Bourse > Bnp paribas act.a > Bnp paribas act.a : Les banques dopées par l'accord européen
BNP PARIBAS ACT.ABNP PARIBAS ACT.A BNP - FR0000131104BNP - FR0000131104
63.640 € -1.01 % Temps réel Euronext Paris
64.180 €Ouverture : -0.84 %Perf Ouverture : 64.520 €+ Haut : 63.310 €+ Bas :
64.290 €Clôture veille : 4 642 760Volume : +0.37 %Capi échangé : 79 450 M€Capi. :

Bnp paribas act.a : Les banques dopées par l'accord européen

Les banques dopées par l'accord européenLes banques dopées par l'accord européen

(Tradingsat.com) - Le secteur bancaire poursuit sa remontée vendredi, largement soutenu par la finalisation hier soir à Bruxelles d'un accord sur la gouvernance de la zone euro. Crédit Agricole grimpe encore de 3,8% dans les premiers échanges, suivi de près par BNP Paribas (+3,3%), Société Générale (+3,1%) et Natixis (+3%), donnant un nouveau coup de pouce au CAC 40 qui gagne 0,78% à 3 846 points.

Les dix-sept pays membres de l'Union européenne réunis hier à Bruxelles sont parvenus à un accord qui prévoit un allongement de la durée des prêts de la zone euro en difficulté. Un nouveau plan d'aide à la Grèce d'un montant de près de 160 milliards d'euros, dont 109 milliards d'euros sous forme de prêts provenant des états membres de l'Europe et du FMI, et près de 50 milliards par le secteur privé, a également été mis sur la table.

Par ailleurs, le fonds de secours européen, le FESF, se voit doter d'un pouvoir élargi lui permettant d'intervenir sur les marchés pour réguler les mouvements spéculatifs, soit de manière préventive, soit, pour des pays bousculés, via des rachats d'obligations sur le marché secondaire. Tous les pays hors programme d'assistance devaient en outre s'engager à abaisser leur déficit public en deçà de 3 % du PIB d'ici à 2013.

"En plus de l'annonce d'un deuxième plan d'aide à la Grèce, les dirigeants européens ont réussi à s'entendre pour améliorer leurs outils de gestion de crise. C'est la conclusion positive du sommet, à condition que les outils soient bel et bien utilisés. Pour l'essentiel, on corrige les erreurs faites depuis le début de cette crise : sousdimensionnement de l'aide à la Grèce, conditions exorbitantes de l'aide, étroitesse des champs d'intervention de l'EFSF. En contrepartie, il y a des risques non négligeables. Le défaut grec n'est plus une virtualité, c'est une réalité", résume ce matin Bruno Cavalier, chef économiste chez Oddo Securities.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI