Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
4 921.01 -1.21 % Temps réel Euronext Paris

CAC 40 : La rotation des secteurs qui font le marché est porteuse de sens

jeudi 16 avril 2020 à 08h33

(BFM Bourse) - Sur fond de craintes intenses sur les conséquences économiques de la pandémie sur l'économie mondiale à court, moyen et long terme, le CAC 40 a repris de chemin de la baisse mercredi, avec - fait intéressant à noter - la participation importante, dans la mécanique baissière, des secteurs particulièrement touchés en Bourse il y a quelques semaines: l'assurance, les services pétroliers, la construction, l'aéronautique et les équipements automobiles...

Le bilan du coronavirus Covid19 est désormais, à l'échelle mondiale, de plus de 2 000 000 de cas confirmés, et de plus de 137 000 morts, selon les données compilées par l'Université Johns Hopkins.

Si le nombre de nouveaux cas quotidiens en Chine chute et que le taux d'utilisation des capacités de production reprend pleinement le chemin de la hausse, la propagation incontrôlable du virus à l'échelle de la planète rend encore indéchiffrable les conséquences sur l'activité économique. Les quatre principales puissances économiques de la Zone Euro (Allemagne, France, Italie, Espagne) sont particulièrement touchées. En particulier, 21 645 décès sont à déplorer en Italie, et 18 812 en Espagne.

L'épicentre se positionne désormais sur les Etats-Unis, où près de 640 000 cas sont confirmés. Plus de 30 000 décès ont été recensés sur le sol américain, dont 11 000 pour la seule ville de New York. L'inquiétude est d'autant plus forte que le système de santé, observé à l'aune de la puissance économique des Etats-Unis, est finalement fragile.

"Malgré ce sombre rapport, le président américain persiste dans sa décision de réouvrir 19 ou 20 Etats parmi les moins impactés par le virus à partir du 1er mai. Bien que la plupart de ces Etats soient peu touchés, cela peut augmenter les risques d’une nouvelle propagation du fait des déplacements nationaux que le déconfinement pourrait occasionner", avançait V. Boy (analyste de marché chez IG France) ce matin.

"En raison de la pandémie, l'économie mondiale devrait connaître une forte contraction de 3 % en 2020, soit un recul bien plus marqué que lors de la crise financière de 2008-09", s'avançait le FMI (Fonds Monétaire International) mardi. "Selon un scénario de référence fondé sur l'hypothèse d'une atténuation de la pandémie au cours du deuxième semestre de 2020 et d'un relâchement progressif des efforts d'endiguement, l'économie mondiale devrait croître de 5,8 % en 2021, à mesure que l'activité économique se normalisera, grâce au soutien des pouvoirs publics."

Pour la seule Zone Euro, les projections 2020 de croissance du FMI sont désormais à -7,5%, et +4,7% pour 2021.

C'est dans ce contexte lourd que les cambistes vont prendre connaissance vendredi du PIB chinois au premier trimestre, attendu en contraction, sur un rythme annualisé de 6.2%.

Au chapitre statistique, justement, mercredi, le programme était assez dense:

- les ventes au détail aux Etats-Unis, dans leur assiette la plus large, ont chuté de 8.7% en mars, alors que le consensus était déjà lourd à -8.0%. Hors automobiles, les ventes au détail ont chuté de 4,5% sur mars.

- l'indice manufacturier de la Fed de New York (indice dit Empire State), baromètre de l'état de santé de l'industrie dans l'ensemble du pays, s'est littéralement effondré à -78,2 (contre -21,5 le mois précédent et un consensus à -35.2). L'indice est très largement et tristement sur des points bas inédits sur l'ensemble de l'historique dont nous disposons...

Concernant le rapport fédéral sur l'industrie (données de mars), il est également nettement sous la cible avec d'une part un taux d'utilisation des capacités productives en chute libre à 72.7% et une production proprement dite, en baisse de 5.4%. RAS de vraiment significatif et "impactant" concernant les stocks des grossistes et les stocks de brut outre Atlantique.

Côté valeurs, comme nous le précisions en préambule, le "palmarès" à la baisse du Compartiment A de la cote parisienne ressemblait bigrement à ce qu'il était il y a quelques semaines, avant le puissant rebond enclenché le 24 mars, à savoir avec une représentation importante des secteurs de la banque, de l'assurance, des services pétroliers, de la construction, de l'aéronautique et des équipements automobiles. On citera sans exhaustivité Crédit Agricole (-8,13% à 6,234 euros), Schlumberger (-8,16% à 13,50 euros), Natixis (-8,20% à 1,96 euro), Société Générale (-8,20% à 13,472 euros), Vinci (-8,41% à 70,56 euros), Airbus (-8,67% à 54,80 euros), Safran (-7,22% à 74,00 euros), CNP (-8,85% à 8,135 euros), CGG (-9,22% à 0,9732 euro), Plastic Omnium (-10,16% à 13,09 euros), Vallourec (-10,37% à 0,99 euro), Rexel (-11,19% à 7,014 euros), et TechnipFMC (-11,42% à 6,686 euros).

De l'autre côté de l'Atlantique, les principaux indices sur actions ont baissé mercredi, dans des proportions moindres, à l'image du Dow Jones (-1,86% à 23 504 points) ou du Nasdaq Composite (-1,44% à 8 393 points). Le S&P 500, baromètre de référence de l'appétit pour le risque aux yeux des gérants de fonds, a perdu 2,20% à 2 808 points.

Un point sur les autres classes d'actifs à risque: vers 08h00 ce matin sur le marché des changes, la monnaie unique se traite à un niveau proche des 1.0880$. Le baril de WTI, un baromètre de l'appétit pour le risque sur les marchés financiers, s'échangeait autour de 19,98$.

À l'agenda statistique ce jeudi, à suivre en priorité l'indice IFO du climat des affaires en Allemagne à 10h00, la production industrielle en Zone Euro à 11h00, et outre Atlantique, les mises en chantier de logements + permis de construire à 14h30, les inscriptions hebdomadaires aux allocations chômage à 14h30, l'indice manufacturier Philly Fed à 14h30 ainsi que les stocks de gaz naturel à 14h30.

ELEMENTS GRAPHIQUES CLES

Nous mettions en garde nos lecteurs dans nos précédentes analystes sur la formation d'un piège à la hausse (bull trap) qui s'est déclenché hier. L'observation des secteurs qui ont participé à la baisse le plus intensément est particulièrement révélateur de la psychologie de marché. Un bémol toutefois, les volumes ne sont pas encore assez puissants pour valider pleinement l'expression de la bougie remarquable d'hier, au corps allongé, et donc valider pleinement un retour aux pressions vendeuses initiales. Une phase d'observation s'impose. Avis négatif proposé à l'échelle de la séance à venir.

PREVISION

Au regard des facteurs graphiques clés que nous avons mentionnées, notre avis est négatif sur l'indice CAC 40 à court terme.

Ce scénario baissier est valable tant que l'indice CAC 40 cote en dessous de la résistance à 4600.00 points.

Le conseilLogo TradingSat

CAC 40
Négatif
Résistance(s) :
4600.00 / 5000.00 / 5081.00
Support(s) :
4117.00 / 3684.00 / 3500.00

Graphique en données horaires

CAC 40 : La rotation des secteurs qui font le marché est porteuse de sens (©ProRealTime.com)

Graphique en données quotidiennes

CAC 40 : La rotation des secteurs qui font le marché est porteuse de sens (©ProRealTime.com)
©2020 BFM Bourse
TradingSat
Portefeuille Trading
+306.60 % vs -1.01 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat