions en garde nos lecteurs dans nos précédentes analystes sur la formation d'un piège à la hausse (bull trap) qui s'est déclenché mercredi. L'observation des secteurs qui ont participé à la baisse le plus intensément est particulièrement révélateur de la psychologie de marché.

Un bémol toutefois, les volumes n'ont pas été assez puissants pour valider pleinement l'expression de la bougie remarquable de jeudi, au corps allongé, et donc valider pleinement un retour aux pressions vendeuses initiales. En outre, un petit épisode acheteur vendredi est venu contrarier la mécanique du modèle proposé.

Dans ces conditions, une phase d'observation, sur fond de prudence accrue, s'impose, alors que les 4 600 points s'imposent progressivement comme un niveau technique de résistance.

Avis neutre proposé à l'échelle de la séance à venir.

PREVISION

Au regard des facteurs graphiques clés que nous avons identifiés, notre opinion est neutre sur l'indice CAC 40 à court terme.

On prendra soin de noter qu'un franchissement des 5000.00 points raviverait la tension à l'achat. Tandis qu'une rupture des 4117.00 points relancerait la pression vendeuse.

Le conseilLogo TradingSat

CAC 40
Neutre
Résistance(s) :
5000.00 / 5081.00 / 5509.00
Support(s) :
4117.00 / 3684.00 / 3500.00

Graphique en données horaires

CAC 40 : Le brut au tapis, la plus grande prudence s'impose (©ProRealTime.com)

Graphique en données quotidiennes

CAC 40 : Le brut au tapis, la plus grande prudence s'impose (©ProRealTime.com)
©2020 BFM Bourse
TradingSat
Portefeuille Trading
+305.90 % vs +0.72 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat