Bourse > Bnp paribas act.a > Bnp paribas act.a : Michel pébereau quittera le 1er décembre bnp paribas
BNP PARIBAS ACT.ABNP PARIBAS ACT.A BNP - FR0000131104BNP - FR0000131104
64.780 € -0.32 % Temps réel Euronext Paris
64.590 €Ouverture : +0.29 %Perf Ouverture : 65.770 €+ Haut : 64.400 €+ Bas :
64.990 €Clôture veille : 4 471 040Volume : +0.36 %Capi échangé : 80 781 M€Capi. :

Bnp paribas act.a : Michel pébereau quittera le 1er décembre bnp paribas

Michel pébereau quittera le 1er décembre bnp paribasMichel pébereau quittera le 1er décembre bnp paribas

par Matthieu Protard

PARIS (Reuters) - Michel Pébereau, à la tête de BNP Paribas depuis près de vingt ans, a annoncé mercredi qu'il quittera la présidence de la banque française le 1er décembre prochain et que Baudouin Prot, actuellement directeur général, prendra sa succession.

Sous les ovations des actionnaires, il a également confirmé, sans surprise, qu'à cette date, Jean-Laurent Bonnafé, actuellement directeur général délégué et l'un des artisans des acquisitions du groupe, deviendra le nouveau DG de la première banque française par la capitalisation boursière.

BNP Paribas a profité de son assemblée générale pour officialiser le passage de témoin au sein de l'état-major et une transition qui se fera en douceur.

"Je considère naturellement que Baudouin Prot, qui a assuré avec succès la direction générale de BNP Paribas pendant l'une des pires crises financières de l'histoire tout en assurant son expansion européenne, possède toute l'expérience et la hauteur de vue nécessaires pour prendre la présidence de l'entreprise", a déclaré Michel Pébereau, visiblement très ému, aux actionnaires réunis au palais des congrès de la porte Maillot à Paris.

"Nous considérons (...), Baudouin Prot et moi, ainsi que notre conseil, qu'il (Jean-Laurent Bonnafé, NDLR) est prêt à exercer cette responsabilité écrasante et exaltante dans la très grande entreprise qu'est devenu notre groupe", a encore dit le président de la banque.

L'HOMME DE LA PRIVATISATION

Michel Pébereau aura été à la tête de BNP Paribas pendant 18 ans, d'abord comme PDG puis comme président du conseil d'administration à partir de 2002.

Il quitte une banque qu'il a hissée sur la troisième marche du podium bancaire européen après avoir rejoint la BNP lors de sa privatisation en 1993, puis après avoir successivement racheté Paribas en 1999, l'italienne BNL en 2006 puis la belge Fortis en 2009.

Prônant un modèle de banque universelle équilibrée entre la banque de détail et la banque de financement et d'investissement, il a su résister aux sirènes de la mode des activités de marché quand d'autres, comme la Socgen ou le Crédit agricole, poussaient le feu sur ces métiers au point de s'y brûler les ailes.

Aujourd'hui, BNP Paribas est la troisième banque européenne par la capitalisation boursière après la britannique HSBC et l'espagnole Santander.

Redoutable lobbyiste, Michel Pébereau a reconnu un regret lors de son discours: celui de ne pas avoir gagné la bataille qu'il a menée contre les nouvelles normes comptables IFRS, normes qu'il n'a jamais cessé de combattre.

"Je me suis vraiment mobilisé, en vain", a-t-il regretté. "Par leurs effets accélérateurs, les normes comptables ont incontestablement contribué à transformer la crise d'un simple compartiment du marché hypothécaire américain, les subprimes, en crise de confiance généralisée, mondiale."

Edité par Gilles Guillaume

Copyright © 2011 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...