Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

ALSTOM

ALO - FR0010220475 SRD PEA PEA-PME
32.330 € +3.82 % Temps réel Euronext Paris

Alstom : Le duo alstom-schneider renonce à sa clause sur areva t&d

mardi 24 novembre 2009 à 18h57
BFM Bourse

par Benjamin Mallet

PARIS (Reuters) - Le tandem français Alstom-Schneider Electric a retiré une clause d'ajustement de 400 millions d'euros de son offre de rachat de la filiale transmission et distribution (T&D) d'Areva, apprend-on de sources gouvernementale et proche du dossier.

Priée de dire si Alstom-Schneider avait renoncé à cette clause, la source gouvernementale a répondu : "Oui."

Selon cette même source, l'Etat n'a pas à ce stade de candidat favori pour la reprise de T&D : "Pour l'instant, on regarde les offres." "Il y a encore des histoires de garanties qui restent à clarifier."

L'offre présentée par le duo français s'élève à près de 4 milliards d'euros, tandis que le japonais Toshiba propose 4,2 milliards environ et l'américain General Electric 4 milliards, a-t-on ajouté de même source.

Alstom et Schneider n'ont pas souhaité commenter ces informations.

La Tribune rapportait lundi que la Commission des participations et des transferts (CPT) avait demandé au tandem français de renoncer à une clause de garantie de passif qui conditionnait le paiement de 400 millions d'euros aux performances opérationnelles des activités d'Areva T&D au premier semestre 2010.

Le quotidien écrivait en outre que cette commission jugeait insuffisante la structure financière de la société de rachat prévue par Toshiba et souhaitait que l'industriel japonais dote de davantage de fonds propres cette société afin de ne pas dégrader la notation financière des activités d'Areva T&D.

La présidente de GE France, Clara Gaymard, a de son côté fait valoir dans un communiqué diffusé lundi que le groupe américain avait "scrupuleusement respecté les règles du jeu en remettant une offre avec un prix fixe, ferme et définitif, sans aucune clause d'ajustement (et) avec un financement sans condition, à 100% sur ses ressources propres, sans aucun endettement externe".

"LES TROIS OFFRES ONT SUBI DES AJUSTEMENTS"

Toutefois, selon une source proche du dossier, "les trois offres ont subi des ajustements".

Pour GE, l'ajustement s'est fait au moyen d'une "prime avant cession" que le groupe américain compte faire remonter de T&D vers sa maison mère Areva par un ajustement de trésorerie, a-t-elle dit.

"GE, grâce à un ajustement via un prime de cession sur la trésorerie de T&D, ferait remonter 100 millions d'euros à Areva, donc à l'Etat. C'est une manière intelligente de ne pas modifier le prix tout en augmentant la trésorerie qui remonte chez Areva."

Toshiba a pour sa part accepté de prendre en charge dans son bilan les cautionnements bancaires de T&D - destinés à garantir la bonne exécution des projets intégrés - afin d'alléger le bilan d'Areva et d'améliorer sa notation, a ajouté cette source.

"Nous attendions un résultat (de l'appel d'offres) rapide, au début de la semaine, mais nous n'avons plus de visibilité sur une annonce", a déclaré mardi à Reuters une autre source proche du dossier.

De sources concordantes, Areva envisageait une décision dans la deuxième quinzaine de novembre une décision finale devrait en tout état de cause être prise avant le 9 décembre. (Pour plus de détails .)

LE COMITÉ EUROPÉEN RÉITÈRE SON OPPOSITION

La vente de T&D s'inscrit dans le cadre d'un plan de financement d'Areva, ses besoins étant estimés à 11 milliards d'euros d'ici à 2011. Ce plan prévoit également l'entrée de partenaires au capital du spécialiste du nucléaire, à hauteur de 15%, par le biais d'une augmentation de capital.

Dans un communiqué diffusé mardi, le Comité de groupe européen (CGE) d'Areva a demandé au président Nicolas Sarkozy "d'arbitrer pour le maintien de T&D" au sein du groupe nucléaire est s'est dit "plus que jamais hostile" à l'opération.

"Le principe même de la vente est une ineptie sur le plan industriel et représente une dilapidation du patrimoine", selon le CGE, pour qui "l'option de GE ou Toshiba ferait fi de toute analyse stratégique et industrielle pour l'Europe, tandis que "l'offre du duo Alstom-Schneider, est objectivement la plus destructrice d'emplois".

Areva T&D emploie près de 31.000 personnes, dont 5.500 en France.

Avec les contributions d'Anna Willard et Leila Abboud, édité par Jean-Michel Bélot

Copyright © 2009 Thomson Reuters

Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur ALSTOM en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+313.60 % vs +40.45 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat