Bourse > Bouygues > Bouygues : L'offre d'Altice sur Bouygues Telecom jugée crédible en Bourse
BOUYGUESBOUYGUES EN - FR0000120503 EN - FR0000120503   SRD PEA PEA-PME
40.495 € +0.56 % Temps réel Euronext Paris
40.500 €Ouverture : -0.01 %Perf Ouverture : 40.670 €+ Haut : 40.285 €+ Bas :
40.270 €Clôture veille : 532 687Volume : +0.15 %Capi échangé : 14 522 M€Capi. :

Bouygues : L'offre d'Altice sur Bouygues Telecom jugée crédible en Bourse

(Tradingsat.com) - +13,6% pour Bouygues, +11,6% pour Iliad, +7,5% pour Orange... Le moins que l'on puisse dire, c'est que l’offre d’Altice sur Bouygues Telecom a été accueillie en fanfare par les investisseurs. Les valeurs des opérateurs français étaient toutes à la fête, lundi, à la Bourse de Paris.

La maison-mère de Numericable-SFR a annoncé ce matin avoir fait une offre sur la filiale de Bouygues, comme l’a révélé dimanche le JDD. En parallèle, elle est entrée en négociations exclusives avec Iliad pour l'achat d'un portefeuille d'actifs.

Selon le journal, la Société de Patrick Drahi a proposé 10 milliards d'euros pour acquérir la filiale de Martin Bouygues, PDG du géant de la construction du groupe éponyme, valorisé aujourd’hui 12,8 milliards d’euros.

Le bon timing pour Drahi

Une offre colossale mais jugée crédible par les analystes de la place, comme le souligne lundi le bureau d’études Oddo, selon lequel le timing paraît bon et l’issue "quasi-certaine". Tout d’abord, explique le courtier, Patrick Drahi a montré lors de la publication du premier trimestre 2015 de Numericable-SFR qu’il était capable de générer des synergies plus importantes que prévues, avec des conditions de financement encore favorables.

Le prix qu’aurait proposé Altice pour acquérir Bouygues Telecom ne semble pas non plus choquer le spécialiste. Après tout, poursuit-t-il, "Drahi devait frapper fort pour finir de convaincre Martin Bouygues", tandis que le financement d’une telle offre en cash, "crédible" selon lui, est "en adéquation avec les covenants de Numericable-SFR de 4 fois le ratio dette nette/Ebitda".

Reste à convaincre le gouvernement, qui pourrait mettre des bâtons dans les roues et "rendre hasardeuse l’issue de la consolidation à court terme". Emmanuel Macron, le ministre de l’Economie, a déclaré que la concentration des acteurs n’était pas souhaitable pour le secteur, invitant les opérateurs à rester focalisés sur "les engagements pris en matière d'investissement, sur l'innovation, sur l'attribution imminente de la bande (de fréquences) 700 MHz et sur les opérations (…)".

Les analystes d’Oddo se montrent néanmoins confiants sur l’issue de l’opération. Le feu vert viendra de toutes façons de l’Autorité de la Concurrence (et de l’Arcep compte tenu du transfert de fréquences) et non du gouvernement ou de Bruxelles. L’intermédiaire financier pense que les parties prenantes, notamment politiques, seront mûres pour accepter une telle consolidation dès l’année prochaine.

>> Le consommateur gagnerait-il à un mariage SFR-Bouygues ?


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...