Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
4 583.45 +0.30 % Temps réel Euronext Paris

CAC 40 : Frémissement d'un rebond, avec ou sans conviction ?

vendredi 20 mars 2020 à 08h34

(BFM Bourse) - Un rebond s'esquisse enfin sur le marché parisien (+2,68% pour le CAC hier à 3 855 points, et une ouverture qui se profile dans le vert), avec l'ouverture, sans compter, des robinets monétaires des deux côtés de l'Atlantique, dans un but de soutien massif à une économie en danger, dans le cadre de la pandémie de coronavirus, qui paralyse les échanges, les approvisionnements, la production, l'organisation même du travail. Le confinement des populations des principales puissances économiques de la planète est quasiment la norme, à quelques exceptions près. Dernière en date, et pas des moindres, la Californie vient de se mettre "sous cloche".

La BCE a fait l'annonce d'un programme d'achat d'obligations de 750 milliards d'euros (annonce mercredi soir, en dehors du calendrier consacré). Ce "programme de rachat d'urgence face à la pandémie" sera réalisé d'ici à la fin de l'année, a précisé l'institution dans un communiqué publié à l'issue d'une réunion -téléphonique- du conseil des gouverneurs. "Les temps extraordinaires nécessitent une action extraordinaire", a tweeté la présidente de l'Institut de Francfort, Christine Lagarde. Elle a par ailleurs assuré qu'il n'y avait "pas de limites à notre engagement envers l'euro", suggérant que d'autres mesures sont encore susceptibles de suivre, et ce quitte à utiliser "le plein potentiel de nos outils".

En ajoutant aux mesures annoncées hier les rachats d'actifs repris en septembre 2019 à raison de 20 milliards d'euros par mois, l'enveloppe de 120 milliards d'euros débloquée le 12 mars comme première réponse à la crise sanitaire et celle de ce mercredi, les interventions de la BCE vont s'élever (pour l'instant) à 1.050 milliards d'euros sur les 9 mois restants en 2020, soit près de 117 milliards d'euros engagés par mois.

La Fed, qui a ramené brutalement ses taux à un niveau proche de 0 (bande entre 0 et 0,25%) inonde également le marché de liquidités. Le record de la taille du bilan pour la Fed est désormais battu. Les vannes sont ouvertes des deux côtés de l'Atlantique.

Le bilan du coronavirus Covid19 est désormais, à l'échelle mondiale, de près de 245 000 cas confirmés, et de plus de 10 000 morts, selon les données compilées par l'Université Johns Hopkins. Si le nombre de nouveaux cas quotidiens en Chine tend à décroître, voire chuter (validation d'un palier), et que le taux d'utilisation des capacités de production reprend pleinement le chemin de la hausse, la propagation incontrôlable du virus à l'échelle de la planète rend encore indéchiffrable les conséquences sur l'activité économique. Les 4 principales puissances économiques de la Zone Euro (Allemagne, France, Italie, Espagne) sont particulièrement touchées. 3 405 décès sont à déplorer en Italie, soit un bond de 475 en 24 heures. Le nombre de morts total en Italie a tristement dépassé celui de l'ensemble de la Chine (3 257).

Le virus poursuit donc ses ravages, d'Est en Ouest, autour du globe.

Au chapitre statistique jeudi, le Philly Fed (indice manufacturier de la Fed de Philadelphie) vient de ressortir en chute libre de 36.7 en février à -12.7 en mars, au plus bas depuis 7 ans. Par ailleurs, les inscriptions hebdomadaires aux allocations chômage pour la semaine passée, bien qu'à des niveaux mesurés ont désagréablement surpris les investisseurs par leur hausse à 281 000, alors qu'un niveau proche des 215K était la norme ces dernières semaines.

Pour rappel mardi, le ZEW allemand s'est naturellement effondré, mais le niveau de profondeur abyssal (-49,5) était loin d'être anticipé par les économistes et analystes interrogés. L'indicateur, qui mesure le moral des investisseurs dans la première économie de la Zone Euro a touché un point bas depuis décembre 2011.

Côté valeurs, quelques dossiers massacrés ont commencé jeudi à initier des rebonds contestataires importants, à l'image d'ADP (+15,03% à 83,40 euros), Orpea (+19,12% à 95,00 euros), Carmila (+19,31% à 10,38 euros), ou encore ELIS (+22,09% à 7,405 euros).

De l'autre côté de l'Atlantique, le rebond sur les principaux indices sur actions a été relativement timide jeudi, mais la puissance des volumes a marqué une réaffirmation progressive du camp acheteur. Le Dow Jones a gagné 0,95% à 20 087 points et le Nasdaq Composite 2,30% à 7 150 points. Le S&P 500, baromètre de référence de l'appétit pour le risque aux yeux des gérants de fonds, a progressé pour sa part de 0,47% à 2 409 points.

Un point sur les autres classes d'actifs à risque: vers 08h00 ce matin sur le marché des changes, la monnaie unique se traite à un niveau proche des 1.0770$. Le baril de WTI, un baromètre de l'appétit pour le risque sur les marchés financiers, s'échangeait autour de 27,30$.

À l'agenda statistique ce vendredi, à suivre en priorité le bulletin trimestriel de la Banque d'Angleterre à 13h00, et les ventes de logements anciens à 15h00. L'indice des indicateurs avancés (Conference Board) pour la Chine est attendu dans la nuit de dimanche à lundi (03h00).

Pas de repère boursier ce vendredi en provenance de Tokyo, fermé pour cause de congés (férié).

A noter que l'AMF a publié mardi matin une liste de 92 valeurs (ayant chuté de plus de 10% lundi) désormais interdites de vente à découvert pour un mois. La liste complète est disponible sur les ressources en ligne de l'AMF, ici.

ELEMENTS GRAPHIQUES CLES

Après une concentration, sur les trois dernières semaines, de trois clôtures hebdomadaires proches ou sur les points bas de semaines, quatre gaps baissiers majeurs, deux mouvements de capitulation, les points bas de la vague de dégagements ne sont probablement pas encore atteints...

Néanmoins, la préparation d'un vif rebond de l'indice, qui sera porté, contre-intuitivement, par les valeurs qui auront le plus souffert depuis le 24 février, est en cours.

Une tentative tardive de rééquilibrage lundi en cours de séance a été timide, mais elle a le mérite d'exister, laissant graphiquement la trace d'une ombre basse très significative. Ombre basse également mardi à signaler, avec un bémol très important toutefois: la chute des volumes d'échanges et leur décroissance sur les deux dernières séances (les deux premières de la semaine)

Après une poursuite volatile de la baisse mercredi, un rééquilibrage temporaire est anticipé. On insistera sur le rôle de plus en plus important de résistance de la moyenne mobile à 20 heures (en bleu foncé en vue graphique horaire, UT=1H).

L'avis de fond reste baissier (sens de travail), et il n'est positif qu'à très court terme.

PREVISION

Au regard des facteurs graphiques clés que nous avons mentionnées, notre avis est positif sur l'indice CAC 40 à court terme.

Ce scénario haussier est valable tant que l'indice CAC 40 cote au dessus du support à 3500.00 points.

Le conseilLogo TradingSat

CAC 40
Positif
Résistance(s) :
4500.00 / 5000.00 / 5081.00
Support(s) :
3500.00

Graphique en données horaires

CAC 40 : Frémissement d'un rebond, avec ou sans conviction ? (©ProRealTime.com)

Graphique en données quotidiennes

CAC 40 : Frémissement d'un rebond, avec ou sans conviction ? (©ProRealTime.com)
©2020 BFM Bourse
TradingSat
Portefeuille Trading
+332.80 % vs -7.80 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat