Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

ALSTOM

ALO - FR0010220475 SRD PEA PEA-PME
47.070 € +3.00 % Temps réel Euronext Paris

Alstom : Alstom défend l'idée d'un rapprochement avec areva

mercredi 4 juin 2008 à 11h55
Alstom défend l'idée d'un rapprochement avec areva

par Benjamin Mallet

PARIS (Reuters) - Patrick Kron, P-DG d'Alstom, a de nouveau défendu l'idée d'un rapprochement entre le spécialiste des infrastructures d'énergie et de transport et le groupe nucléaire Areva, réaffirmant que l'opération serait à ses yeux bénéfique pour les deux sociétés.

"Nous continuons à penser qu'un 'deal' avec Areva a du sens, en tout cas pour nous et à mon avis pour Areva", a-t-il déclaré lors d'une rencontre avec la presse organisée par l'Association des journalistes économiques et financiers (Ajef).

"Je continue de penser que c'est un excellent dossier et qu'il y aurait une vraie création de valeur pour l'ensemble des deux entreprises."

"Personne ne peut prétendre que Alstom de son côté et Areva du sien ne sont pas capables de proposer à leurs actionnaires une stratégie de développement ambitieuse. Chacun peut effectivement avoir une stratégie de développement autonome (...) Un rapprochement entre Alstom et Areva, à mon avis, permet de créer un projet encore plus ambitieux", a ajouté Patrick Kron.

Le gouvernement a lancé une réflexion sur l'avenir d'Areva, détenu à 78,96% par le Commissariat à l'énergie atomique (CEA), 5,19% par l'Etat, 3,59% par la Caisse des dépôts et consignations (CDC), 3,21% par la holding publique Erap et 2,42% par EDF.

"J'attends que le gouvernement dise ce qu'il fera sur Areva. Si le gouvernement dit qu'il choisit le statu quo ou l'ouverture du capital dans le cadre d'une opération financière, évidemment Alstom n'a rien à faire dans un tel schéma, on ne va pas acheter 10% ou 5%", a déclaré Patrick Kron, ajoutant qu'il n'était "pas pressé".

"GROS CROCODILES"

"La voie royale, c'est la combinaison entre Alstom et Areva et la création d'un vrai champion mondial."

La présidente du directoire d'Areva, Anne Lauvergeon, explique depuis plusieurs mois que le groupe a besoin d'argent pour son développement alors que le nucléaire revient en force à travers le monde dans un contexte de prix élevé du pétrole. Elle a toutefois fait état à plusieurs reprises de son opposition à un rapprochement avec Alstom.

Une introduction en Bourse avait été étudiée ces dernières années mais le groupe suscite des convoitises. Bouygues affiche depuis plusieurs mois son intérêt pour une entrée dans le nucléaire et Alstom, dont le groupe de B-TP et de communications détient près du tiers du capital, milite pour un rapprochement avec Areva.

"On est sur un métier vraiment mondial, avec des acteurs qui sont des gros crocodiles, de grosse taille : General Electric, Siemens, Toshiba, etc. Ces gros crocodiles ont une puissance commerciale supérieure à la nôtre. Il y a objectivement un effet de taille", a estimé Patrick Kron.

Le P-DG d'Alstom a également souligné que les clients d'Areva et de sa société étaient les mêmes et a souligné la complémentarité des deux groupes.

"Je crois qu'il y a beaucoup de pays qui ne sont pas dans le nucléaire et qui demain le seront. Par définition, ce sont des pays qu'Areva ne connaît pas. Nous, nous les connaissons puisque nous avons installé 25% de la capacité électrique du monde. 80% des réacteurs d'Areva ont été construits en France et en Allemagne. Nous, c'est l'inverse : 85% de ce que nous avons fabriqué a été vendu hors de France et d'Allemagne."

"PAS D'IDÉES" SUR ROLLS ROYCE

"Fondamentalement, je ne crois pas qu'on puisse réussir sur ce marché mondial du nucléaire à l'international en ayant un chiffre d'affaires de 10 milliards d'euros", a martelé Patrick Kron.

Areva a enregistré en 2007 un chiffre d'affaires de 11,9 milliards d'euros.

Evoquant le cas Siemens, qui détient un tiers du capital d'Areva NP, filiale du groupe nucléaire spécialisée dans les turbines, le P-DG d'Alstom s'est voulu pragmatique.

"Si jamais il y a un rapprochement entre Alstom et Areva, Siemens déterminera ce qu'il compte faire. Il y a un accord qui leur permet de sortir en cas de changement de contrôle, ils décideront s'ils l'exercent ou pas."

Anne Lauvergeon avait évoqué fin 2007 des "synergies négatives" en cas d'éviction du groupe allemand.

Patrick Kron a en outre répété qu'Alstom n'avait pas discuté avec Rolls Royce en vue d'un rapprochement, en réaction à un article des Echos publié lundi qui évoquait cette hypothèse.

"Si on pensait qu'un rapprochement avec Rolls Royce faisait du sens, on en aurait discuté avec son président", a-t-il dit, précisant qu'il n'avait pas rencontré le patron du motoriste britannique depuis trois ans. "Peut-être qu'il a des idées, en tout cas il n'en a pas parlé. Moi en tout cas je n'en ai pas." Alstom réaffirme son souhait d'un rapprochement avec le groupe nucléaire Areva. "Nous continuons à penser qu'un 'deal' avec Areva a du sens, en tout cas pour nous et aussi pour Areva", a déclaré Patrick Kron, P-DG du groupe. /Photo prise le 7 mai 2008/REUTERS/Benoît Tessier

Copyright (C) 2007-2008 Reuters

Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur ALSTOM en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+326.80 % vs +13.01 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat