Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
5 007.14 -0.84 % Temps réel Euronext Paris

CAC 40 : La bougie hebdomadaire peut être métamorphosée en une séance

vendredi 29 mai 2020 à 08h36

(BFM Bourse) - Hier jeudi, l'indice CAC 40 poursuivait son insolente progression (+1,76% à 4 771 points) dans des volumes - il faut absolument le signaler - en très nette contraction. Le bilan depuis le début de la semaine (+7,35%) a été enjolivé par les annonces, peu avant la clôture, d'Edouard Philippe sur la Phase II de la sortie de confinement, qui apporte son lot de soulagement, notamment pour l'hôtellerie / restauration. De façon beaucoup plus générale, la hausse des marchés depuis lundi - qui pourrait être contrariée sur cette dernière séance de la semaine -, est explicable à l'aune du soutien sans faille et massif des grandes Banques Centrales, Fed en tête.

"La taille du bilan de la Réserve Fédérale vient de dépasser les 7000 milliards $ soit l'équivalent de 32% du PIB des Etats-Unis. La Fed a encore acheté en l'espace d'une semaine environ 111 milliards$ d'actifs composés de titres de crédit hypothécaire (MBS), de bons du Trésor (Treasuries) mais également, et c'est une nouveauté depuis quelques jours, d'obligations d'entreprises via des ETF notamment. Au cours des 6 premiers jours de ce programme (annoncé quelques semaines auparavant et qui avait accéléré le rebond des marchés actions), la Fed a procédé à l'achat de 1.8 milliards$ d'ETF incluant notamment des obligations « high yield », c'est-à-dire des obligations d'entreprises à haut rendement (plus risquées donc) se trouvant en catégorie « spéculative »" a détaillé cette semaine Vincent Boy, analyste IG France.

De ce côté-ci de l'Atlantique, l'annonce d'un fonds de relance de 750 milliards d'euros par l'Union européenne mercredi est venu renforcer l'optimisme et soutenu la hausse des indices. "L'Europe pour une fois n'a pas déçu (...) Bien qu'il reste encore de nombreuses incertitudes et que le débat entre pays membres ne fasse que commencer, il semble pour une fois que l'Europe soit au rendez-vous et fasse preuve d'ambition pour réagir à la crise", a souligné Christopher Dembik, responsable de la recherche économique chez Saxo Banque. Et ce, même si "étant donné les sommes en jeu et les implications politiques, un accord final ne devrait intervenir, dans le meilleur des cas, qu'en juillet voire à l'automne", a-t-il ajouté, les États du Sud appelant à plus de solidarité devant toujours convaincre les quatre "frugaux" que sont les Pays-Bas, l’Autriche, la Suède et le Danemark - vivement opposés à la mutualisation des dettes- de faire preuve de plus de solidarité économique.

Mais le conflit diplomatique sino-américain, et le double foyer très inquiétant de la pandémie de Covid-19 en Amérique (Etats-Unis + Brésil) constituent des sujets majeurs de crispation.

Pour rappel, l'administration Trump laisse toujours planer la menace d'un arrêt des activités de sous-traitance d'entreprises chinoises utilisant des composants de conception américaine, et la menace de nouvelles règles restrictives pour les investissements américains dans les sociétés chinoises dont les actions cotent aux Etats-Unis. Et ce alors que l'annonce par la Chine d'un projet de loi de "sécurité nationale" sur Hong Kong, contre le pouvoir exécutif local, après les mouvements sociaux de 2019, a provoqué l'ire de la Maison Blanche.

Pour rappel, sur la question de l'épidémie proprement dite, la sinistre barre des 100 000 décès a été dépassé aux Etats-Unis cette semaine.

Au chapitre statistique, pas de repères européen tranchant à signaler jeudi. Outre Atlantique, si les commandes de biens durables pour avril sont, bien que naturellement dans le rouge vif, ressorties au-dessus des attentes, il n'en est pas de même pour les données du PIB au premier trimestre, en contraction de 5% d'un trimestre sur l'autre, contre -4.8% en toute première estimation, selon le BEA. Enfin, les inscriptions hebdomadaires aux allocations chômage atteignent une nouvelle fois des niveaux catastrophiques, à 2 123 000 nouvelles inscriptions sur l'ensemble de la semaine passée. Le Département du Travail précise: "La moyenne mobile sur 4 semaines était de 2 608 000, une diminution de 436 000 par rapport à la moyenne révisée de la semaine précédente." Par ailleurs les ventes de logements en cours aux Etats-Unis se sont effondrées encore davantage que ne le laissait augurer le consensus.

Côté valeurs, toujours pas de fédération sectorielle à signaler. Alors que la banque et l'automobile était plébiscités mercredi, l'heure était déjà aux prises de profit jeudi... Quelques dossiers du secteur du luxe ont pu tirer leur épingle du jeu hier, à l'image de Christian Dior (+3,26% à 386,40 euros), ou Hermes (+4,86% à 746,60 euros). Sur le secteur très en vue de la santé, Ipsen clôturait en hausse de 5,87% à 72,15 euros et Biomérieux, de 7,52% à 124,40 euros.

De l'autre côté de l'Atlantique, l'inquiétude sur l'évolution des tensions sino-américaines, et la poursuite des émeutes à Minneapolis ont provoqué un début de contraction des indices: le Dow Jones a perdu 0,58% à 25 400 points et le Nasdaq Composite 0,46% à 9 368 points. Le S&P 500, baromètre de référence de l'appétit pour le risque aux yeux des gérants de fonds, a perdu 0,21% à 3 029 points.

Un point sur les autres classes d'actifs à risque: vers 08h00 ce matin sur le marché des changes, la monnaie unique se traite à un niveau proche des 1.1100$. Le baril de WTI, l'un baromètre de l'appétit pour le risque sur les marchés financiers, s'échangeait autour de 33,00$.

À l'agenda statistique ce vendredi, à suivre en priorité les données préliminaires du PIB français à 08h45 (T1), l'indice des prix à la consommation en France, et les dépenses des consommateurs français, toujours à 08h45, l'indice des prix à la consommation en Zone Euro à 11h00, et pour les Etats-Unis, les revenus et dépenses des consommateurs à 14h30, l'indice PMI de Chicago à 15h45, l'indice de confiance du consommateur (U-Mich), données révisées, à 16h00, ainsi que les prévisions d'inflation, à 16h00 également.

ELEMENTS GRAPHIQUES CLES

Voici les éléments techniques que nous proposions hier avant l'ouverture du marché:

"L'indice phare tricolore est en partie haute de trading range. La séance d'hier a été marquée par une augmentation substantielle des volumes de transactions. Pour valider pleinement une sortie par le haut, il manque une fédération sectorielle beaucoup plus importante, et une confirmation par une clôture hebdomadaire sur les points hauts de la semaine. Nous aurons plus d'éléments demain soir. En attendant, il s'agit de ne pas se laisser galvaniser."

Notons que les volumes se sont contractés, et que l'absence de fédération sectorielle s'est confirmée. La bougie hebdomadaire en construction peut par conséquent être métamorphosée après la seule séance de ce vendredi. Avis négatif proposé.

PREVISION

Au regard des facteurs graphiques clés que nous avons mentionnées, notre avis est négatif sur l'indice CAC 40 à court terme.

Ce scénario baissier est valable tant que l'indice CAC 40 cote en dessous de la résistance à 4924.00 points.

Idée d'investissement
avec Société Générale
Si vous souhaitez miser sur notre scénario, le Warrant Société Générale 2F25S est adapté.

Le conseilLogo TradingSat

CAC 40
Négatif
Résistance(s) :
4924.00 / 5000.00 / 5081.00
Support(s) :
4600.00

Graphique en données horaires

CAC 40 : La bougie hebdomadaire peut être métamorphosée en une séance (©ProRealTime.com)

Graphique en données quotidiennes

CAC 40 : La bougie hebdomadaire peut être métamorphosée en une séance (©ProRealTime.com)
©2020 BFM Bourse
TradingSat
Portefeuille Trading
+305.90 % vs +0.72 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat